Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

MULLER (Dany) et EUDELINE (Philippe), Le château des Rohan de Saverne

Éditions du Signe, 2011, 46 p.
Stéphane Xaysongkham
p. 522-523
Référence(s) :

MULLER (Dany) et EUDELINE (Philippe), Le château des Rohan de Saverne, Éditions du Signe, 2011, 46 p.

Texte intégral

1Les cardinaux de Rohan ouvrent le bal en chanson, « Constantin a toujours faim du plus fin, Louis René sent le brûlé ! ». Entre allusion et illusion, on découvre toute l’histoire du château de Saverne dans la première bande dessinée à lui consacrer ses 46 pages, parue à la fin de l’année 2011 aux éditions du Signe. L’occasion pour le lecteur d’un retour aux sources de l’histoire locale, grâce à un voyage dans le temps à dos de licorne. C’était relever un défi, que de chercher à sensibiliser principalement un public de jeunes lecteurs à l’histoire du château et de la ville, en rompant avec la forme de la publication scientifique. L’histoire par l’image et la mise en scène : pari réussi pour Dany Muller l’auteur du scénario, réalisateur du spectacle estival à succès « Vies de châteaux », et pour le dessinateur Philippe Eudeline, qui a déjà signé, entre autres, la série des « Oubliés de l’Empire ».

2Guillaume, jeune fils du concierge du château des Rohan, veut apprendre par cœur toutes les dates de l’histoire de sa ville natale pour un jour en devenir le maire. Voilà déjà un premier clin d’œil à l’histoire : François Dietrich, dernier concierge au service des cardinaux de Rohan, avait occupé cette fonction clé dans les dix années qui précèdent la Révolution. Mais une grave chute va bouleverser la vie du petit garçon, brusquement « prisonnier du monde des dates ». Au souci d’allier un récit simple et attractif à une trame historique rigoureuse, Philippe Eudeline joint la précision des détails architecturaux. Dany Muller ajoute encore à la toile quelques pincées d’humour et l’intrigue suscitée par un certain monsieur Dunkelwasser…

3D’un siècle à un autre, le château naît et se développe au cœur des tumultes que connaît l’Alsace. Après un saut au temps de Julien l’Apostat et des Alamans, le jeune Guillaume se retrouve aux côtés du roi Henri l’Oiseleur qui reprend Saverne à Raoul de France (925). Et voilà qu’en l’église de la Nativité de Saverne, la statue de Guillaume de Hohnstein prophétise la guerre des Paysans (1525). D’Ernst von Mansfeld à Louis XIV en passant par Turenne, les acteurs défilent au fil des péripéties de Guillaume. Le séjour du garçon au temps des Rohan fait les délices de la BD. Après un souper fastueux à la table de Mademoiselle de Clermont au milieu des courtisans et des domestiques, une promenade ressuscite les agréments du grand jardin à la française, avec ses parterres de broderies et son boulingrin, son grand canal et ses allées, son potager et ses orangers. Feu d’artifice, gondoles et chinoiseries évoquent les riches heures de Saverne avant qu’éclatent l’affaire du Collier puis la Révolution. Le château et ses dépendances prennent forme sous les yeux du lecteur, révélant la complexité de l’œuvre architecturale et ses évolutions de ses origines à nos jours, en passant par les Rohan et Napoléon III.

4À noter la reprise du spectacle « Vies de château » à Saverne dans le courant de l’été 2013 : l’occasion de dérouler à nouveau, grandeur nature cette fois, la fresque du château néoclassique aux pieds des Vosges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Xaysongkham, « MULLER (Dany) et EUDELINE (Philippe), Le château des Rohan de Saverne », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 522-523.

Référence électronique

Stéphane Xaysongkham, « MULLER (Dany) et EUDELINE (Philippe), Le château des Rohan de Saverne », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/1903

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page