Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe et XXe siècle

Muller (Claude), L’Alsace du Second Empire (1852-1870)

Éditions du Belvédère, 2015, 282 p.
Gabrielle Claerr Stamm
p. 481-482
Référence(s) :

Muller (Claude), L’Alsace du Second Empire (1852-1870), Éditions du Belvédère, 2015, 282 p.

Texte intégral

1Après le XVIIIe siècle, la période révolutionnaire et la fin du XIXe siècle, Claude Muller continue son histoire de l’Alsace, avec l’Alsace du Second Empire. Dès l’introduction, l’auteur accroche le lecteur en racontant l’arrivée de Louis Napoléon Bonaparte, en train, à Strasbourg en juillet 1852. L’empereur aura des rapports privilégiés avec l’Alsace, où il reviendra plusieurs fois ; lui qui a été élevé au bord du lac de Constance, parle l’allemand et prononce même le français avec un fort accent teuton. Se servant entre autre de la chronique du géomètre colmarien et luthérien Jean Benjamin Kuhlmann, Claude Muller nous fait vivre les événements comme témoins oculaires. Après le décès de Kuhlmann, ce sont les écrits du préfet du Bas-Rhin Jean-Baptiste Migneret qui rendent compte des nouveaux voyages de l’empereur en Alsace, accompagné d’Eugénie de Montijo. En s’appuyant sur les événements locaux, à travers la presse, mais aussi par des témoignages de gens du peuple, l’auteur nous fait vivre les différentes élections qui ont jalonné le règne de Napoléon III.

2L’ouvrage ne se décline pas en suivant l’ordre chronologique mais éclaire l’Histoire du Second Empire par une série de flash sur les rouages du pouvoir (la police, les fiches sur les maires et les instituteurs, l’armée).

3Une seconde partie est consacrée à l’omniprésence de la religion en Alsace (avec Mgr André Raess), majoritairement catholique (au clergé puissant), mais avec de fortes minoritaires juives et protestantes, ces derniers s’illustrant largement dans le milieu industriel. L’importance du développement industriel est mise en valeur dans le troisième chapitre avec notamment les nouvelles lignes de chemin de fer vers les vallées vosgiennes mais aussi la construction de locomotives. Grâce aux caisses d’épargne, l’argent circule ; les villes s’agrandissent pour faire face à l’implantation des manufactures et à l’arrivée des ouvriers. « Flatter la bourgeoisie, tout en faisant croire aux ouvriers qu’il n’est pas indifférent à leur sort tel est le grand écart politique entrepris par le chef de l’État pour réussir à moderniser le pays », grand écart particulièrement flagrant en Alsace avec un puissant patriciat manufacturier : c’est le temps des grands patrons, à 81 % protestants. L’industrie vinicole s’essouffle après des années peu productives et l’apparition de l’oïldium, mais l’ivresse des hommes reste un fléau récurrent. Les derniers chapitres sont consacrés à l’invasion de l’Alsace en 1870, le siège de Strasbourg, l’annexion, la chute de l’empereur.

4Malgré les travaux de nombreux historiens universitaires, aucune synthèse sur cette période n’existait. « Le présent essai – comme le dit l’auteur – voudrait combler cette lacune, en donnant une cohérence générale à tous les éléments du puzzle rassemblés jusqu’ici. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr Stamm, « Muller (Claude), L’Alsace du Second Empire (1852-1870) », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 481-482.

Référence électronique

Gabrielle Claerr Stamm, « Muller (Claude), L’Alsace du Second Empire (1852-1870) », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/2235

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page