Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

FAUCHEREAU (Serge) et PIJAUDIER-CABOT (Joëlle), dir., L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950

catalogue de l’exposition qui s’est tenue au Musée d’art moderne et contemporain de la ville de Strasbourg du 8 octobre 2011 au 12 février 2012, Musée de Strasbourg, 2011, 422 p.
Jérôme Schweitzer
p. 518-519
Référence(s) :

FAUCHEREAU (Serge) et PIJAUDIER-CABOT (Joëlle), dir., L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950, catalogue de l’exposition qui s’est tenue au Musée d’art moderne et contemporain de la ville de Strasbourg du 8 octobre 2011 au 12 février 2012, Musée de Strasbourg, 2011, 422 p.

Texte intégral

1Presque paradoxalement, l’une des conséquences du siècle des Lumières fut le développement d’une véritable fascination pour l’occulte, qui influença considérablement l’histoire de l’art tout long des XIXe et XXe siècles. C’est le cœur du sujet de ce catalogue publié à l’occasion de l’exposition présentée au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg l’an dernier. Plus de 500 œuvres et près de 300 objets ont permis d’explorer le sujet sur les plans à la fois artistique, scientifique et littéraire. Le catalogue rassemble plus d’une vingtaine de contributions des meilleurs spécialistes de ces questions. L’attrait pour l’occulte est ainsi étudié en relation avec les grands courants artistiques que furent le romantisme, le symbolisme ou le surréalisme, mais aussi par ses liens avec la science.

2Le catalogue s’ouvre par une remise en contexte de la fascination pour l’occulte, qui trouve ses origines dès l’Antiquité avec les mystères de la divination ou de l’alchimie, une tradition qui se développe tout au long du Moyen Âge à travers l’Europe, notamment avec la crainte de la sorcellerie ou le développement de la mystique rhénane. Ce vaste mouvement culmine au XVIIIe siècle, au moment où se développent les Lumières. Des personnages troublants, tels le comte de Saint-Germain, qui prétendait détenir le secret de l’immoralité, ou Cagliostro font leur apparition et déchainent les passions des cours européennes, fascinées par leurs récits fantastiques. C’est sur cette tradition extrêmement riche que se développent des œuvres nourries de cette part sombre des esprits à travers les tableaux de Goya peuplés de sorcières et d’esprits. Cet attrait pour les songes et l’irréel influença ainsi profondément le symbolisme, puis les avant-gardes et le surréalisme. La science ne resta pas inactive face à tant de mystères et c’est un autre pan mis en lumière par cette exposition qui présente certaines des entreprises mises en œuvre afin de comprendre le spiritisme ou de capturer les esprits grâce à l’apparition de nouvelles technologies comme la photographie.

3L’organisation de cette exposition à Strasbourg carrefour des influences culturelles marqué par le développement de la mystique rhénane, les procès de sorcellerie ou le passage de Cagliostro ou de Puysegur n’est pas un hasard. Cet événement a permis de souligner la richesse des collections de ses différentes institutions et cette fascination de l’occulte qui laissa de nombreuses empreintes sur l’histoire culturelle et artistique de l’Alsace. Ce catalogue offre une vision d’ensemble sur ces sujets. On pourra cependant regretter le manque de commentaires de certaines des œuvres reproduites, qui ne permet pas toujours une compréhension aisée de leur influence pour les publics non initiés. Néanmoins, le vaste panorama offert par les différents auteurs permet de mieux comprendre et de mieux cerner l’influence particulière de l’obscur sur l’histoire intellectuelle en Europe tout au long des deux derniers siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Schweitzer, « FAUCHEREAU (Serge) et PIJAUDIER-CABOT (Joëlle), dir., L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950 », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 518-519.

Référence électronique

Jérôme Schweitzer, « FAUCHEREAU (Serge) et PIJAUDIER-CABOT (Joëlle), dir., L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950 », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1894

Haut de page

Auteur

Jérôme Schweitzer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page