Navigation – Plan du site

Schwörtage sans Schwörbriefe ?

Le serment collectif à Colmar (XIIIe siècle - époque moderne)
Oath days without oath taking writs? Popular oath in Colmar between the 13th century and modern times
Schwörtage ohne Schwörbriefe? Der kollektive Schwur zu Colmar (XIII. Jh.- Beginn der époque moderne)
Laurence Buchholzer-Remy
p. 9-40

Résumés

Colmar compte parmi les villes connues pour pratiquer, au tournant du XVIe siècle, un jour juratoire (Schwörtag) : la population assemblée et le Magistrat y échangent des serments, garants de l’ordre civique et du Bien de la Ville. Cet article se propose d’en explorer la genèse et le devenir. S’agissait-il de réitérer un ancien serment communal, qui aurait présidé aux origines mêmes de la communauté urbaine ? Voulait-on, comme à Strasbourg, entériner et faire respecter un document constitutionnel présenté solennellement aux yeux de tous ? À l’examen, le cas colmarien présente des traits particuliers tels l’attachement à un lieu du serment ou la part importante jouée par la représentation impériale dans l’apparition, puis l’itération du serment civique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

En amont des jours du serment : universitas et pratiques juratoires aux XIIe-XIIIe siècles
De la communitas à l’universitas
Des espaces du serment précoces
L’émergence d’une pratique administrative du serment
À la recherche des Schwörbriefe colmariens
Approches protocolaires du serment civique collectif

Aperçu du texte

Le recours au serment est attesté de façon croissante dans le monde occidental dès les IXe-Xe siècles. L’acte juratoire intervient dans le rituel féodo-vassalique comme dans les institutions de paix. Il structure aussi des rapports d’autorité, de souveraineté / soumission, entre un puissant et ses sujets. De tels serments d’allégeance (Huldigungseid) existent dans les villes médiévales, entre seigneur(s) et dépendants. Cependant, dans ce même cadre urbain, depuis la fin du XVIIIe siècle, l’historiographie a surtout mis en exergue une émancipation fondée sur un serment entre égaux, le serment de « commune » vu comme un élément fondateur de l’assemblage politique et social urbain. La « commune urbaine compterait parmi les apports les plus importants du Moyen Âge à l’histoire sociale de l’Europe. C’est en effet dans la commune que le type social du citadin libre a vu le jour ».

L’importance quantitative du mouvement communal a, depuis, été relativisée. Les communes furent rares, et étai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Buchholzer-Remy, « Schwörtage sans Schwörbriefe ?  », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 9-40.

Référence électronique

Laurence Buchholzer-Remy, « Schwörtage sans Schwörbriefe ?  », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/1986 ; DOI : 10.4000/alsace.1986

Haut de page

Auteur

Laurence Buchholzer-Remy

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge, Université de Strasbourg, EA 3400/ARCHE

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page