Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes
Les villes et les campagnes

La Cave du Roi Dagobert. Chroniques d’une aventure collective, 1952‑2012

ID. L’édition, 2012, 96 p.
François Uberfill
p. 518-519
Référence(s) :

La Cave du Roi Dagobert. Chroniques d’une aventure collective, 1952‑2012, ID. L’édition, 2012, 96 p.

Texte intégral

1Alors qu’une abondante littérature est consacrée depuis quelque temps à la vigne et au vin en Alsace, cette monographie portant sur un « pays d’Alsace » nous conte l’« aventure collective » qu’a constitué la création, puis l’extension de ce qui était au départ la « Cave coopérative de la région de Molsheim ». Car c’est bel et bien une aventure qui nous est relatée. Les pionniers, une poignée d’agriculteurs, qui fondèrent, à peine six ans après la fin de la guerre, une cave coopérative, avaient le goût du risque, alors qu’il fallait panser les blessures du conflit et gérer la pénurie des fournitures viticoles.

2L’entreprise au départ est modeste : 181 adhérents, presque tous des polyculteurs, 70 hectares de vignes engagés. Les débuts sont difficiles. Il faut se battre sur tous les fronts. Les mauvaises années se succèdent, avec des gelées de printemps, des orages de grêle et la baisse des cours. Et puis, on ne s’improvise pas gestionnaire. La cave change à plusieurs reprises d’appellation et conclut des accords de partenariat avec des caves des environs, mais peu à peu, elle accroît sa capacité de traitement des raisins et son volume de stockage. Le livre, qui abonde en illustrations, des photos anciennes, des étiquettes, nous fait revivre l’évolution de ce coin d’Alsace, les coteaux de la Mossig et les villages du pourtour du Scharrachberg. Ce n’est pas le moindre intérêt de l’ouvrage que de retracer les progrès de la technologie, l’accroissement spectaculaire des ventes, mais aussi la transformation des mentalités. Car nos agriculteurs de l’après-guerre n’avaient pas l’esprit de coopérative inscrit dans leurs gènes. Mais, à force de ténacité et à la persévérance, la réussite est au rendez-vous à partir des années 1970. L’une des clefs du succès : la stabilité de l’équipe dirigeante. En 63 ans de fonctionnement, la Cave du Roi Dagobert n’a connu que quatre présidents (deux maires et deux ingénieurs) et seulement trois directeurs chargés de la vinification. La Cave se lance aujourd’hui dans la viticulture raisonnée, respectueuse de l’environnement et qui laisse aux générations futures un terroir et des sols intacts. Depuis 2010, plusieurs viticulteurs se sont lancé dans la démarche de la production portant le label bio AB. À l’ère des grands regroupements, la Cave du Roi Dagobert a lancé depuis 2006 un GIE (Groupement d’intérêt économique) commercial « Alsace-Alliance » avec la Cave de Turckheim. Pour mesurer le chemin parcouru en soixante ans, on regrettera que les auteurs n’aient pas songé à fournir, à la fin de l’ouvrage, une chronologie des grandes étapes de cette passionnante aventure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « La Cave du Roi Dagobert. Chroniques d’une aventure collective, 1952‑2012 », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 518-519.

Référence électronique

François Uberfill, « La Cave du Roi Dagobert. Chroniques d’une aventure collective, 1952‑2012 », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2060

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page