Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Préhistoire

Adam (Anne-Marie), Deffressigne (Sylvie), Koenig (Marie-Pierre) et Lasserre (Marina) (dir.), La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène B en Alsace et en Lorraine. Essai de typochronologie

Supplément à la Revue Archéologique de l’Est, 29, 341 p., 71 fig., 2 dépliants, tabl.
Felix Fleischer
Référence(s) :

Adam (Anne-Marie), Deffressigne (Sylvie), Koenig (Marie-Pierre) et Lasserre (Marina) (dir.), La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène B en Alsace et en Lorraine. Essai de typochronologie (Supplément à la Revue Archéologique de l’Est, 29), 341 p., 71 fig., 2 dépliants, tabl.

Texte intégral

1L’ouvrage édité sous la direction d’Anne-Marie Adam, Sylvie Defressigne, Marie-Pierre Koenig et Marina Lasserre rassemble des chercheurs rattachés à différentes institutions archéologiques d’Alsace et de Lorraine (Université de Strasbourg, Ministère de la Culture et de la Communication, Inrap, Pair, Antea Archéologie). L’objectif principal était la création d’ « un outil de référence dans le domaine de la céramique pour les phases anciennes de la protohistoire » (p. 13), c’est à dire pour une période comprise entre le Xe et le Ve siècle avant Jésus-Christ.

2Les deux premiers chapitres de l’ouvrage présentent le cadre général de l’étude et la méthodologie appliquée à la définition des formes typologiques (p. 9-20). Le cadre géographique s’étend sur l’Alsace et la Lorraine. Les principales occupations de référence pour ces régions, correspondant à des sites de plaine ou des sites de hauteur fouillés plus ou moins anciennement, ont été intégrées à cette étude. Le mobilier céramique représentatif de trente-sept sites a ainsi été pris en compte (quinze sites lorrains et vingt-deux sites alsaciens). Chronologiquement, l’étude porte principalement sur le Hallstatt (entre 800 et 475 avant J.-C. environ), mais intègre également les phases antérieures et postérieures (Bronze final IIIb entre 950/910 et 800 avant J.-C et La Tène A entre 475 et 400 avant J.-C.) afin de mieux appréhender l’évolution de la céramique pendant une durée significative. La classification s’appuie sur les caractéristiques morphologiques des récipients.

3L’important chapitre 3 (p. 21-84) présente chaque type de manière individuelle. Les planches illustrent de façon synthétique les différentes variantes associées à chaque type de manière chronologique et géographique. Cette présentation adaptée permet de discerner rapidement les évolutions. La céramique tournée, apparue à la fin du premier Âge du Fer, a été intégrée à l’étude. Elle présente une valeur chronologique forte. Après cette présentation des formes, les décors ont fait l’objet d’études individuelles. Les décors en creux (incisions, excisions et impressions), appliqués (incrustations, aplats ou motifs de matières colorantes) et modelés (cannelures, cordons, tétons, mamelons, pastilles, engobes grossières et rugueuses) ont été distingués. Leur relation avec les types précédemment décrits et leur valeur chronologique ont été étudiées.

4Le quatrième chapitre (p. 85-132) reprend les résultats des études typologiques menées dans le chapitre précédent pour chaque forme et chaque décor afin de présenter une analyse globale de l’évolution de la céramique. Pour chaque phase chronologique, les auteurs présentent un aperçu de la documentation disponible, puis les éléments caractéristiques en incluant les datations apportées par les objets métalliques, principalement les fibules. La présentation du mobilier caractéristique sous forme de tableaux illustrés permet une utilisation simple et rapide pour chaque phase chronologique.

5Le chapitre 5 (p. 133-142) est consacré à la synthèse des résultats typochronologiques exposés dans le chapitre précédent. L’évolution de la céramique entre le Bronze final IIIb et La Tène A est marquée par l’apparition, l’augmentation, la réduction et la disparition de formes et de décors. A part quelques innovations remarquables comme l’emploi du tour, l’évolution de la céramique présente une évolution non linéaire sans véritables ruptures. Par ailleurs, les corpus de céramiques des deux zones d’étude présentent certaines différences, liées aux influences culturelles auxquelles les deux régions étaient exposées.

6L’ouvrage se poursuit par un catalogue détaillé des sites étudiés (p. 143-323). Ce dernier prend en compte pour chaque occupation une notice de synthèse, une description du mobilier découvert (détaillée pour la céramique, sommaire pour le reste du mobilier), une présentation du mode de comptage de la céramique (qui peut différer surtout pour les sites anciennement étudiés), une indication de la fiabilité de l’échantillon (qui prend en compte le taux de la céramique étudié par rapport à l’ensemble du mobilier provenant du site) et une bibliographie. Le mobilier céramique y est présenté par structure dans des tableaux typologiques normés permettant des études comparatives entre les sites.

7L’ouvrage s’adresse préférentiellement aux spécialistes de la protohistoire de l’Est de la France et plus largement du domaine hallstattien. Il est incontestablement devenu aujourd’hui une référence méthodologique incontournable pour l’étude de la céramique protohistorique en constituant un manuel pour la datation des sites de la région. Il participera sans aucun doute au développement de la recherche interrégionale sur la thématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Felix Fleischer, « Adam (Anne-Marie), Deffressigne (Sylvie), Koenig (Marie-Pierre) et Lasserre (Marina) (dir.), La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène B en Alsace et en Lorraine. Essai de typochronologie », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/2195

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page