Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIIe-XIXe siècles

BUCK (Janice), L’École centrale du Bas-Rhin (1796-1803). Contribution à l’histoire de l’instruction publique

Société académique du Bas-Rhin pour le progrès des Sciences, des Lettres, des Arts et de la Vie économique, Bulletin t. CXXXI-CXXXII, 2011-2012, 182 p.
Éric Ettwiller
p. 490-492
Référence(s) :

BUCK (Janice), L’École centrale du Bas-Rhin (1796-1803). Contribution à l’histoire de l’instruction publique, Société académique du Bas-Rhin pour le progrès des Sciences, des Lettres, des Arts et de la Vie économique, Bulletin t. CXXXI-CXXXII, 2011-2012, 182 p.

Texte intégral

1L’ouvrage présente l’histoire d’un foyer majeur de la vie intellectuelle strasbourgeoise pendant la Révolution. Instaurées par la loi sur l’instruction publique du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795), les écoles centrales sont appelées à naître, une par département, pour offrir un enseignement général hérité de l’encyclopédisme des Lumières, en rupture avec les collèges d’Ancien Régime. Rapidement, elles disparaissent sous le Consulat, pour laisser place aux lycées. On comprend tout de suite l’intérêt d’étudier cette institution charnière, qui en tant que telle pose la question de la rupture et de la continuité. Pour y répondre, Janice Buck choisit l’« histoire totale » et le plan le plus efficace pour cela : présentation du cadre (matériel, institutionnel), puis des acteurs et enfin des enjeux de la création d’un nouvel enseignement secondaire.

2Autant dire tout de suite que l’objectif est amplement atteint. Après une introduction qui montre une parfaite maîtrise de la bibliographie et permet de replacer l’établissement dans le contexte tant national de la Révolution que local du XVIIIe siècle strasbourgeois, l’auteur retrace l’histoire du bâtiment (actuel Lycée Fustel de Coulanges) et nous guide, autant que possible, pièce après pièce, dans des locaux peu reluisants. Le bâtiment est trop petit pour accueillir les équipements dont il doit être pourvu : bibliothèque du département (qui contient le précieux Hortus Deliciarum), jardin botanique, cabinets d’histoire naturelle et de physique-chimie. Le lecteur est donc amené à se promener dans les rues du vieux Strasbourg et à franchir la porte des cabinets privés des professeurs. Dans son fonctionnement, comme les autres écoles centrales, celle de Strasbourg se caractérise par son autonomie – un système qui ne manque pas de trouver quelques résonances dans les débats actuels. Mais si l’organisation de l’établissement repose entre les mains du Conseil général de l’École, du Conseil d’administration de l’École et du jury d’Instruction publique près de l’École centrale, ces mains sont liées par l’État, qui tient les cordons d’une bourse bien peu remplie. Dans cette limite, les professeurs organisent un enseignement original, dans un contexte d’autant plus difficile qu’à la désorganisation générale du système scolaire s’ajoutent les complications d’une situation linguistique particulière. Ils mettent en place un cursus de six ans proposant trois branches spécialisées et se distinguent en cela du modèle théorique, suivi plus ou moins fidèlement par la plupart des autres écoles centrales. Difficile cependant de faire accepter aux élèves cet encadrement, qu’il est encore question d’étendre au travail à la maison : le règlement appel de ses vœux la concertation entre parents et professeurs ! Mais si l’assiduité des élèves apparaît chaotique, l’École centrale connaît une fréquentation tout à fait correcte (150-200 élèves). Elle peut notamment compter sur le vivier que représente pour elle le Gymnase protestant, véritable école préparatoire qui lui fournit nombre de ses meilleurs éléments. Son directeur, Jérémie-Jacques Oberlin, n’est d’ailleurs autre que le zélé bibliothécaire de l’École centrale. Il a le même statut que les professeurs et assure collégialement avec eux la direction de l’établissement. Au cours de ses sept années d’existence, l’institution a vu douze professeurs se succéder à ses neuf chaires officielles. Rien n’est oublié (origines, parcours, recrutement, réseaux, opinions politiques) pour établir l’identité de ce corps professoral qui porte l’École centrale à bout de bras par sa qualité et son dévouement. Le tableau (décomposé portrait par portrait dans un glossaire à la fin de l’ouvrage) présente l’image de la continuité avec les Lumières. Acteurs essentiels de toute histoire scolaire, les élèves se retrouvent eux-aussi minutieusement étudiés. Les origines géographiques apparaissent les mieux documentées. Si les deux tiers de l’effectif proviennent de Strasbourg, le dernier tiers arrive d’un grand quart nord-est de la France dans lequel les autres communes du département s’avèrent relativement peu représentées. « Aussi, comme le dit l’auteur en conclusion, n’est-il pas incorrect de parler de l’École centrale de Strasbourg » au lieu de celle du Bas-Rhin. La diversité des origines sociales entraîne quant à elle des attentes différentes, dont traite la dernière partie. Comme dans tout bon mémoire de master, travail d’où est issu l’ouvrage, l’auteur fait état d’un riche corpus de sources et d’une bibliographie complète. On remarquera l’importance des sources manuscrites, dont l’exploitation minutieuse fait la qualité de l’étude. Seul bémol, certains plans et cartes, par ailleurs très utiles pour les premiers et bien pensées pour les secondes, auraient pu faire l’objet de plus de soin dans leur reproduction ou production.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Ettwiller, « BUCK (Janice), L’École centrale du Bas-Rhin (1796-1803). Contribution à l’histoire de l’instruction publique », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 490-492.

Référence électronique

Éric Ettwiller, « BUCK (Janice), L’École centrale du Bas-Rhin (1796-1803). Contribution à l’histoire de l’instruction publique », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2016

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page