Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

SAINT-ARROMAN (Gilles), Édouard Risler (1873-1929) et la musique française

Éditions Honoré Champion, 2008, 238 p.
Benoît Wirrmann
p. 511-512
Référence(s) :

SAINT-ARROMAN (Gilles), Édouard Risler (1873-1929) et la musique française, Éditions Honoré Champion, 2008, 238 p.

Texte intégral

1Soulignons-le d’emblée, le propos comble une lacune de l’histoire de la musique : il étudie les liens entretenus par un pianiste virtuose, essentiellement porté sur le répertoire allemand, du moins jusqu’en 1914, avec la musique française. Dans ce livre, Gilles Saint-Arroman explore une part en effet très peu étudiée d’un artiste qui a côtoyé les plus grands de son époque. Né à Baden-Baden en 1873, d’un père artiste-peintre originaire de Cernay, Risler aura très tôt quitté son Allemagne natale pour étudier au Conservatoire de Paris. Là, étudiant dans la classe de Diémer, il se lie d’amitié avec Reynaldo Hahn. L’auteur s’appuie d’ailleurs beaucoup sur leur correspondance conservée à la Bibliothèque nationale de France pour saisir la démarche de l’artiste. Risler retournera régulièrement par la suite de l’autre côté du Rhin, notamment pour étudier auprès des élèves de Liszt, compositeur dont il deviendra un des plus grands interprètes. Sous ses doigts, les accords qui sortent du piano sont signés des maîtres germaniques qu’il vénère : Beethoven, par-dessus tout, mais aussi Wagner (transcriptions), Bach, et les grands romantiques, notamment Schubert et Schumann. Mais il n’est pas dans la nature de cet artiste de rester cantonné dans un seul registre, si grand soit-il. La particularité de Risler est d’être un pont entre deux cultures, à une époque où les frontières n’étaient pas aussi poreuses qu’aujourd’hui. L’auteur montre aussi combien Risler a été un ambassadeur de la musique française à l’étranger. Il est en effet l’ami des plus grands compositeurs français de l’époque, souvent le créateur de leurs œuvres, et parfois même leur dédicataire, ce qui montre combien était grande l’estime que les compositeurs français lui portaient. À cette époque, fin XIXe et début du XXe siècle, considéré comme un âge d’or de la musique française, Risler côtoie et joue Saint-Saëns, Chabrier, Fauré, Dukas… On découvre ainsi un artiste nourri de ces deux esthétiques française et allemande par sa formation, très bon déchiffreur et curieux d’une abondante littérature pianistique, peu porté sur l’enseignement mais artiste-voyageur en Europe (en particulier l’Allemagne), en Russie, en Amérique du nord et du sud, propagateur des anciens et des modernes ainsi qu’en témoignent ses programmes dont certains sont reproduits à la fin de l’ouvrage. L’auteur a choisi de diviser son livre en trois grandes parties. La première permet de saisir la place particulière de Risler, « entre France et Allemagne ». La part belle est consacrée aux influences de l’artiste plutôt qu’à son parcours biographique. Particulièrement intéressante est la seconde, intitulée « Au piano avec… » qui revient sur ses liens avec une douzaine de compositeurs français de l’époque. Enfin, la troisième partie, « Par monts et par vaux » permet de compléter les données biographiques, mais toujours sous un angle musical, et de voir les réactions et l’évolution de la critique et du public durant sa carrière. D’une écriture fluide et agréable, cet essai, publié dans la collection « Musique-Musicologie » dirigée par Danièle Pistone, est très bien documenté grâce à une étude fouillée des archives de la famille Risler, auxquelles l’auteur a pu avoir accès. Il s’adresse aux avertis comme aux profanes désireux de compléter leurs connaissances sur cette grande période musicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Wirrmann, « SAINT-ARROMAN (Gilles), Édouard Risler (1873-1929) et la musique française », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 511-512.

Référence électronique

Benoît Wirrmann, « SAINT-ARROMAN (Gilles), Édouard Risler (1873-1929) et la musique française », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1880

Haut de page

Auteur

Benoît Wirrmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page