Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Après 1945

STEIB (Antoine), Au Fil des agendas 1959-1962. Ma guerre d’Algérie. Récit-Témoignage

Editions Publi’h (chez l’auteur), 2011, 126 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 515-516
Référence(s) :

STEIB (Antoine), Au Fil des agendas 1959-1962. Ma guerre d’Algérie. Récit-Témoignage, Editions Publi’h (chez l’auteur), 2011, 126 p.

Texte intégral

1Si un certain nombre de témoignages de soldats alsaciens de la Première Guerre mondiale ont été publiés, si ceux concernant la Seconde ne manquent pas (émanant surtout de Malgré-Nous, mais pas uniquement), la guerre d’Algérie restait jusque-là en Alsace Terra quasi Incognita. Or, des milliers d’Alsaciens y ont participé, au même titre que les autres Français. Quelques centaines y ont laissé la vie. Antoine Steib ne fait pas partie des « rappelés » du début des « évènements » (seulement reconnus par le Parlement comme une « guerre » en 1999), il est envoyé en Algérie en novembre 1959, pendant la période la plus dure peut-être, en tout cas la plus confuse. Même si, professeur d’allemand, il a essayé « d’esquiver » l’Afrique du Nord en demandant à être affecté comme interprète aux Forces Françaises en Allemagne, il n’a, à aucun moment, songé à l’insoumission, ni même à opter pour le statut d’objecteur de conscience. Après un voyage dans un wagon à bestiaux, puis à fond de cale depuis Marseille, il découvre la caserne du 19e régiment du génie à Hussein-Dey, près d’Alger. Même s’il ressent parfois le Heimweh (mal du pays) – par exemple lorsque sa fiancée lui annonce par courrier son intention de rompre –, le jeune Alsacien mûrit et découvre le monde, tout comme l’infinie variété des types psychologiques humains : du « bon copain » au frère d’armes, avec qui ce sera « à la vie à la mort », en passant par quelques « peaux de vaches » comme ces sergents et caporaux qui s’ingénient à humilier, pendant leurs classes, les « intellectuels » destinés à préparer l’école des officiers de réserve. Entre vie de garnison, enseignement pour le compte d’une SAS (section administrative spécialisée) et missions sur le terrain dans la région des Oasis, dans le Sud, Antoine Steib intervient aussi pour le maintien de l’ordre lors de la semaine des barricades à Alger en janvier 1960, avant d’être témoin passif, dans le désert, du putsch des généraux en avril 1961 et des débuts de l’OAS.

2Ce petit ouvrage qui se lit d’une traite décrit à notre sens admirablement la vie d’un appelé en Algérie. Point de faits marquants, mais une multitude de tâches quotidiennes, souvent non guerrières (travaux de génie civil, cours, déplacements, attente). Point de torture, point de fusillades, mais une rencontre avec une autre culture, avec la beauté fascinante du Sahara, et la confirmation d’une vocation d’enseignant. Vingt-six mois de perdus ? Pas tout à fait, donc, puisque cette expérience a à tel point marqué Antoine Steib qu’il a voulu, cinquante années plus tard, en faire un livre. On ne peut qu’encourager ce type d’initiative et espérer que d’autres anciens d’AFN mettront leurs souvenirs par écrit, afin que les historiens et le grand public puissent se faire une idée plus conforme (au lieu des poncifs véhiculés ici ou là) de ce que fut la guerre d’Algérie et de la place que les Alsaciens y ont tenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « STEIB (Antoine), Au Fil des agendas 1959-1962. Ma guerre d’Algérie. Récit-Témoignage », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 515-516.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « STEIB (Antoine), Au Fil des agendas 1959-1962. Ma guerre d’Algérie. Récit-Témoignage », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2050

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page