Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

HUGODOT (Florence), Alsacienne de l’Intérieur

Le Verger, 2012, 256 p.
François Igersheim
p. 519-520
Référence(s) :

HUGODOT (Florence), Alsacienne de l’Intérieur, Le Verger, 2012, 256 p.

Texte intégral

1Sous-titré « coup d’œil et de cœur sur l’Alsace d’aujourd’hui », la première femme sous-préfet de France, nommée non pas à Castellane, Forcalquier ou Céret, mais à Ribeauvillé, nous invite à suivre sa promenade, un peu désabusée dans le « beau jardin » qui la conduisit de cette sous-préfecture à Saverne dont elle a été la première dame, ayant épousé son député-maire, Adrien Zeller, dont elle a divorcé, puis à Strasbourg au tribunal administratif et au barreau. Relevons parmi les choses vues, une évocation de la place de la gare de Strasbourg, capitale scolaire et universitaire, à 6 heures et demies du matin, à l’heure glacée où les cars dégorgent leurs « potaches » (qui ont remplacé les ouvriers des « trains ouvriers » ?). On y rencontre des couples amis, dont on ne connaitra que les prénoms. Et on y voit fugitivement passer « d’r Adrien », et d’autres (?) « grands hommes, frêles humains » que seuls reconnaitront ceux qui connaissent l’auteur. On regrette que tous les chapitres ne soient pas aussi « pointus » que celui qu’elle titre « j’ai mal au centre », qui témoigne d’un engagement personnel. Elle y brosse un tableau amer du « centrisme alsacien », - « pour ceux qui arrivaient de l’intérieur, autre chose que ces partis aux convictions indéterminées » –; dont elle espère qu’il est seulement endormi. Attachant aussi, le chapitre sur « vieillir en Alsace », où l’on comprend que cette « Alsacienne de l’Intérieur » a renoncé « à mettre tous les jours ses pas sur les chemins que n’arpentent plus ceux pour qui on a voulu prendre racine » et pris le chemin du retour vers Paris ou du départ vers le midi et la mer, comme le font d’ailleurs nombre d’autres Alsaciens. On ne sera pas déçu de parcourir un livre trop allusif mais que parsèment les formules heureuses. À la lecture d’un livre qui par moments relève du tirage limité pour famille et amis, on regrettera que « cette femme aux commandes, femme au charbon » n’ait pas mis son talent d’observation et d’écriture acérés à la rédaction d’un livre de mémoires. Mais elle a sans doute voulu tourner la page et conclut : « Quand on en a ras le bol du brouillard, de la canicule, de l’accent, des politiciens, des potins des DNA, des carnavals et des marchés de Noël, il suffit de lever les yeux et on est en paix avec l’Alsace. Car on la voit mieux quand on est en haut ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « HUGODOT (Florence), Alsacienne de l’Intérieur », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 519-520.

Référence électronique

François Igersheim, « HUGODOT (Florence), Alsacienne de l’Intérieur », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1897

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page