Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

SCHELD (Alfred), Erdöl im Elsass. Die Anfänge der Ölquellen von Pechelbronn. Von der historischen Doktorarbeit Jean Théophile Hoeffels (1734) in die Zeit nach dem Erdöl

Verlag Regionalkultur, 2012, 175 p.
René Walther
p. 512-514
Référence(s) :

SCHELD (Alfred), Erdöl im Elsass. Die Anfänge der Ölquellen von Pechelbronn. Von der historischen Doktorarbeit Jean Théophile Hoeffels (1734) in die Zeit nach dem Erdöl, Verlag Regionalkultur, 2012, 175 p.

Texte intégral

1Médecin à Pforzheim, Alfred Scheld annonce, par le sous-titre de son ouvrage, la présentation non pas d’une thèse d’histoire mais de la dissertation latine d’un doctorant en médecine sur le pétrole de Pechelbronn. L’ambition du travail de Hoeffel avait été de démontrer la valeur de l’huile minérale en tant que médicament. Mais le document intéresse aussi les historiens parce qu’il les informe sur la genèse de l’industrie pétrolière en Alsace et qu’il donne une idée des méthodes et des connaissances scientifiques au siècle des Lumières. En professionnel, Alfred Scheld livre quelques remarques attendues sur la valeur thérapeutique du travail de Hoeffel. Paul de Chambrier, cité dans la bibliographie, avait effectué un travail comparable du point de vue du chimiste en 1917.

2À la lecture du titre et du sous-titre, on pouvait s’attendre à une évocation des temps héroïques de l’exploitation du pétrole de Pechelbronn et à une vue d’ensemble couvrant la période de 1734 à nos jours. Scheld va au-delà, se permettant des anecdotes et digressions qui nous éloignent de Pechelbronn et du pétrole. L’auteur complète progressivement la biographie de Hoeffel, évoque ses précurseurs scientifiques et ses successeurs, esquisse la géographie du pays de Pechelbronn, l’histoire de l’Alsace du XVIIe siècle à Tomi Ungerer, puis l’histoire mondiale du pétrole. Quelques pages très intéressantes sont consacrées à la visite des vestiges industriels à Merkwiller et Lampertsloch, à la manière d’un guide touristique.

3Dans les pages 37 à 69, Scheld revient à la dissertation de Hoeffel qu’il traduit en allemand ; il la commente, l’illustre et la complète par des textes d’époque. À la généalogie de notre contemporain Daniel Hoeffel (ancien maire de Handschuheim, ancien ministre et descendant de Jean Théophile) succèdent des pages consacrées à la géologie des fossés d’effondrement, à la genèse des hydrocarbures, une biographie d’un marchand de pétrole lampant du XIXe siècle dans le Palatinat, la chronique familiale des entrepreneurs qui ont exploité le Pechelbronn. Scheld pose la question d’une éventuelle parenté entre Dominique Guillaume Lebel, valet de chambre de Louis XV, et la dynastie industrielle des Le Bel de Pechelbronn. Le paragraphe consacré au domestique a été recopié in extenso dans Wikipedia. Suivent des récits de fonçage de puits, d’accidents miniers ; il évoque l’influence du savant Jean-Baptiste Boussingault sur le clan Le Bel, la rivalité de ce dernier avec le baron de Bode pendant la Révolution française, la cession de Pechelbronn en 1889 et le bombardement de la raffinerie en 1944.

4L’ouvrage aborde (p. 137) l’inévitable forage du Capitaine Drake en 1859 à Titusville en Pennsylvanie, la Standard Oil Cy de Rockefeller, le cartel des sept sœurs (entreprises pétrolières transnationales dans l’entre-deux-guerres) avant de revenir sur le pétrole allemand et alsacien pendant la même période. Il termine en exposant le principe du Pic de Hubbert, maximum de la production pétrolière annonciateur de la fin de la civilisation du pétrole d’un futur sans avion (ou presque) par défaut de carburant.

5L’intérêt scientifique du livre d’Alfred Scheld est limité. Son mérite consiste à mettre à la disposition des lecteurs allemands une introduction richement illustrée de l’histoire du pétrole en général et de celui de Pechelbronn en particulier (119 documents iconographiques). À charge pour le lecteur d’approfondir, à l’aide de la bibliographie (p. 151‑159), ses informations foisonnantes et elliptiques. Scheld s’est servi plus particulièrement du livre de J. C. Streicher publié en 2011 aux Éditions Hirlé, 314 p. : Les pionniers de l’or noir de Pechelbronn. Jean Th. Hoeffel, L. P. Auzillon de la Sabonnière, Antoine Le Bel. En revanche, le touriste sera heureux de visiter les lieux, le livre à couverture rigide ouvert sur une des nombreuses cartes ou sur les pages consacrées aux conseils de randonnée (en particulier p. 165‑167). Scheld parvient enfin à présenter le Pechelbronn comme un patrimoine industriel et culturel transfrontalier, commun à l’Allemagne et à la France. Il relève particulièrement que J. Th. Hoeffel avait poursuivi sa carrière de médecin auprès des ducs de Deux-Ponts (Zweibrücken en Rhénanie-Palatinat) et laissé ainsi des traces de l’autre côté de la frontière : en bibliophile passionné, il avait accumulé 2 500 volumes d’origines multiples, avec une préférence pour les ouvrages français. Ce trésor est conservé à la bibliothèque de Bamberg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Walther, « SCHELD (Alfred), Erdöl im Elsass. Die Anfänge der Ölquellen von Pechelbronn. Von der historischen Doktorarbeit Jean Théophile Hoeffels (1734) in die Zeit nach dem Erdöl », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 512-514.

Référence électronique

René Walther, « SCHELD (Alfred), Erdöl im Elsass. Die Anfänge der Ölquellen von Pechelbronn. Von der historischen Doktorarbeit Jean Théophile Hoeffels (1734) in die Zeit nach dem Erdöl », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/1882

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page