Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes
Alsaciens célèbres

EMANE (Augustin), Docteur Schweitzer, une icône africaine

Fayard, 2013, 284 p.
Jean-Paul Sorg
p. 525-526
Référence(s) :

EMANE (Augustin), Docteur Schweitzer, une icône africaine, Fayard, 2013, 284 p.

Texte intégral

1Tandis qu’en France le Docteur Schweitzer paraît appartenir à des temps coloniaux révolus, dont il aurait été l’alibi humaniste, et que son image sombre dans l’oubli ou s’efface derrière des clichés, au Gabon le gouvernement a célébré l’an dernier avec faste l’arrivée de Schweitzer – et de son épouse, infirmière – à Lambaréné en avril 1913. Et nombreux sont les intellectuels gabonais, de l’université Omar Bongo de Libreville ou d’ailleurs, qui redécouvrent la figure de ce colon atypique, « pas comme les autres », et la soumettent, avec des bonheurs divers, à la méthode historico-critique et à un examen anthropologique.

2Un ouvrage de grande qualité humaine et littéraire est celui d’Augustin Emane, juriste en droit social, maître de conférences à l’université de Nantes. Comme il est né à l’hôpital Schweitzer de Lambaréné et qu’il le faisait savoir, des collègues, français et aussi allemands (car il a séjourné au Wissenschaftskolleg de Berlin), l’ont poussé à témoigner et à « expliquer le monde dont il était issu ». Ce qu’il a fini par réaliser sous forme d’une enquête en recueillant, au cours de ses multiples séjours au Gabon, les souvenirs et les impressions d’une soixantaine d’hommes et de femmes qui avaient connu l’Hôpital encore du vivant du « Grand Docteur ». Il s’entretenait avec eux dans les deux langues « indigènes » parlées dans la région, le fang et le galoa.

3Le résultat, après des années de rumination et d’élaboration, est ce livre passionnant, surprenant, décoiffant, à la fois d’histoire et d’ethnographie, qui a eu la chance de trouver un bon éditeur parisien et de recevoir pour 2013 le Grand prix littéraire de l’Afrique Noire. Originalité : l’étude historique est sous-tendue par l’enquête ethnographique, l’auteur nous fait voir Schweitzer par les yeux des Gabonais qui, de par leur culture propre, leur « outillage mental » (Vorstellungsmaterial), leurs archétypes, leur langage, ont une autre approche (la leur !) de la réalité, de l’histoire, en particulier l’histoire coloniale – et postcoloniale –, et une autre perception de la médecine et du médecin, pour eux nganga, guérisseur et mage, « sorcier », mais pas au sens devenu négatif où nous, les Blancs, l’entendons. Plusieurs chapitres (qui font le corps du livre) sont consacrés aux similitudes ou analogies (saisies par les témoins gabonais) entre Schweitzer et l’onganga, entre son hôpital et non pas un village africain (les biographes ont pris l’habitude de parler de l’Hôpital Schweitzer comme d’un « village-hôpital »), mais plutôt un campement thérapeutique, espace de promiscuité et de « grand fouillis » (en fang, andzumé), plutôt encore un refuge protecteur et néanmoins provisoire, précaire. Sens africain de la précarité de toute chose et, corollairement, de la valeur de l’instant. Mbémbé assë dia (« Rien n’est éternel »).

4Interprétations donc croisées et ambiguës de l’œuvre du Dr Schweitzer, personnage historique, européen et universel, d’un côté, et « icône africaine » de l’autre. La « figure » de l’homme fixée en icône et en caricature, magnifiée ici et insultée là… Pente ascendante et pente descendante de tout mythe ? L’icône africaine, construite sur place par la parole, la palabre, ne doit rien ou pas grand-chose à l’icône occidentale, peinte par les médias, que Schweitzer fut aussi dès les années cinquante. Les deux « images » ne se laissent pas superposer. L’une n’est pas plus juste que l’autre. Aucune n’est un reflet net de la réalité. Les deux sont des artifices, des artéfacts culturels. Augustin Emane nous invite en définitive à nous situer sur « le terrain du malentendu productif », à reconnaître que le malentendu entre les systèmes de culture, systèmes de perception, peut être au final productif, nous dirons même « créatif », en ce qu’il oblige à s’expliquer et qu’en expliquant on éclaire. La leçon d’anthropologie, bien conduite, débouche sur une leçon d’humanisme ou d’humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Sorg, « EMANE (Augustin), Docteur Schweitzer, une icône africaine », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 525-526.

Référence électronique

Jean-Paul Sorg, « EMANE (Augustin), Docteur Schweitzer, une icône africaine », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2081

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Sorg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page