Navigation – Plan du site
Relations transfrontalières

2e colloque d’histoire transfrontalière à Strasbourg, Maison de la Région Alsace le 26 octobre 2013

Gabriel Braeuner

Texte intégral

1Le premier colloque d’histoire transfrontalière « De part et d’autre du Rhin, quelle histoire ? » s’était tenu à Offenburg. Il était organisé par l’Historischer Verein für Mittelbaden le samedi le 14 mai 2011 dans le cadre de la commémoration de son centenaire.

2Le deuxième colloque a été organisé par la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, avec le parrainage de M. Philippe Richert, président du Conseil Régional d’Alsace. Il a bénéficié du soutien matériel de Région Alsace et a été accueilli à la Maison de la Région Alsace. Il s’est déroulé dans l’Hémicycle pour les conférences et le Foyer pour le cocktail déjeunatoire offert par la Région Alsace. Ce colloque a également bénéficié du soutien du Fonds européen de Développement régional (Feder).

3Le but de ces colloques transfrontaliers est de faire le point tous les deux ans sur la réalité de la recherche historique transfrontalière ; ils s’adressent au public des sociétés d’histoire du Rhin supérieur réunis depuis juin 2012 au sein d’un Réseau des sociétés d’histoire des trois pays du Rhin supérieur.

4Comme à Offenburg, le colloque a accueilli six conférences de 30 minutes chacune, suivies d’un débat de 15 minutes sur un sujet d’histoire transfrontalière, répartis entre deux chercheurs français, deux chercheurs suisses et deux chercheurs allemands. Les sujets ont couvert le champ chronologique le plus large possible du Moyen Âge à la période contemporaine, ils ont été présentés en français ou en allemand avec traduction simultanée.

5Si la première rencontre d’histoire transfrontalière s’inscrivait dans le cadre d’un anniversaire d’une société d’histoire, cette nouvelle édition marque la volonté des différentes sociétés d’histoire de part et d’autre du Rhin d’installer leur coopération dans la durée.

6La présidente de la Fédération, Gabrielle Claerr Stamm, et Gabriel Braeuner organisateur du colloque ont eu le plaisir d’accueillir près de 80 participants, venant d’Allemagne, de Suisse et d’Alsace. La Fédération a salué des personnalités venues d’Offenburg, des représentants du Hebelbund de Lörrach, de la Badische Heimat, de l’Historischer Verein für Mittelbaden, le Breisgau Geschichtsverein, l’Historischer Verein Hohberg, l’Historischer Verein der Pfalz, die Gesellschaft für Regionale Kulturgeschichte Baselland, les Archives de l’Ancien évêché de Bâle. Côté français, étaient présentes les sociétés d’histoire de Kaysersberg, la Société d’histoire du Sundgau, la Société d’Histoire des Hôpitaux civils de Colmar, la Société d’Histoire des Quatre cantons, le Musée du Sceau alsacien, la Société d’Histoire du Val et de la Ville de Munster, les Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, l’association d’archéologie et d’histoire de Horbourg-Wihr, la Société d’histoire de Mutzig, la Société d’histoire de Rixheim, la Société d’histoire de Masevaux, Société d’histoire de Riedisheim. Ont également assisté aux conférences M. Marcel Thomann, président d’honneur de la Fédération et M. Jean-Claude Hahn, président honoraire de la Fédération, M. Albert Poirot, directeur de la BNU accompagné de M. Hiroyuki Hatano venu du Japon, Mme Christine Heider du Service des Archives de la Région Alsace et M. Jean-François Reitzer chargé d’études au service tourisme et patrimoine du Conseil régional, Mme Sophie Muselier, de l’Université de Strasbourg…

7La thématique du colloque n’était pas imposée. Ce sont les recherches en cours qui en font l’actualité. Du Moyen Âge à nos jours, le panel fut large et le déséquilibre assumé : la période contemporaine fut largement représentée. Michael Buhler, jeune chercheur allemand, ouvrit le colloque avec une contribution fort solide sur Strasbourg, terre d’élection pour la petite noblesse de l’Ortenau à la fin du Moyen Âge. Il y apparaît que la capitale alsacienne exerça sur le plan économique, social, résidentiel et judiciaire une attraction forte et durable sur une partie de la petite noblesse de l’Ortenau, généralement bien disposée à son égard malgré quelques dissensions et conflits, à la fin du XVe siècle quand le margrave Bernhard Ier chercha à s’en émanciper.
Sa contribution est publiée dans la présente Revue d’Alsace.

La fin de l’évêché de Bâle au moment du Congrès de Vienne (1814-1815
Cette intervention, traduite en français, paraîtra dans l’Annuaire 2014, de la Société d’histoire du Sundgau.

