Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Les Actes du Cresat no10

2013, 149 p.
Frédéric Kurtz
p. 516-518
Référence(s) :

Les Actes du Cresat no10, 2013, 149 p.

Texte intégral

1Téléchargeable sur le site de l’Université de Haute Alsace, l’annuaire du Centre de Recherches sur les Economies, les Sociétés, les Arts et Techniques met à la disposition de tous les résultats d’une nouvelle année de travaux à tous les niveaux de la recherche universitaire : comptes rendus de séminaires, résumés de mémoires de master, positions de thèse, tour d’horizon des journées d’étude, recherches en cours et contrats.

2Des quatre comptes rendus de séminaire, on en retiendra deux pour l’histoire de l’Alsace. Celui de Jean-Philippe Droux et Odile Kammerer fait le point sur l’Atlas historique de l’Alsace (AHA), l’une des grandes entreprises actuelles en histoire régionale. Celui de Bernard Jacqué dresse un état des sources sur l’utilisation des papiers peints dans les intérieurs du XIXe et du début du XXe siècle, à partir d’exemples non régionaux mais naturellement utiles pour une histoire des intérieurs en Alsace qui commence à s’écrire à l’UHA.

3Deux masters sont ensuite présentés, dont celui de Rémy Trommenschlager en histoire contemporaine de l’Alsace. Son Etude prosopographique de la Brigade Alsace-Lorraine vient compléter notre connaissance des destins alsaciens et mosellans – car l’auteur montre, comme on pouvait le prévoir, qu’ils y sont majoritaires – pendant la Seconde Guerre mondiale. Le questionnement diachronique (De quels réseaux de résistance viennent les combattants ? Quels liens conserveront-ils après la guerre ?) est bienvenu et l’on attend la suite de ce travail, annoncée dans les « perspectives de recherche ».

4La position de thèse de Joseph Gauthier nous ramène au noyau dur du Cresat par son sujet comme par son approche, qui croise les démarches historique, archéologique et expérimentale. La fortune des entreprises minières : histoire et archéologie de l’essai des minerais par voie sèche en Europe, du haut Moyen Âge au XVIIIe siècle fait la lumière sur une activité négligée jusqu’alors par les historiens des mines et de la métallurgie. L’échelle de l’étude s’adapte naturellement aux sources existantes : peu nombreuses pour le Moyen Âge, elles imposent à l’historien l’échelle européenne ; abondantes pour l’époque moderne, elles lui permettent de se concentrer sur le massif vosgien – concentration mais non fermeture, car la démarche tant archéologique que technique a imposé l’étude d’un corpus de pièces slovaques. Le plan est thématique. Joseph Gauthier commence par définir les quatre fonctions de l’essai (économique, politique, commerciale, technique). Il distingue ensuite deux techniques d’essai, selon que celui-ci est réalisé sur de grandes quantités (grande échelle) ou de petites quantités (petite échelle) de matière. Le second mode opératoire prend largement le dessus au cours de l’époque moderne. Il se divise en deux filières : l’essai au creuset et l’essai au scorificatoire et au four à moufle. Le développement de ces techniques de pointe fait l’objet de la troisième et dernière partie de l’étude. Joseph Gauthier explique qu’il fut entrepris dans une perspective scientifique qui se situe à l’origine de la chimie moderne.

5Viennent ensuite les comptes rendus des journées d’étude par leurs organisateurs : (1) les cinquièmes Journées d’histoire industrielle de Mulhouse et de Belfort (Pierre Lamard et Nicolas Stoskopf), conçues cette année comme un hommage à Michel Hau et dont les résumés des interventions sont accessibles sur le site du Cresat, en attendant la publication papier ; (2) la journée d’étude « Enjeux et pratiques des usagers de l’information et de la communication à l’ère du numérique » (Olivier Thévenin), avec le regard alsacien d’Emmanuelle Chevry sur « le patrimoine des bibliothèques municipales à l’ère du numérique » ; (3) la journée d’étude « Institutions culturelles et web collaboratif : quels usages, quels enjeux ? » (Anne Marie Bruleaux), avec une intervention d’Adélaïde Zeyer et Emilie Taglang sur « Herrade : un wiki pour les Archives départementales du Bas-Rhin » ; (4) la journée d’étude « Quand la culture dialogue avec la technique » (Carsten Wilhelm), avec une intervention d’Angeliki Koukoutsaki-Monnier sur les « espaces publics transfrontaliers et [les] médias régionaux en Alsace » ; (5) l’atelier doctoral « Les cartes anciennes, une source pour les sciences humaines et sociales ? » (Benjamin Furst, Nicolas Holleville, Adrien Vuillemin et Catherine Xandry), organisé en collaboration avec l’Université de Strasbourg, qui a fait la part belle à l’histoire de l’Alsace.

6Au chapitre des projets et contrats, Joseph Gauthier, Pierre Fluck et Bernard Bohly évoquent l’élargissement à l’échelle régionale du Projet Collectif de Recherche consacré à l’exploitation des minerais non-ferreux (jusqu’alors concentré sur le seul cas de Sainte-Marie-aux-Mines), tandis que Brice Martin fait le bilan du projet franco-allemand Transrisk sur l’histoire des inondations dans l’espace du Rhin supérieur et du projet « Observatoire des risques majeurs en Alsace » (ORMA) sur « la mémoire des inondations et son intégration en termes de gestion ».

7Ce rapide survol de l’annuaire se veut, le lecteur l’aura compris, moins une recension qu’une invitation à compulser directement une publication incontournable pour qui veut se tenir au courant de l’avancée de la recherche historique en Alsace. Dommage que les illustrations passent mal en PDF…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Kurtz, « Les Actes du Cresat no10 », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 516-518.

Référence électronique

Frédéric Kurtz, « Les Actes du Cresat no10 », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1893

Haut de page

Auteur

Frédéric Kurtz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page