Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Renaissance

Buchholzer-Remy (Laurence), von Heusinger (Sabine), Hirbodian (Sigrid), Richard (Olivier) et Zotz (Thomas) (dir.), Neue Forschungen zur elsässischen Geschichte im Mittelalter

Verlag Karl Alber, 2012 (Forschungen zur oberrheinischen Landesgeschichte, VI), 211 p.
Georges Bischoff
p. 460-462
Référence(s) :

Buchholzer-Remy (Laurence), von Heusinger (Sabine), Hirbodian (Sigrid), Richard (Olivier) et Zotz (Thomas) (dir.), Neue Forschungen zur elsässischen Geschichte im Mittelalter, Verlag Karl Alber, 2012 (Forschungen zur oberrheinischen Landesgeschichte, VI), 211 p.

Texte intégral

1À l’instar de son dédicataire, le volume offert à Bernhard Metz à l’occasion de son départ des Archives municipales de Strasbourg n’a pas grand-chose à voir avec le conformisme académique qui sied au genre des Festschriften. Il n’émane pas de l’institution, n’est pas davantage un bouquet cueilli par des disciples, mais témoigne de relations d’amitiés entre chercheurs, et se focalise sur un territoire bien délimité, l’Alsace du Moyen Âge. Donc, pas de fonds de tiroirs de collègues, mais un dialogue bienveillant avec l’archiviste qui a pu en parrainer la genèse.

2Cette cohérence est servie par une présentation agréable et par un index très bien venu. On regrettera d’emblée l’absence d’une notice biographique sur Bernhard Metz (et d’un portrait hors d’âge, comme le veut la loi du genre), et particulièrement, d’une bibliographie exhaustive de ses travaux – mais cela ajoute un peu de sel aux enquêtes bibliographiques.

3En réalité, ces mélanges sont les actes de deux journées d’étude organisées à l’Université de Fribourg-en-Brisgau, et leur destination n’était pas, au départ, explicite. Il s’agissait d’un état des lieux de l’histoire médiévale de l’Alsace, et, de ce fait, d’une sorte de palier historiographique bien venu, en attendant de nouveaux chantiers, comme le rappelle Thomas Zotz dans l’introduction de l’ouvrage.

  • 1 Signalons à ce propos le bel album publié par Charles Putz, L’abbaye de Marbach. Des chanoines augu (...)

4Les dix contributions rassemblées ici (et pourvues de résumés en français) s’intéressent principalement à la fin de la période (et singulièrement, très peu aux problématiques castrales qui sont celles de B. Metz). Elles s’ouvrent sur une présentation de l’Atlas historique de l’Alsace proposée par Odile Kammerer à l’attention des historiens de langue allemande (p. 15‑23) : l’entreprise qui est, d’ores et déjà, bilingue, est illustrée par quelques échantillons de cartes reproduites en couleur. On lira avec beaucoup d’intérêt l’article d’Erik Beck sur la « résurgence» de vestiges romains au cours du Moyen Âge (p. 25‑51) ; en effet, se pose alors le problème de la continuité des sites, de l’interprétation d’artefacts d’une civilisation éteinte, tant par les lettrés (la chronique d’Ebersmunster en est le modèle) que par la tradition « populaire ». Thobie Walter (p. 53‑71) revient sur la querelle des investitures dont il est l’un des meilleurs connaisseurs en évoquant, notamment, les figures de Manegold de Lautenbach et de Burchard de Gueberschwihr, fondateur de la collégiale de Marbach1, et la situation, ambiguë, des évêques de Strasbourg partisans de l’empereur. Leur cathédrale est au cœur de l’étude que Marie-Jo Nohlen (p. 73‑84) consacre au Liber donationum de l’œuvre Notre-Dame, un obituaire qui embrasse l’essentiel du chantier du XIIIe siècle à la veille de la Réforme et fourmille d’informations sur son environnement : ses analyses annoncent un travail de grande ampleur, sans commune mesure avec l’édition décevante qui en a été donnée récemment. On saura gré à Elisabeth Clementz de reprendre le dossier de la lèpre et des établissements de soins qui s’y rapportent en braquant le projecteur sur l’accompagnement spirituel, négligé par les historiens de la santé (p. 83‑97) : les léproseries peuvent être assimilées à des communautés religieuses, et cela mérite d’être rappelé avec force – en contrepoint de la sclérose des institutions prestigieuses, comme l’abbaye de Hohenbourg, dont les statuts, remaniés en 1444, sont présentés par Sabine Klapp (p. 99‑117).

5L’organisation des espaces et les relations politiques font l’objet de la deuxième section de l’ouvrage. Gabriel Zeilinger revient sur la genèse et l’épanouissement des villes, en relativisant le poids des fondations des Hohenstaufen dans un climat de concurrences régionales qui conduit à une certaine saturation – ou à un certain équilibre après l’Interrègne (p. 119‑130). La singularité de Strasbourg, plus rhénane qu’alsacienne, se manifeste par sa maîtrise de l’information comme le montre Bastian Walter à propos des guerres de Bourgogne : ce qui importe, ce n’est pas seulement la collecte des renseignements d’ordre militaire – l’espionnage proprement dit-, mais c’est surtout l’utilisation de ceux-ci dans le jeu politique, pour manipuler ou pour mobiliser (p. 131‑152). Les dirigeants strasbourgeois possèdent une longue expérience du pouvoir, ce qui incite Sabine von Heusinger à minorer les ruptures constitutionnelles et sociales du XIVe siècle et à développer la thèse d’une continuité plus forte qu’on l’a cru (p. 153‑175). Riche de ses archives mais nourrie de fausses certitudes (la Décapole et ses « villes libres »…), l’histoire urbaine de l’Alsace a besoin d’une cure de jouvence. L’enquête que Laurence Buchholzer et Olivier Richard consacrent aux Eidbücher de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes (p. 177‑196) inaugure une approche comparative des pratiques de serment en usage dans les Reichsstädte aussi bien que dans les villes seigneuriales. Leur problématique embrasse le fonctionnement réel des institutions et les inscrit dans le temps long, de la coutume, du rite et de la mémoire. Ce livre également.

Haut de page

Notes

1 Signalons à ce propos le bel album publié par Charles Putz, L’abbaye de Marbach. Des chanoines augustins… à l’engagement social, Wintzenheim, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Buchholzer-Remy (Laurence), von Heusinger (Sabine), Hirbodian (Sigrid), Richard (Olivier) et Zotz (Thomas) (dir.), Neue Forschungen zur elsässischen Geschichte im Mittelalter », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 460-462.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Buchholzer-Remy (Laurence), von Heusinger (Sabine), Hirbodian (Sigrid), Richard (Olivier) et Zotz (Thomas) (dir.), Neue Forschungen zur elsässischen Geschichte im Mittelalter », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/2202

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page