Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe et XXe siècle

WAHL (Alfred), Une nouvelle histoire de l’Alsace contemporaine

Éditions du Belvédère, 2015, 157 p.
Léon Strauss
p. 483-485
Référence(s) :

Wahl (Alfred), Une nouvelle histoire de l’Alsace contemporaine, Éditions du Belvédère, 2015, 157 p.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage est un peu trompeur. Il ne s’agit pas d’une analyse continue de l’histoire de notre région aux XIXe et XXe siècles, mais d’une relecture critique des versions canoniques de quatre des problèmes centraux de notre histoire régionale.

2Le premier mythe auquel s’attaque Wahl est celui d’une Alsace unanime de 1870 à 1874 contre son détachement de la France et le rattachement au nouvel Empire dominé par la Prusse. L’importance statistique de la protestation fut longtemps surfaite. En fait, les questions confessionnelles et aussi les intérêts économiques ont souvent guidé les comportements électoraux dans le sens de l’accommodement au fait accompli. En ce qui concerne l’option et l’émigration vers la France en 1871‑1872, on n’attendait pas de surprise : Alfred Wahl n’avait qu’à reprendre les conclusions de sa thèse de troisième cycle de 1974, dont il regrette que tous les historiens ultérieurs, sauf deux, n’aient tenu aucun compte. Il met en cause la quasi-généralisation dans les publications d’histoire de grossières erreurs tant à propos des faits et des données chiffrées que dans le domaine des explications et des interprétations.

3Troisième image classique mise en pièce par l’historien, celle « d’une population alsacienne « raisonnable », « sage », refusant toute aventure ». L’Alsace « unie », tout au long du grand XIXe siècle (1789‑1914) aurait rejeté les impulsions contestataires de l’ordre établi venues de Paris et, après 1871, d’Allemagne. Or, le soutien à la Révolution française a été bien plus important qu’on ne se l’imagine généralement. On est moins étonné par le rappel de faits connus : l’opposition de la bourgeoisie libérale au régime réactionnaire de la Restauration, les succès électoraux des « Rouges » sous la Seconde République, ceux des sociaux-démocrates dans le Reichsland à partir de 1890 : bref, pour reprendre le titre de ce chapitre, « la gauche alsacienne a bien existé ».

4On croit encore souvent que la « guerre scolaire », à propos du statut scolaire confessionnel issu de la loi Falloux maintenue tant en 1871 qu’en 1919, n’a commencé qu’avec l’arrivée dans le jeu politique régional de la gauche laïque française. Or, Jean-Pierre Hirsch l’avait signalé dans son ouvrage de 2011, la toute puissance du clergé catholique dans la gestion de l’enseignement primaire avait déjà été mise en cause à plusieurs reprises par l’administration allemande, notamment à l’époque du Kulturkampf. La thèse de l’auteur, pour la grande crise de 1924‑1925, c’est que la mobilisation cléricale décrétée par Mgr Ruch après l’arrivée au pouvoir du Bloc des Gauches, ne visait pas réellement la menace de laïcisation de l’école, qui avait été rapidement écartée par un avis du Conseil d’État. Elle concernait un danger bien plus immédiat, surtout après les élections municipales de 1925, qui avaient vu la gauche prendre le pouvoir dans de nombreuses villes moyennes, celle de la généralisation des écoles interconfessionnelles. À juste raison, les chiffres avancés par les organisateurs des manifestations antilaïques, de la grève scolaire et du référendum sont mis en doute, ainsi que la participation des protestants. Je ne vois pas cependant pourquoi « présenter ce combat comme ayant pour enjeu l’opposition à l’école laïque » serait « une grande imposture » quand on s’aperçoit que, 90 ans plus tard, les autorités religieuses refusent toujours de renoncer au caractère obligatoire (sauf dispense) de l’enseignement de la religion. La politique du court terme ne s’opposait pas à une stratégie du long terme.

5Alfred Wahl justifie sa démarche, que certains considéreront peut-être comme hypercritique, par ce qu’il a constaté en fréquentant des milieux vivant à l’écart du monde savant. Leurs connaissances historiques sont constituées essentiellement de savoirs récoltés dans des publications rédigées par des érudits locaux ou transmis par la tradition orale. Elles fourmillent de mythes ou de déformations qui, sans cesse répétées, notamment par des notables locaux, ont fini par passer pour des vérités incontestables. Il est vrai que, longtemps, cette historiographie érudite ou non était statistiquement dominée par les défenseurs d’une Église catholique préconciliaire alors « dominante et sûre d’elle ».

6Wahl est sans doute le premier universitaire de nos générations à accepter ouvertement comme légitime l’existence d’un courant de pensée récent qui met « davantage l’accent sur le caractère germanique de l’Alsace et de ses habitants […] sans pour autant adopter obligatoirement des accents très pro-allemands ». Il n’hésite pas, en revanche, à dénoncer avec véhémence les écrivains ou militants résolument hostiles à la France, dont il remarque d’ailleurs que leur haine manifeste n’est jamais aussi marquée que dans les périodes où le pays est gouverné par la gauche. On objectera que l’auteur abandonne ici, comme sur beaucoup d’autres questions, la traditionnelle neutralité politique de l’historien. Il est vrai qu’il a pris la précaution, en introduction, de signifier qu’il rédigeait un essai, et non pas un ouvrage répondant aux normes scientifiques généralement affichées. Il n’empêche que, si l’essayiste n’hésite pas à frapper fort, l’historien, lui, apporte sur la plupart des points traités des démonstrations marquées au sceau d’une brillante érudition dont les futurs historiens de l’Alsace ne manqueront pas de prendre acte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léon Strauss, « WAHL (Alfred), Une nouvelle histoire de l’Alsace contemporaine », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 483-485.

Référence électronique

Léon Strauss, « WAHL (Alfred), Une nouvelle histoire de l’Alsace contemporaine », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2237

Haut de page

Auteur

Léon Strauss

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page