Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Seconde Guerre mondiale

KLEINHENTZ (Laurent), Kriegsmarine sang d’ancre

Serpenoise, 2013, 573 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 508-510
Référence(s) :

KLEINHENTZ (Laurent), Kriegsmarine sang d’ancre, Serpenoise, 2013, 573 p.

Texte intégral

1Voici plus de soixante-dix ans, en août 1942, les décrets des Gauleiter Wagner et Bürckel conduisent à l’incorporation de force de 130 000 hommes dans l’armée allemande. Des milliers d’Alsaciens et de Mosellans (c’est de ces derniers qu’il est surtout question ici) ont été incorporés de force dans la Kriegsmarine. Laurent Kleinhentz, qui s’intéresse à la question de l’incorporation de force depuis de nombreuses années et a déjà plusieurs ouvrages à son actif, a recueilli les souvenirs de très nombreux survivants, dont la plupart sont disparu aujourd’hui. Malgré quelques entorses à la méthode historique – ainsi un certain manque, parfois, de croisement des sources comme dans le cas du récit de ce « pauvre Malgré-nous » sous-marinier dont le dossier conservé aux archives départementales de la Moselle prouve que les conditions d’incorporation furent peu claires –, son œuvre est d’une très grande importance, il a sauvé du néant la mémoire de dizaines de témoins.

2Après avoir subi la formation classique du militaire, c’est-à-dire le Drill, dressage à la prussienne, les marins sont dirigés vers les nombreuses spécialités de l’arme : le service sur les navires (croiseurs, cuirassés, torpilleurs, vedettes, dragueurs de mines), pour la plupart en mer du Nord ou dans la Baltique, plus rarement en Méditerranée (parmi les spécialités de bord : l’artillerie, les torpilles, les machines, les transmissions, le service d’ordonnance, la cuisine) ; d’autres rejoignent les sous-marins, l’artillerie et la Flak côtières, les stations de projecteurs et de radars, les stations météorologiques ; les derniers enfin sont affectés au service dans les ports, au service de santé, à la marine marchande, aux arsenaux, enfin, dans l’infanterie de marine (ou souvent l’infanterie tout court à la fin de la guerre).

3Sous l’uniforme allemand, la plupart des Alsaciens-Lorrains sont le jouet d’événements qui les dépassent et se font discrets. Certains pratiquent cependant une sorte de résistance passive. Ils manifestent une tendance bien naturelle à se regrouper. Cela n’exclut nullement une camaraderie sincère avec leurs autres compagnons, les jeunes marins allemands. Ils se plaignent rarement d’avoir été l’objet de discriminations en raison de leurs origines.

4Même s’il faut bien se garder de généraliser, car certains cas ont été dramatiques (torpillage, attaques aériennes), les Malgré-nous de la Kriegsmarine sont des privilégiés, du moins pour ce qui concerne leur existence quotidienne. Le marin embarqué ne connaît pas les misères du troupier perdu sur le front russe ; même à terre, dans un port, sa situation reste enviable, surtout en ce qui concerne le couchage et la nourriture. L’idée de la désertion hante beaucoup d’entre eux. Certains n’osent pas franchir le pas par crainte des conséquences pour leur famille ; tous d’ailleurs ne bénéficient pas d’un contexte favorable.

5En 1945 les incorporés de force de la marine connaissent les terribles journées du « Crépuscule des dieux » dans la poche de Lettonie, encerclée par les Soviétiques ; dans la plaine hongroise ou en Poméranie. Les pertes à terre sont colossales tandis que plusieurs torpillages de navires remplis de troupes et de réfugiés font à chaque fois des milliers de morts (notamment ceux des paquebots Arcona et Wilhelm Gustloff).

6La capture par les Britanniques ou par les Américains est le lot de beaucoup de marins. Si tous les Malgré-nous prisonniers des Alliés occidentaux n’ont pas été forcément bien traités, ils ont été plus chanceux que ceux qui sont tombés entre les mains des Soviétiques. Pour quelques histoires qui se terminent bien, combien d’autres se sont achevées dans la misère et la maladie à Tambov, « le camp des Français », ou ailleurs ? Cet ouvrage qui laisse la place principale aux témoins raconte tout cela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « KLEINHENTZ (Laurent), Kriegsmarine sang d’ancre », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 508-510.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « KLEINHENTZ (Laurent), Kriegsmarine sang d’ancre », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2042

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page