Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Renaissance

Berentzen (Berenike), Niclaus Hagenower. Studien zum bildhauerischen Werk

Michael Imhoff Verlag, 2014, 320 p.
Frank Muller
p. 467-468
Référence(s) :

Berentzen (Berenike), Niclaus Hagenower. Studien zum bildhauerischen Werk, Michael Imhoff Verlag, 2014, 320 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, dont on soulignera d’emblée l’excellente qualité des illustrations, est le résultat d’une thèse fondée sur une recherche dans le domaine de l’histoire des émotions. Même si l’auteur donne un catalogue des œuvres conservées et de celles qui sont perdues, mais dont témoignent des sources, son intérêt va principalement, au-delà des analyses de l’évolution stylistique, à la manière dont le sculpteur rend les émotions et donc au « réalisme » des œuvres, à la signification de ce réalisme pour l’édification du spectateur.

2Pour étayer sa démonstration, l’auteur s’appuie principalement sur trois œuvres majeures du sculpteur : le retable de l’Assomption de Marie (vers 1496), conservé dans l’église Notre-Dame de Saverne, les fragments conservés du retable du maître-autel de la cathédrale de Strasbourg (1501), victime de la « baroquisation » de l’édifice en 1682, et les parties sculptées du retable d’Isenheim (après 1510). Dans ces œuvres et d’autres, parfois d’attribution délicate, l’auteur fait preuve d’une bonne connaissance de la littérature sur le sujet et la discute de façon pertinente, tout en restant généralement prudente ; retenons toutefois sa proposition d’attribuer à Hans Wyditz la prédelle représentant le Christ et les apôtres dans le dernier retable cité, les autres sculptures pouvant résulter du travail commun d’un atelier où Wyditz, après ses réalisations dans la cathédrale de Fribourg/Brisgau, aurait rejoint son maître supposé, Hagenower.

3Il ne peut être question ici de suivre toute l’argumentation extrêmement élaborée et parfois un peu répétitive de l’auteur au sujet des émotions, d’autant qu’il faut bien dire que le haut niveau théorique de certaines parties ne rend pas l’ouvrage très facile à lire. Il s’agit en fait de comprendre, à partir de nombreux textes médiévaux, qui vont de Thomas d’Aquin à Maître Eckhart, à Gerson et à Geiler, les intentions de Hagenower, et plus généralement des artistes de cette période, dans l’élaboration et la réalisation de leurs œuvres, en ce qui concerne en particulier l’expression des émotions. Disons d’emblée que prêter des intentions rhétorico-théologiques conscientes à Hagenower comme à d’autres me paraît fortement exagérer la part de l’intellect et de la théorie et diminuer la part de l’imagination créatrice, même s’il est clair qu’à l’époque le concept d’originalité n’apparaît pas en tant que tel et qu’évidemment les artistes baignaient dans un contexte où ces questions étaient discutées.

4Pour la résumer très rapidement, l’analyse part du fait que chez Hagenower les visages souvent grimaçants procèdent d’une volonté d’amplificatio de la représentation des affects pour susciter l’émotion du spectateur, d’autant que ces expressions caricaturales ne sont plus uniquement le fait des « méchants » traditionnels, bourreaux et autres, mais caractérisent également les apôtres, dans le retable de Saverne par exemple. L’œuvre se présente comme simulachrum, mais aussi en quelque sorte comme miroir, afin que le spectateur puisse se mette lui-même en question en tant que pécheur ; le rapprochement fait par l’auteur avec les conceptions de la Devotio moderna paraît pertinent à cet égard. Dans un de ses sermons, Geiler compare l’image à une échelle : une fois que l’on s’en est servi pour se rapprocher du but, on ne doit plus en avoir besoin. La catharsis ainsi obtenue permettra à une âme renforcée, vertueuse, de faire plus facilement le bien. C’est évidemment là une appréhension très idéalisée des pouvoirs de l’image…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Muller, « Berentzen (Berenike), Niclaus Hagenower. Studien zum bildhauerischen Werk », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 467-468.

Référence électronique

Frank Muller, « Berentzen (Berenike), Niclaus Hagenower. Studien zum bildhauerischen Werk », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/2211

Haut de page

Auteur

Frank Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page