Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Sources et ouvrages de référence

Bretschneider (Falk) et Duhamelle (Christophe) (dir.), « Les mots du Saint-Empire »

un glossaire, publication en ligne sur : http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire
François Igersheim
p. 451-452
Référence(s) :

Bretschneider (Falk) et Duhamelle (Christophe) (dir.), « Les mots du Saint-Empire », un glossaire, publication en ligne sur : http://saintempire.hypotheses.org/publications/glossaire

Texte intégral

1Issu d’une réflexion sur les problèmes de traduction juridique franco-allemande menée dans le cadre du séminaire « Étaticités fractales à l’époque moderne » de l’EHESS animé par Falk Bretschneider et Christophe Duhamelle, ce glossaire en ligne veut « suscite[r] l’intérêt du lectorat le plus large possible » et « contribue[r] à rendre plus familier », en particulier aux modernistes, mais aussi aux non-spécialistes, « le monde […] du Saint-Empire romain de nation germanique ». Il évoque ce faisant l’entreprise du Dictionnaire historique de la Suisse, disponible en ligne et en trois langues, mais aussi d’autres travaux en cours.

2Passé l’introduction et le lancement opéré – on clique dans la maquette de couverture du Glossaire –, on aborde les deux colonnes de listes de 225 mots allemands et de 189 traductions françaises qui nous renvoient à des mots allemands.

3Faisons un sondage sur les mots allemands. Prenons Reichstadt. La notice est divisée en trois rubriques : 1) La traduction proposée – ici « ville d’Empire » – et les traductions alternatives soit « ville libre d’Empire » (Freie Reichstadt). 2) La notice explicative qui décrit la nature de l’institution et son évolution ; les notices ne dépassent pas 2 500 signes (et à l’évidence certaines notions ne supportent pas cette méritoire concision). 3) Les observations qu’appellent l’institution et ses traductions. Toutes les notices sont sur ce modèle. Prenons, dans la liste des mots français, la notice « écoutète », que le Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace avait décidé de ne pas adopter, considérant qu’il n’était pas employé par la majorité des historiens de l’Alsace – ce « consensus », auquel se réfère aussi le Glossaire – et avait renvoyé à « prévôt » et à « Schultheiss ». Le Glossaire retient le mot et l’utilise même pour désigner le Schultheiss de Strasbourg, Francfort ou Schwäbisch-Hall. Dollinger, qui a quelquefois employé le terme « écoutète », ne l’emploie pas dans son Histoire de l’Alsace et reprend simplement « Schultheiss ». Le Glossaire conclut : « Dans le doute, il est ainsi préférable soit de garder le mot original (Schultheiss), soit d’utiliser le calque francisé, certes rare, mais disponible, et doté des mêmes ambivalences que sa forme allemande, et de garder les traductions possibles et avérées de bailli pour Vogt, de prévôt pour Probst, de bourgmestre, stettmestre et ammestre ». C’est un parti pris qui peut se défendre, tout comme celui du DHIA ! Relevons certaines autres traductions. Pour le mot « coutume » le Glossaire renvoie à « Herkommen » (comme « Altes Herkommen ») que les tribunaux pourraient valider. Mais la partie « problématique » de la notice ne soulève pas la question de l’exclusion du mot « Weistum », traduction habituellement proposée également. La liste allemande comprend bien le mot « Weistum », mais le Glossaire ne propose pas de notice en regard. On peut regretter, enfin : 1) que l’on ne puisse faire de recherche hypertexte libre : l’on doit se contenter des mots que la rédaction décide d’activer dans une notice ; 2) l’absence d’indication de sources et de bibliographie, qui est frustrante pour un lecteur qui voudrait « aller plus loin ». La fort substantielle notice « étaticité », qui traduit « Staatlichkeit », en constitue un bon exemple. Elle cite dans son texte J. H. Elliot, D. Langewiesche, W. Reinhard. Bien sûr, le lecteur d’un glossaire en ligne, peut faire, en ligne, la recherche bibliographique lui-même. Mais l’auteur de notice a forcément les titres sous la main et pourrait proposer des liens. Cette lacune est est-elle plus vivement ressentie par le lecteur en ce qui concerne les collections de sources imprimées ? Il suffira de se référer au DRW (en ligne) et à ses corrélats. Mais tel qu’il est, ce « Glossaire » se révèle un remarquable – et incontournable – instrument de travail pour le droit public de l’époque moderne dans l’espace germanique ou germanophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Bretschneider (Falk) et Duhamelle (Christophe) (dir.), « Les mots du Saint-Empire » », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 451-452.

Référence électronique

François Igersheim, « Bretschneider (Falk) et Duhamelle (Christophe) (dir.), « Les mots du Saint-Empire » », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2182

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page