Dominik Wunderlin

Dominik Wunderlin

8Un siècle plus tard, Bâle fait à nouveau parler d’elle en organisant, en 1912, le Congrès de l’Internationale socialiste pour faire échec à la guerre, celle des Balkans en l’occurrence. Il appartint à Martin Stohler, collaborateur de l’hebdomadaire Tageswoche de Bâle, et Dominik Wunderlin, directeur adjoint du Museum der Kulturen Basel, de nous présenter l’événement à travers La perception de la guerre des Balkans et le congrès de l’internationale socialiste de 1912 dans les médias du Dreiland. Une perception contrastée selon la position idéologique des journaux étudiés : bienveillante pour les journaux socio-démocrates, réservée sinon hostile dans la presse conservatrice catholique, mais toujours intéressée car le conflit avait des répercussions locales sur l’approvisionnement en céréales, en particulier, et l’augmentation des prix, en général.
Voir l’article de Martin Stohler dans Baselbieter Heimatblätter, 78. Jahrgang, Nr.1, März 2013, p. 13-25.

9Pendant ce temps, devenue nouvelle terre d’Empire (Reichsland), l’Alsace, en plein essor culturel, économique et social s’ouvrait à L’enseignement secondaire des filles dont nous parla Eric Ettwiller qui prépare actuellement une thèse de doctorat sur le sujet. La situation décrite est pour le moins nuancée, les acteurs étant autant des autochtones que des immigrés et les plus zélés défenseurs de cette école allemande à forte dimension patriotique ne sont pas automatiquement des Altdeutsche. Contrairement à une idée répandue, bon nombre d’établissements de la période française surent se maintenir en s’adaptant aux réalités allemandes avec beaucoup de pragmatisme et le personnel enseignant qui y exerçait était souvent alsacien. Même complexité dans les établissements congrégationalistes ou confessionnels où autochtones, germanophiles ou non, et Vieux-Allemands coexistent, le plus souvent en bonne intelligence, ainsi à Strasbourg le Bon Pasteur, établissement de diaconesses, où Alsaciennes, Vieilles-Allemandes et Suissesses cohabitent.
Pour un aperçu général de la question de l’Alsace à l’époque du Reichsland, voir son article « L’essor de l’enseignement secondaire des filles en Alsace (1871-1918) », Revue d’Alsace 2012, p. 191-223, ainsi qu’une dizaine de monographies d’écoles supérieures de filles pour la même période dans des annuaires de sociétés d’histoire locale d’Alsace et de Lorraine.

10Notre colloque pouvait difficilement faire l’impasse sur la célébration du centenaire du début de la Première Guerre mondiale. Kurt Hochstuhl, qui dirige le Staatsarchiv Freiburg au sein du Landesarchiv Baden-Wurttemberg nous présenta l’un de ses acteurs le général Berthold von Deimling, commandant du 15e corps d’armée impérial de 1913 à 1917. Le destin de ce parfait représentant de l’armée impériale connut quelques inattendus et singuliers développements. Lui qui s’était sauvagement illustré dans les colonies allemandes de l’Afrique du Sud-Ouest, avait été nommé en Alsace pour y mettre de l’ordre et renforcer encore la politique de germanisation, finit par apprécier les soldats alsaciens de son armée au patriotisme sans reproche, alors qu’on s’en méfiait généralement, et devint, après-guerre, au soir de sa vie, un militant pacifiste sincère.
Voir son article « Berthold von Deimling, ein Freund des Elsass? » dans la Revue d’Alsace, 2013, p. 181-203.

11À l’opposé de Deimling, voici le peintre bien connu Otto Dix, que les nazis quelques années plus tard condamnèrent quasiment à l’inactivité avant de l’arrêter fin 44 et de l’envoyer au Volksturm, à 54 ans pour livrer les dernières batailles du « Reich millénaire ». Fait prisonnier en avril, il est interné dans les locaux de l’ancienne filature Haussmann, au Logelbach, aux confins de Colmar où il restera prisonnier jusqu’en février 1946. Cette passionnante page d’histoire méconnue – Otto Dix, peintre et prisonnier de guerre à Colmar (1945-1946) – nous a été restituée par Erdmuthe Mouchet, linguiste qui dirigea pendant 15 ans le bureau de l’Institut Goethe de Colmar. On y découvre un Dix, entouré d’autres peintres prisonniers, pris par une frénésie de peindre, dans des conditions difficiles, à l’intérieur comme à l’extérieur du camp, réaliser quelques authentiques chefs d’œuvres dont la fameuse Madone aux barbelés, retrouvée 40 ans plus tard.
Voir ses articles publiés en 2011 en allemand dans le catalogue « Otto Dix Retrospektiv. zum 120. Geburtstag » par la Kunstsammlung GERA, et en français en 2012 dans l’Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Colmar 2011-2012, « Otto Dix prisonnier à Colmar entre avril 1945 et février 1946 », p. 193-226.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Gabriel Braeuner
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Michael Bühler
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Marco Jorio
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Martin Stohler
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Dominik Wunderlin
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Eric Ettwiller
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Kurt Hochstuhl
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Erdmuthe Mouchet
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/2154/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Braeuner, « 2e colloque d’histoire transfrontalière à Strasbourg, Maison de la Région Alsace le 26 octobre 2013 », Revue d’Alsace [En ligne], 140 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/2154 ; DOI : 10.4000/alsace.2154

Haut de page

Auteur

Gabriel Braeuner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page