Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques
Architecture

ECKLE (Gérard), Strasbourg, L’image des quais, pierre par pierre

Éditions du Belvédère, 2013, 160 p.
Nicolas Claerr
p. 533-534
Référence(s) :

ECKLE (Gérard), Strasbourg, L’image des quais, pierre par pierre, Éditions du Belvédère, 2013, 160 p.

Texte intégral

1Gérard Ecklé, architecte actif en Alsace des années 1960 aux années 2000, propose ses mémoires dans un ouvrage joliment illustré. Le titre est cependant trop ambitieux : contrairement à ce qu’il laisse sous-entendre, il ne s’agit pas d’une étude approfondie de l’évolution des quais strasbourgeois. L’ouvrage ne s’intéresse qu’à la portion allant du quai des Pêcheurs au Finkwiller – certes une des plus intéressantes de la ville – et l’auteur y propose une promenade avec quelques arrêts, généralement sur des parcelles ayant fait l’objet de restructurations durant les années 1970. On s’aperçoit vite que la moitié du livre est consacré aux réalisations de Gérard Ecklé lui-même : îlot Saint-Guillaume et Finkwiller principalement.

2Passée cette déception initiale de n’avoir qu’un aperçu fragmentaire des quais strasbourgeois, on peut apprécier le récit détaillé des opérations immobilières auxquelles l’auteur a pris part, resituées dans leur contexte, égrenant les péripéties liées au rapide changement d’état d’esprit en matière d’urbanisme dans les années 1970.

3Le cas de l’îlot Saint-Guillaume en est symptomatique : le projet initial visait à raser entièrement l’ensemble des bâtiments jugés inadaptés aux exigences du confort moderne et en profiter pour supprimer le goulot d’étranglement qui gênait la circulation automobile. Au final, seuls quatre immeubles trop insalubres sont remplacés par des constructions modernes, le reste étant restauré. Au Finkwiller, le contexte était différent : la chocolaterie Schaal ayant fermé ses portes, un vaste espace se libérait pour les promoteurs. L’architecte avait alors à cœur de créer des édifices pouvant s’intégrer dans leur environnement. Gérard Ecklé ne fut pas en effet un de ces architectes extrémistes ayant suivi aveuglément les théories de Le Corbusier, largement remises en question depuis. Il s’est ainsi opposé aux urbanistes qui n’hésitaient pas à vouloir raser des bâtiments historiques pour faire place à des stations-services.

4L’ouvrage fait la part belle aux illustrations, dont on regrettera parfois l’absence ou la concision des légendes. L’ensemble des façades des quais de la Krutenau est représenté sous forme de dessins avec datation de chaque immeuble. Pour les constructions réalisées par l’auteur, on retrouve les différents projets, des plans de masse, des photographies avant / après.

5À défaut d’être un véritable livre d’histoire, ce livre est le témoignage d’un architecte dont la carrière se déroule à une époque charnière de remise en question des théories de la première moitié du XXe siècle et de l’intégration (ou de la réintégration) de nouveaux paramètres dans la conception architecturale : qualité de vie, harmonie des formes et bientôt développement durable. La présentation s’achève sur la dernière construction de Gérard Ecklé, en 2004 : les deux petites maisons en bois du 7 place Henri Dunant, construites en fond de parcelle et donc le long du quai. Modestes par leurs dimensions, elles ne le sont pas par leur portée car elles témoignent d’une architecture à la fois innovante et pleinement respectueuse de son environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Claerr, « ECKLE (Gérard), Strasbourg, L’image des quais, pierre par pierre », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 533-534.

Référence électronique

Nicolas Claerr, « ECKLE (Gérard), Strasbourg, L’image des quais, pierre par pierre », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2105

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page