Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

EICHENLAUB (Jean-Luc) et KEMPF (Christian), Vues d’Alsace, fonds photographique Braun 1880-1930

Éditions du Belvédère, 2013, 191 p.
Benoît Wirrmann
p. 502-503
Référence(s) :

EICHENLAUB (Jean-Luc) et KEMPF (Christian), Vues d’Alsace, fonds photographique Braun 1880-1930, Éditions du Belvédère, 2013, 191 p.

Texte intégral

1L’histoire de la photographie en Alsace est étroitement liée à une famille mulhousienne : la famille Braun. Adolphe Braun (1812-1877), dessinateur industriel spécialisé dans le dessin de fleurs pour toiles peintes, fut aussi le fondateur de l’atelier photographique qui porte son nom et que ses descendants ont perpétué pendant plus de cent ans. Dans les milliers de clichés présents dans le fonds Braun, le photographe Christian Kempf a sélectionné des vues d’Alsace couvrant la période 1880-1930. Elles sont donc postérieures à la mort du fondateur de l’entreprise. Son fils Gaston Braun avait opté pour la France en 1872 et s’était installé à Paris. Éditeur photographe, il donna avec ses fils une impulsion décisive à l’entreprise familiale. Le sujet alsacien avait déjà éveillé l’intérêt de son père Adolphe. Ce dernier avait publié L’Alsace photographiée en 1859, quelques années après les Fleurs photographiées qui lui avaient apporté la notoriété dans le monde entier. Dans l’introduction rédigée par Jean-Luc Eichenlaub, directeur des Archives départementales du Haut‑Rhin, on redécouvre l’histoire de la famille et de l’entreprise Braun. Cette histoire déborde sur l’histoire de la photographie en Alsace en général et sur le travail d’artistes concurrents au tournant des XIXe et XXe siècles. Quant au corps principal de l’ouvrage, on est tout de suite frappé par la qualité des clichés reproduits. L’ouvrage, organisé en six parties, décrit une Alsace qui se transforme peu à peu. Aux vues traditionnelles de villages et des travaux agricoles se joignent des images du progrès : débuts de l’automobile, chemin de fer. Une des originalités du livre est aussi de montrer des photographies qui ne sont pas les plus connues de la production Braun. Ces photographies, outre un intérêt artistique certain en matière de cadrage et de lumière, ont aussi une grande valeur documentaire. Elles nous montrent une Alsace vivante, où le sujet principal est souvent l’Alsacien lui-même, en particulier dans la variété de ses costumes. La quasi totalité des photographies des paysages urbains et champêtres présents dans l’ouvrage possède également un personnage, au premier plan ou non. Par ailleurs, on perçoit que le photographe se fait aussi le conservateur de la mémoire de monuments amenés à disparaître par le fait des guerres : à Ammerschwihr, à Cernay ou à Uffholtz au pied de l’Hartmannswillerkopf. La riche bibliographie de quatre pages donne de précieuses pistes de lecture, de même qu’un gros plan sur le fonds Braun à Colmar, Mulhouse et Wesserling donne un très bon aperçu de la densité du fonds. On regrettera toutefois que le fonds Braun de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (5 000 images) ne soit pas mentionné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Wirrmann, « EICHENLAUB (Jean-Luc) et KEMPF (Christian), Vues d’Alsace, fonds photographique Braun 1880-1930 », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 502-503.

Référence électronique

Benoît Wirrmann, « EICHENLAUB (Jean-Luc) et KEMPF (Christian), Vues d’Alsace, fonds photographique Braun 1880-1930 », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1862

Haut de page

Auteur

Benoît Wirrmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page