Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes
Sanctuaires et fortifications

MULLER (Claude), LESER (Gérard) et SCHLUSSEL (Benoît) (dir.), L’abbaye bénédictine Saint-Grégoire de Munster. Pouvoir et Savoir

Éditions du Signe, Institut d’Histoire d’Alsace, 2012, 305 p.
Éric Ettwiller
p. 521-522
Référence(s) :

MULLER (Claude), LESER (Gérard) et SCHLUSSEL (Benoît) (dir.), L’abbaye bénédictine Saint-Grégoire de Munster. Pouvoir et Savoir, Éditions du Signe, Institut d’Histoire d’Alsace, 2012, 305 p.

Texte intégral

1L’ouvrage réunit les actes du colloque organisé les 1er et 2 juin 2012 à Strasbourg et à Turckheim à l’occasion du 700e anniversaire de l’élévation de cette dernière localité, possession de l’abbaye de Munster, au rang de Ville d’Empire. Les contributions couvrent ensemble les douze siècles d’histoire du monastère bénédictin, depuis sa fondation au VIIe siècle jusqu’à sa fermeture sous la Révolution. Elles se caractérisent par la diversité des approches, permise par la variété des talents réunis. Les plumes aguerries se mêlent à celles parfois encore hésitantes (remplacer 1530 par 1555 p. 102 et barrer « lui-même luthérien » p. 162) mais prometteuses de jeunes chercheurs. Est-il besoin de préciser que tous ces spécialistes maîtrisent parfaitement une historiographie déjà importante et enrichie par bon nombre d’entre eux au cours des dernières années ? Comme le dit Claude Muller en introduction, le temps était venu d’une mise au point.

2René Bornert s’attèle le premier à la tâche en croisant les éclairages sur la fondation de l’abbaye. Benoît-Michel Tock revisite une charte de donation de 748 par un fructueux travail de comparaison qui nous permet de mieux cerner les conditions de rédaction de ce type de documents. On passe de l’écriture à la lecture avec Jean-Luc Eichenlaub, qui guide l’historien dans les archives de l’abbaye et les recoins les plus anciens des restes de sa bibliothèque. Laurent Naas focalise son attention sur un document en particulier, l’obituaire, déjà publié en 1933 : sa relecture permet notamment de dresser une fascinante géographie des lieux d’inhumation. Géographie du pouvoir avec Georges Bischoff, qui dresse le tableau d’une « seigneurie élastique » en démêlant, à son habitude, les fils qui enserrent l’abbaye dans l’écheveau de la géopolitique médiévale alsacienne. L’Empire s’impose et permet la naissance de la communauté de la ville et du Val de Munster avec la charte de 1287. Deux pouvoirs pour une vallée, la lutte peut commencer.

3On la suit avec intérêt dans l’article de Vincent Fellmann, qui nous mène jusqu’au traité de Kientzheim ou traité de Schwendi (1575), sur fond de passage à la Réforme. L’auteur explique l’ampleur (et donc naturellement aussi les limites) de cette victoire de la communauté sur l’abbaye. Cette dernière a encore d’autres sujets, à Turckheim, avec lesquels les relations connurent des hauts et des bas, comme le montre Florent Edel en se fondant sur différents documents des archives municipales allant du XIVe siècle à la veille de la Révolution. Gérard Leser nous ramène à Munster pour nous montrer qu’à partir du XVIe siècle, l’opposition entre l’abbaye et la communauté de la ville et du Val revêt les habits du conflit religieux : tout d’abord à l’avantage de la majorité protestante, le rapport de force s’inverse en faveur du catholicisme lorsque l’Alsace est annexée au royaume de France. Le processus d’intégration du monastère dans ce nouvel espace est l’objet de l’article de Françoise Naas. La monarchie aidera-t-elle les abbés à réaffirmer leur autorité ? Valérie Feuerstoss montre que non, grâce à un minutieux dépouillement d’archives.

4Archives encore, manuscrites et figurées, avec Philippe Jéhin, qui dégage les grandes phases de l’exploitation du patrimoine forestier de l’abbaye et met à jour le déclin du flottage. Archives toujours, alsaciennes, bâloises, parisiennes, avec Claude Muller, qui continue de nous entraîner dans les coulisses du pouvoir ecclésiastique afin de disséquer les jeux d’alliance. Il n’en est pas moins attentif à l’activité intellectuelle des bénédictins. Gilles Banderier creuse ce sillon en s’intéressant à la pensée de deux d’entre eux, en particulier l’abbé Sinsart (1745-1776), qui a bien compris tout le danger contenu dans les Lumières. Histoire architecturale enfin, qui réunit Pierre Brunel et Gérard Leser autour de la cour colongère de l’abbaye à Turckheim et que retrace seul le second pour l’abbaye elle-même, après nous avoir raconté les conditions de sa fermeture au début de la Révolution. L’ouvrage se termine avec deux instruments mis à disposition du chercheur (ou du curieux) : l’inventaire des ouvrages restants de la bibliothèque de l’abbaye conservés à la Bibliothèque de la Ville de Colmar, dressé par Gérard Bobenrieter (un travail de bénédictin !), et une présentation par ses concepteurs, Angèle et Bernard Schaffner, de la maquette reproduisant ladite abbaye telle qu’elle s’élevait à la veille de la Révolution, désormais exposée à la mairie de Munster.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Ettwiller, « MULLER (Claude), LESER (Gérard) et SCHLUSSEL (Benoît) (dir.), L’abbaye bénédictine Saint-Grégoire de Munster. Pouvoir et Savoir », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 521-522.

Référence électronique

Éric Ettwiller, « MULLER (Claude), LESER (Gérard) et SCHLUSSEL (Benoît) (dir.), L’abbaye bénédictine Saint-Grégoire de Munster. Pouvoir et Savoir », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/2071

Haut de page

Auteur

Éric Ettwiller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page