Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIIe et XVIIIe siècles

DELSALLE (Paul), Les tibériades du Comté de Bourgogne

Vylès Fillain, Éditions Franche-Bourgogne, 2015, 120 p.
Georges Bischoff
p. 478-479
Référence(s) :

Delsalle (Paul), Les tibériades du Comté de Bourgogne, Vylès Fillain, Éditions Franche-Bourgogne, 2015, 120 p.

Texte intégral

1Le titre a de quoi intriguer le profane. Rien à voir avec Capharnaüm, la cité riveraine du lac de Tibériade, ni avec la pêche miraculeuse de l’évangile de Luc, même si ce livre en est une. Le nom – qui dérive de celui du Tibre, et qui est emprunté au grand juriste Bartole – est employé dans les pays bourguignons pour désigner les documents figurés joints aux procès-verbaux de délimitation de bans, particulièrement dans les zones frontalières. Il est l’équivalent de carte ou de croquis. En Franche-Comté, la série est particulièrement riche et remonte aux débuts du XVIIe siècle : elle constitue une source iconographique de toute première importance, aussi bien par les tracés (contestés ou non) qu’elle donne que par les informations matérielles qu’elle fournit sur le paysage ou ses éléments.

2La problématique est mise en place par le présent volume, qui devrait être suivi par une dizaine de publications topographiques. Comme leur genèse s’opère à l’occasion d’un contentieux, les tibériades résultent d’enquêtes minutieuses et sont réalisées sur le terrain, en double exemplaire, parfois sous forme de brouillon, avec l’aide d’artistes – quatre d’entre eux sont connus. Les détails surabondent : pour l’historien du paysage ou pour celui des techniques, la moisson est exceptionnelle. Ainsi, à propos des infrastructures de la Saône, aménagement des berges, halage des bateaux, écluse (p. 102-103, 105), des verreries, des moulins, de l’utilisation du sol (ex : p. 87, la carte de l’abbaye de Belchamp, sécularisée par le duc de Wurtemberg et convertie en papeterie en 1615, où l’on distingue des plantations de sapins au milieu d’une forêt de feuillus).Les repères spatiaux retenus par les enquêteurs sont choisis pour leur pertinence : ce sont des marqueurs naturels (rives, sources, arbres, haies, fossés, rochers, sommets), des bornes, ce qui va de soi, mais aussi des constructions identifiables et, partant, susceptibles de servir à l’archéologue (une chapelle du Jura, fig. 19-20), ou même des ruines. Les amateurs de toponymie ont de quoi être comblés.

3L’ouvrage introductif piloté par Paul Delsalle identifie très précisément les secteurs pour lesquels on dispose de ces relevés. Ce sont, dans le sens des aiguilles d’une montre, la dorsale du Jura, dans la mouvance des Confédérés suisses (p. 35-46), avec une mention pour les châteaux de Châtillon sous Maîche et de Joux, l’avant pays du Lac Léman, Bresse, Pays de Gex et Bugey (p. 46-57), la Bourgogne ducale et la Champagne, qui relèvent du Royaume de France à l’époque où la Comté dépend des Habsbourg d’Espagne (p. 59-70), les duchés de Bar et de Lorraine, dans l’orbite de l’Empire (p. 71-82) et pour finir, l’Alsace méridionale et le comté de Montbéliard (83-95). Les relations de voisinage se jouent dans des climats très différents selon les facteurs économiques, politiques et religieux. Les « terres de surséance » d’entre Meuse et Saône sont un cas d’école pour les juristes. L’hégémonie allemande qui s’exerce au sud des Vosges fait apparaître d’autres clivages : ainsi, quid de l’abbaye de Lure, dont l’immédiateté, très relative, est confortée par son rattachement à l’abbaye princière de Murbach, elle-même satellite des Habsbourg depuis le début du XVIe siècle ? A l’arrière-plan, des rivalités bien réelles (le passage de Montbéliard à la Réforme, le patriotisme impérial des Alsaciens, la tutelle de l’Autriche sur les mines de Plancher et de Giromagny), dont on pourrait déduire une sorte de crispation frontalière, mais celle-ci est atténuée voire contredite par d’autres relations entre les hommes (de belles pages sur ce sujet, p. 90‑93). Cet apéritif a de quoi ouvrir l’appétit des chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « DELSALLE (Paul), Les tibériades du Comté de Bourgogne », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 478-479.

Référence électronique

Georges Bischoff, « DELSALLE (Paul), Les tibériades du Comté de Bourgogne », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2226

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page