Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes
Alsaciens célèbres

LÜGER (Heinz-Helmut), GIESSEN (Hans W.) et WEIGEL (Bernard) (dir.), Entre la France et l’Allemagne : Michel Bréal, un intellectuel engagé

Lambert-Lucas, 2012, 168 p.
Éric Ettwiller
p. 524-525
Référence(s) :

LÜGER (Heinz-Helmut), GIESSEN (Hans W.) et WEIGEL (Bernard) (dir.), Entre la France et l’Allemagne : Michel Bréal, un intellectuel engagé, Lambert-Lucas, 2012, 168 p.

Texte intégral

1Né en 1832 à Landau, en Palatinat bavarois, Michel Bréal s’installe avec sa mère à Wissembourg suite au décès de son père procureur. L’enfant effectue une scolarité brillante au collège de la ville, qu’il poursuit au lycée de Metz, ville d’origine de sa famille maternelle. Il intègre ensuite l’École Normale de la Rue d’Ulm (1852), où il poursuit des études de philologie, effectue son stage de professeur au lycée de Strasbourg (1855), avant de réussir son agrégation (1857) et de partir pour l’Université de Berlin se frotter à ce qui se fait de mieux alors en linguistique. De retour à Paris, il devient chargé de cours (1864) puis professeur (1866) de grammaire comparée au Collège de France, une fonction qu’il occupe jusqu’en 1905. Les liens du fondateur de la sémantique avec l’Alsace sont a priori relativement ténus. Et pourtant, ils suffisent pour avoir donné à Michel Bréal un puissant sentiment d’appartenance à la province, comme le prouvent ces lignes, écrites au moment de l’Affaire Dreyfus : « Coreligionnaire de Dreyfus, Alsacien comme Dreyfus, je sais un peu mieux que la plupart quel peut être « l’état d’âme » d’un officier juif alsacien ». Sachant cela, on comprend qu’il ne s’agit pas uniquement du réformateur de l’enseignement mais également de l’enfant de Wissembourg qui participe en 1871 à la fondation de l’École Alsacienne à Paris. On comprend également toute la profondeur autobiographique de la phrase suivante, qu’il écrit à un collègue en 1872 et qui se réfère à la récente guerre franco-allemande : « Vous pouvez penser si j’ai souffert depuis deux ans : le but de ma vie était de travailler à l’union des deux pays ». Malgré la douleur, l’homme de sciences effectue en 1873 un voyage dans cette Allemagne qui l’a tant déçu. Tels sont les éléments que l’on retiendra pour l’histoire de l’Alsace, répartis entre la première et la dernière contribution. Les sept autres évoquent différents aspects de l’œuvre de Bréal. On découvrira avec curiosité la part de l’Université de Strasbourg dans l’essor de la phonétique (article de Fernand Carton) et son importance (re)fondatrice pour la phraséologie (article de Vilmos Bárdosi).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Ettwiller, « LÜGER (Heinz-Helmut), GIESSEN (Hans W.) et WEIGEL (Bernard) (dir.), Entre la France et l’Allemagne : Michel Bréal, un intellectuel engagé », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 524-525.

Référence électronique

Éric Ettwiller, « LÜGER (Heinz-Helmut), GIESSEN (Hans W.) et WEIGEL (Bernard) (dir.), Entre la France et l’Allemagne : Michel Bréal, un intellectuel engagé », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/2078

Haut de page

Auteur

Éric Ettwiller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page