Navigation – Plan du site

Faire des « départemens du Rhin » un objet de savoir : les enjeux de la Société libre des sciences et des arts de Strasbourg

Juin 1799 – septembre 1802
The départements du Rhin as an object of study; the issues of the Société libre des science et des arts of Strasbourg (a society for the promotion of art and science) betweeen June 1799 and September 1802
Den Ausdruck „Elsässische Départements“ zum Sinnbild für Gelehrsamkeit machen: Die Rolle der Freien Straßburger Gesellschaft der Wissenschaften und der Künste (Juni 1799 - September 1802)
Isabelle Laboulais
p. 201-217

Résumés

Connue comme la première société savante strasbourgeoise, la Société libre des sciences et des arts eut une existence brève. Créée le 29 prairial an VII (17 juin 1799) et dotée d’un règlement le 1er thermidor an VII (19 juillet 1799), elle disparut trois ans plus tard (le IVe jour complémentaire de l’an X, 21 septembre 1802), au moment de sa fusion avec la Société libre d’agriculture et d’économie intérieure et la Société de médecine. Au cours de ces quelques années d’existence, elle accorda une place essentielle à la connaissance des « départemens du Rhin ». En nous arrêtant sur ces choix, nous montrerons les dynamiques de socialisation de la science à l’œuvre à Strasbourg au début du XIXe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Les conditions de production des savoirs au sein d’une société libre
Les membres de la Société libre des sciences et des arts : de la communauté des savants strasbourgeois à la constitution d’une société d’experts
L’identité de la Société libre des sciences et des arts : faire des « départements du Rhin » un objet d’investigation savante

Aperçu du texte

Connue comme la première société savante strasbourgeoise, la Société libre des sciences et des arts eut une existence brève. Créée le 29 prairial an VII (17 juin 1799) et dotée d’un règlement le 1er thermidor an VII (19 juillet 1799), elle disparut trois ans plus tard (le IVe jour complémentaire de l’an X, 21 septembre 1802), au moment de sa fusion avec la Société libre d’agriculture et d’économie intérieure et la Société de médecine. De cette fusion, est née la Société des Sciences, Agriculture et Arts du Bas-Rhin.

Présentée comme l’ancêtre de l’actuelle Société académique, la Société libre des sciences et des arts a déjà donné lieu à de nombreux travaux d’histoire locale. Cependant, l’histoire des savoirs offre des questionnements neufs qui permettent aujourd’hui de reprendre à nouveaux frais l’examen des quelques archives qui témoignent encore de ses trois années de fonctionnement autonome. Certes, les procès-verbaux des séances n’ont pas été conservés mais le règlement subsiste, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Laboulais, « Faire des « départemens du Rhin » un objet de savoir : les enjeux de la Société libre des sciences et des arts de Strasbourg », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 201-217.

Référence électronique

Isabelle Laboulais, « Faire des « départemens du Rhin » un objet de savoir : les enjeux de la Société libre des sciences et des arts de Strasbourg », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2133 ; DOI : 10.4000/alsace.2133

Haut de page

Auteur

Isabelle Laboulais

Université de Strasbourg – EA 3400 / ARCHE

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page