Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

HOLOMAN (Dallas Kern), Charles Munch

Oxford University Press, 2012, 296 p.
Paul-Philippe Meyer
p. 505-507
Référence(s) :

HOLOMAN (Dallas Kern), Charles Munch, Oxford University Press, 2012, 296 p.

Texte intégral

1Les ouvrages sur le chef d’orchestre Charles Munch (Strasbourg 1891 - Richmond, Virginie, USA, 1968) ne sont pas nombreux. Il y a Je suis chef d’orchestre édité en 1954, repris chez Hachette en 1988 avec une présentation de G. Liébert dans l’Art du chef d’orchestre, puis par la Société des Amis de la Musique de Strasbourg en 1991, et Charles Munch, une biographie par le disque par Philippe Olivier en 1987.

2Dallas Kern Holoman, musicologue, professeur à l’Université de Californie et chef émérite de l’UC Davis Symphony Orchestra, vient de signer la première grande biographie de Charles Munch chez Oxford University Press.

3L’ouvrage est divisé en chapitres reprenant les grandes étapes de la vie de Munch et qui permettent déjà à première vue d’apprécier et de mesurer l’évolution de sa carrière rien que sur le plan géographique, puis à travers les institutions musicales qu’il a dirigées : Strasbourg, Paris, Leipzig, La Société des Concerts, Boston, L’Orchestre de Paris.

4La première partie consacrée à ses origines et sa jeunesse alsaciennes, et plus précisément strasbourgeoises, le décrit dans son entourage familial, dans cette lignée de musiciens qu’est la famille Munch et dans la double culture allemande et française qu’il défendait farouchement. Un chapitre que les Alsaciens ne manqueront pas de savourer, tant pour l’exactitude de l’analyse que pour la problématique. Holoman retrace ensuite en détail le parcours de Munch en tant qu’instrumentiste en Allemagne puis en France jusqu’à la direction d’orchestre, pour laquelle il ne passe pas par le cursus traditionnel d’un conservatoire. Sa formation s’effectue au fil de rencontres, le plaçant comme un cas à part dans l’histoire de la direction d’orchestre. Puis ce sont les grandes étapes en France et aux Etats-Unis, la carrière internationale qui l’a rendu célèbre, incontournable, puisqu’il est appelé en 1967 par M. Landowski pour prendre la direction de l’Orchestre de Paris.

5L’ouvrage est aussi et surtout d’une extrême précision, même pour ce qui relève des aspects financiers. Il permet de mesurer l’ampleur et la dimension des nombreuses rencontres faites par Munch. Les noms des compositeurs, des artistes et des personnalités témoignent du rayonnement du chef d’orchestre mais aussi de ses liens d’amitié. Au lieu d’un vaste catalogue, Holoman présente ces liens en détaillant les circonstances, mais aussi les caractères des protagonistes, leurs prises de position, leurs contributions. Parmi ces figures, la liste est longue : il y a Albert Schweitzer, avec lequel il est en parenté, mais aussi la violoniste Ginette Neveu ou la pianiste Nicole Henriot, qui deviendra sa nièce. Les compositeurs ne sont pas en reste : Roussel, Honegger, Milhaud, Barber, Dutilleux et bien d’autres.

6Si Holoman reste relativement discret sur la vie privée de Munch (notamment sur son épouse et ses compagnes ou admiratrices), il réalise pourtant plus qu’une biographie. Il met en scène le monde musical, certes autour de C. Munch, et en décrit un vaste tableau durant la période pour le moins florissante des deux premiers tiers du XXe siècle.

7Enfin, l’auteur n’omet pas de mettre en évidence la très grande générosité de Munch, l’homme de cœur, sensible aux injustices sous toutes les formes, en citant des témoignages de reconnaissance, parmi lesquels de très touchants durant la Seconde Guerre mondiale, et en mentionnant ses fréquents dons personnels pour des causes diverses ; une leçon d’humanisme où l’on décèle aisément les rapports chaleureux de Munch avec les musiciens des orchestres qu’il a dirigés.

8Les indications bibliographiques et les références des sources manifestent la rigueur universitaire du chercheur. À cela s’ajoutent les nombreux entretiens, ceux, entre autres, avec les musicologues et acteurs du milieu musical strasbourgeois.

9L’ouvrage est parcouru par ce sourire de Munch qui illumine la première de couverture et semble dire : « Attendez un peu, il y aura bientôt une version en français », ce que l’on ne peut que souhaiter au plus vite. Ce serait un service rendu aux mélomanes francophones et à Charles Munch lui-même pour tout son engagement au service des compositeurs français qu’il a défendus à côté du répertoire allemand, qu’il a fait découvrir au public français.

10Il ne manque que ces moments de magie lors des concerts qu’il dirigeait mais dont on peut se faire idée avec les enregistrements réalisés. Un ouvrage indispensable dans la bibliothèque des mélomanes, et particulièrement des Alsaciens !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Philippe Meyer, « HOLOMAN (Dallas Kern), Charles Munch », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 505-507.

Référence électronique

Paul-Philippe Meyer, « HOLOMAN (Dallas Kern), Charles Munch », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1869

Haut de page

Auteur

Paul-Philippe Meyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page