Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Première guerre mondiale

DUBAIL (André et Emmanuel), La Grande Guerre dans le Sundgau. Un front secondaire… mais pas trop !

Société d’histoire du Sundgau / Les Amis du Kilomètre 0, 2014, 136 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 504-505
Référence(s) :

DUBAIL (André et Emmanuel), La Grande Guerre dans le Sundgau. Un front secondaire… mais pas trop ! Société d’histoire du Sundgau / Les Amis du Kilomètre 0, 2014, 136 p.

Texte intégral

1Si le grand public connaît les noms du Linge, du Hartmannswillerkopf et éventuellement de la Tête-des-Faux, il a longtemps ignoré que le front d’Alsace ne se limitait pas aux Vosges pendant le premier conflit mondial. En 2011 la spectaculaire découverte du Killianstollen à Carspach – un abri préfabriqué qui est devenu le caveau funéraire de vingt-et-un soldats allemands – a toutefois mis en lumière ce front « calme » et « secondaire ».

2Après la guerre de mouvement, les lignes se sont en effet stabilisées dans le Sundgau comme ailleurs. Elles courent de Pfetterhouse, à la frontière suisse (le Kilomètre 0, dont une association à laquelle appartiennent les deux auteurs met depuis plusieurs années en valeur les vestiges), jusqu’à Steinbach, au pied de l’Hartmannswillerkopf, passant à l’ouest d’Altkirch, resté allemand. De part et d’autre, les belligérants s’adaptent à la guerre de positions en établissant là comme ailleurs des tranchées, des abris à mitrailleuses ou à canons, des dépôts de munitions, protégés par des réseaux de barbelés. André Dubail, spécialiste du béton sur le front, est ici dans son élément.

3Les affrontements prennent différentes formes. L’artillerie entre périodiquement en action, réduisant à peu de choses plusieurs villages dont la population souffre souvent longtemps avant d’être évacuée. On se livre également à la guerre de mines. Après l’échec de la stratégie de débordement dans les Vosges, le Sundgau devient le théâtre d’opérations de diversion. Ainsi, les 21 et 24 février 1916, au moment de l’offensive de Verdun, les Allemands lancent-ils une attaque appuyée sur le bois Schönholz. Ils bombardent aussi Belfort par le Long Max, un canon géant de 380 millimètres installé à Zillisheim. En août 1918 les Alliés mènent à leur tour dans la région une action d’intoxication vis-à-vis des Allemands, confiée aux Américains.

4Tout cela est très bien retracé par André et Emmanuel Dubail, qui s’attachent aussi au point de vue des civils, aux relations entre les belligérants et les Suisses. L’ouvrage est abondamment illustré – souvent par des photos inédites –, il comporte de nombreuses cartes et schéma explicatifs. C’est le type même de l’étude minutieuse qui peut présenter à la fois de l’intérêt pour un public très local et pour tout passionné de la Grande Guerre, qui y trouvera des éléments de comparaison fort utiles avec les autres fronts. Il est permis néanmoins d’estimer qu’un sous-titre plus adapté aurait dû être choisi : celui-ci, à la limite entre le langage des cours de récréation et celui des commentateurs sportifs, ne reflète pas le contenu, éminemment sérieux de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « DUBAIL (André et Emmanuel), La Grande Guerre dans le Sundgau. Un front secondaire… mais pas trop ! », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 504-505.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « DUBAIL (André et Emmanuel), La Grande Guerre dans le Sundgau. Un front secondaire… mais pas trop ! », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2031

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page