Navigation – Plan du site

Des mots du génie au génie des mots : décrire l’Alsace au XVIIIe siècle

Engineering words in 18th century Alsace
Vom Wortschatz der Militärs (frz. génie = Militär) zur Genialität des Wortschatzes. Das Elsaß wird im XVIII. beschrieben
Claude Muller
p. 187-200

Résumés

Tout au long du XVIIIe siècle, les ingénieurs militaires français parcourent l’Alsace, une terre frontière qu’il importe de conserver dans le giron de la monarchie française. Ce champ de bataille probable est continuellement arpenté et ausculté dans les moindres détails par les hommes du génie qui notent toutes sortes de détails à des fins militaires. Cette accumulation d’observations n’a été, jusqu’à présent, que peu utilisée par l’historiographie alsacienne. Cet article présente les trois enquêtes de 1702, 1732 et 1783, pour en souligner les potentialités descriptives.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Préparer la Guerre de Succession d’Espagne : le rapport de Guillin de 1702
L’importance de l’eau, de la forêt, des routes
Un clocher ou un bastion ?
La base arrière du Kochersberg
La grande enquête de 1732
Encore le Rhin et le réseau hydrographique
La route des troupes et… des vins
Le clocher, le muret et le vignoble
Une vague d’enquêtes à la fin de l’Ancien Régime
Un nouveau style d’enquêtes
Une autre manière de décrire les localités
Des précis de géographie humaine

Aperçu du texte

Entrée tardivement dans le giron de la monarchie française par les traités de Westphalie en 1648, l’Alsace constitue, aux XVIIe et XVIIIe siècles une terre à prendre pour des gens de « vieille France ». En effet, dans cette sorte de nouvelle Amérique, les postes de responsabilité ne sont pas occupés par des locaux. La dynastie parisienne des Rohan occupe durant un siècle sans discontinuer le trône épiscopal de Strasbourg. Le premier président du Conseil souverain d’Alsace, établi à Colmar, le Parisien Nicolas de Corberon, parle du « sacrifice que fait un homme, né dans le cœur du royaume, de venir servir le roi en Allemagne et de se priver aussi longtemps de vivre avec ses compatriotes et ses proches. »

Terre-frontière, l’Alsace constitue, pour bon nombre d’agents royaux, une énigme, en partie à cause du dialecte germanique utilisé par ses habitants. Pour mieux la connaître ou bien l’apprivoiser de nombreux mémoires sont rédigés. Ceux des intendants, en particulier celui de Jacques d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Des mots du génie au génie des mots : décrire l’Alsace au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 187-200.

Référence électronique

Claude Muller, « Des mots du génie au génie des mots : décrire l’Alsace au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/2130 ; DOI : 10.4000/alsace.2130

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Professeur des Universités, directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page