Navigation – Plan du site

Le « Schwörbrief » de 1482 : L’origine et les conséquences de l’exclusion du Grand conseil pour les baigneurs de Strasbourg

The ‘Schwörbrief’ of 1482: Exclusion from the Great Council - Reasons and consequences for the Strasbourg Bathhouse-Guild
Der Schwörbrief von 1482: Ursachen und Folgen des Ausschlusses aus dem Großen Rat für die Straßburger Bader
Kristin Zech
p. 59-78

Résumés

Cet article s’intéresse à l’année 1482, date centrale de l’évolution institutionnelle strasbourgeoise. La nouvelle charte de serment, qui resta en vigueur jusqu’à la Révolution française, établissait alors que le nombre de membres du Grand Conseil serait réduit de deux sièges des corporations et deux des Constofler. La problématique de l’article porte moins sur l’évolution des institutions strasbourgeoises en tant que telle, mais plutôt sur la question des groupes qui perdirent leur siège. Quelles raisons expliquèrent alors la perte de ce levier essentiel de la participation politique, et comment le groupe se structura-t-il après son exclusion du Conseil, qui signifiait également la fin de son existence comme corporation autonome ? Cette étude prend comme exemple le métier des baigneurs, qui, avec les barbiers-chirurgiens, désignait un conseiller depuis 1332. Il apparaît que dans le cas des baigneurs, un faisceau de facteurs peut expliquer la perte du siège au Conseil, tels que le déclin de l’activité des bains, la diminution du nombre de membres du métier qui en résulta ou encore les dettes du poêle du métier. Par ailleurs, une spécificité du métier était que les bains employaient beaucoup de personnel non qualifié et que comme lieu de rencontre de personnes peu vêtues des deux sexes, ils étaient de moins en moins bien vus au seuil de l’époque moderne. En 1482, lorsque leur corporation fut dissoute, les baigneurs furent placés dans celle des forgerons où leur rôle fut insignifiant. Leur identité propre, qui s’exprimait en ville par la bannière, le sceau, le poêle de la corporation et par leur participation au service du guet avec un contingent propre, était alors définitivement perdue. Après 1482, le groupe se définit et se structura principalement par sa confrérie, qui subsista au moins jusqu’à 1537, alors que Strasbourg était déjà devenue protestante.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

La corporation des baigneurs comme association de métier
La situation de concurrence avec les barbiers
La réputation des baigneurs à Strasbourg
Le niveau des salaires du métier
La régression des bains publics à la fin du Moyen Âge
Les baigneurs comme unité militaire
La corporation politique
La piété des baigneurs
Conséquences de l’année 1482 pour les baigneurs
La confrérie des baigneurs comme substitut ?

Aperçu du texte

À Strasbourg à une date indéterminée entre 1470 et 1482, l’institution la plus importante de la ville – le grand conseil (Großer Rat) – se réunit pour un débat (Ratschlagen) ayant pour but de réduire le nombre des membres du conseil. À cette époque, il était composé de douze Constofler, 24 maîtres des corporations de métier et de l’Ammeister, le véritable chef du gouvernement municipal.

Durant la période de 1462 à 1470 le conseil avait déjà connu une réduction de sièges (de quatre maîtres des corporations et deux Constofler) et cette nouvelle réunion avait pour but de discuter d’une nouvelle diminution du nombre des corporations représentées. En ce qui concerne la corporation politique regroupant baigneurs (Bader) et barbiers (Scherer), le compte-rendu de la réunion indique : « à propos des barbiers et des baigneurs, il fut dit que dans d’autres villes ils ne forment pas des métiers à part et qu’ils sont rarement envoyés dans les conseils. Aussi proposèrent‑ils qu’on les répartisse d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kristin Zech, « Le « Schwörbrief » de 1482 : L’origine et les conséquences de l’exclusion du Grand conseil pour les baigneurs de Strasbourg », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 59-78.

Référence électronique

Kristin Zech, « Le « Schwörbrief » de 1482 : L’origine et les conséquences de l’exclusion du Grand conseil pour les baigneurs de Strasbourg », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1990 ; DOI : 10.4000/alsace.1990

Haut de page

Auteur

Kristin Zech

Collaboratrice scientifique à la Technische Universität de Darmstadt

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page