Navigation – Plan du site

1940-1945 : L’exode des Alsaciens vers la Suisse

1940-1945 : Alsatians fleeing to Switzerland
Exodus der elsässischen Flüchtlinge in die Schweiz (1940-1945)
Daniel Morgen
p. 361-376

Résumés

Entre l’automne 1940 et le printemps 1945, de nombreux Français, dont de nombreux habitants de l’Alsace annexée, ont fui en Suisse pour échapper aux contraintes de l’administration civile en Alsace et à l’oppression nazie en général.

Le présent article décrit la fuite de ces Alsaciens, qui en parlent comme d’une évasion. L’auteur a collecté et analysé ici des données trouvées aux Archives fédérales de Berne et aux Archives cantonales jurassiennes.

L’auteur a centré sa narration sur les composantes de cette migration forcée, en l’occurrence sur les motivations, les moyens de transport, les aides au passage de la frontière et à l’accueil en Suisse. Aussi longtemps qu’une recherche systématique en vue de la quantification du nombre de fugitifs n’aura pas pu être menée dans les archives cantonales et fédérales suisses, la recherche ne pourra formuler qu’un ordre de grandeur des évasions et un appel aux chercheurs.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2017.

Plan

Quelques témoignages
Les passages en Suisse
Origine et causes des entrées
Le passage de la frontière
Lieux de passage
Les moyens de transport
Les passeurs
Synthèse
Fugitifs ou réfugiés?
Rejoindre la France non occupée
Demander l’asile en Suisse
Refuge temporaire
Les fugitifs, évadés et demandeurs d’asile
Évadés en transit
Demandeurs d’asile
Pour approfondir le sujet

Aperçu du texte

En juillet 1941, Ernest Juillerat, rédacteur du journal Le Jura de Porrentruy, s’indigne auprès de la Préfecture cantonale de l’absence

[…] de moyens appropriés pour l’hospitalisation des nombreux réfugiés d’Alsace qui arrivent continuellement à Porrentruy et s’étonne que l’on ne tienne pas compte des conditions de ces malheureux qui, tous, sont brutalement placés dans les prisons de ce siège. […] Il semble que l’on devrait consentir quelques sacrifices de façon que tout ce monde puisse être placé, sous surveillance, par exemple dans une pension de la place.

Dans ses archives fédérales et cantonales, la Suisse a conservé les traces de ces arrivées, confirmées ailleurs par des témoignages de contemporains. L’ouverture de ces archives – pour la plupart des dossiers, pour lesquels le délai de blocage est limité à 50 ans après leur clôture – constitue une chance exceptionnelle pour reconstituer les circonstances et conditions de ces sorties d’Alsace.

J’ai choisi d’aborder l’exode des Alsac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Morgen, « 1940-1945 : L’exode des Alsaciens vers la Suisse », Revue d’Alsace, 140 | 2014, 361-376.

Référence électronique

Daniel Morgen, « 1940-1945 : L’exode des Alsaciens vers la Suisse », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2141 ; DOI : 10.4000/alsace.2141

Haut de page

Auteur

Daniel Morgen

IA-IPR, ancien directeur du Centre IUFM de formation aux enseignements bilingues et directeur-adjoint de l’IUFM d’Alsace (actuel ESPE), Colmar

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page