Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Première Guerre mondiale

Strasbourg en guerre, 1914-1918, Une ville allemande à l’arrière du front

Strasbourg, Le Verger éditeur / Archives de la Ville et de la Communauté urbaine de Strasbourg, 2014, 158 p.
Nicolas Lefort
p. 488-491
Référence(s) :

Strasbourg en guerre, 1914-1918, Une ville allemande à l’arrière du front, Strasbourg, Le Verger éditeur / Archives de la Ville et de la Communauté urbaine de Strasbourg, 2014, 158 p.

Texte intégral

1Le livre Strasbourg en guerre, 1914-1918, Une ville allemande à l’arrière du front est le catalogue de l’exposition du même nom tenue aux Archives de Strasbourg du 7 septembre 2014 au 30 janvier 2015 et réunit une douzaine de contributions.

2L’ouvrage se divise en trois parties dont la première est consacrée aux aspects militaires du sujet. Philippe Burtscher montre comment le rôle de la place forte de Strasbourg a évolué dans la stratégie allemande entre 1870 et 1918 et quels nouveaux types de fortifications ont été construits pour faire face aux progrès fulgurants de l’artillerie. Non sans quelques redites avec l’article précédent qu’une étude commune aurait permis d’éviter, Franck Burckel revient plus particulièrement sur les gigantesques travaux de fortification entrepris entre 1914 et 1916 en application du minutieux plan de « mise en état de défense de la place » (Armierungsarbeiten).

3La guerre fait de nombreux blessés : Denis Durand de Bousingen comptabilise à Strasbourg pas moins de 38 hôpitaux militaires ou « lazarets de forteresse » (Festungslazarette), installés dans des écoles et autres bâtiments publics emblématiques tels que le Palais du Rhin, le Landtag, le Palais universitaire et le Palais des Fêtes. Il évoque aussi le personnel et l’activité de ces hôpitaux, ainsi que l’exemple particulier de la vie dans le Festungslazarett X de Strasbourg-Neudorf, mieux connu grâce au témoignage de Robert Heitz, peintre et écrivain strasbourgeois.

4Dans la deuxième partie de l’ouvrage intitulée « La guerre officielle », Laurence Perry analyse l’action énergique du maire Rudolf Schwander et de l’administration municipale pour éviter l’évacuation des Strasbourgeois et leur permettre de survivre malgré les problèmes de subsistance. Pour y parvenir, la municipalité crée des commissions et des services municipaux spécifiques du temps de guerre pour l’emploi, l’assistance aux familles et le ravitaillement. Elle met aussi en place un contrôle des prix et des cartes de rationnement. Avec l’enlisement du conflit, les rations quotidiennes diminuent, mais il semble – l’auteur ne le dit pas explicitement – que les mesures prises par la municipalité Schwander ont permis aux Strasbourgeois de traverser la guerre dans des conditions plus favorables que dans d’autres villes de l’Empire. De son côté, François Schwicker consacre un encart aux « monnaies de nécessité » (Notgeld) auxquelles la municipalité de Strasbourg n’a eu recours que très tardivement.

5Les aspects culturels ne sont pas oubliés. Monique Fuchs évoque le projet de « Kriegsmuseum de Strasbourg ». Ce musée devait être consacré à la guerre en Alsace et à la participation des Alsaciens au conflit. L’analyse de l’inventaire, qui comporte 312 numéros, révèle que les collections réunies pendant la guerre comprenaient principalement de la documentation et, cela est frappant, quasiment pas d’objets (ni uniforme, ni arme). De son côté, Claude Lorentz s’intéresse à la situation de la presse politique et d’information pendant la Grande Guerre. Il montre que le fonctionnement de la puissante presse d’Alsace-Lorraine a été complètement bouleversé par l’instauration de la dictature militaire dans le Reichsland, dont le régime est plus sévère que dans le reste de l’Empire, en raison de la suspicion d’hostilité et de traîtrise prêtée aux Alsaciens-Lorrains (Deutschfeindlichkeit). Plusieurs titres sont interdits et des journalistes suspectés de sentiments français sont arrêtés. La mise en place d’une censure préalable, singularité alsacienne-lorraine dans l’Empire, et la création de services de propagande, qui fournissent des articles officiels, permettent de contrôler l’information de manière systématique.

6Benoît Jordan livre trois courtes contributions. La première évoque les manifestations publiques de soutien à l’armée, en particulier la célébration de l’anniversaire de l’empereur le 27 janvier 1915, renouvelée jusqu’en 1918. La seconde revient sur le thème des affiches administratives, surtout des affiches de propagande, qui avait déjà fait l’objet de l’exposition « 14-18 à l’affiche » aux Archives de Strasbourg en 2008.

7La dernière partie de l’ouvrage cherche à entrer dans l’intimité des Strasbourgeois. Le troisième texte de Benoît Jordan dresse un bilan démographique de la guerre à Strasbourg à partir des recensements de 1910 et 1921. On y apprend, sans grande surprise, la baisse de la population, le déficit d’hommes par rapport aux femmes, le déficit des naissances par rapport aux décès, la diminution des mariages avec un rattrapage en 1919, et la hausse du nombre de décès – l’année 1915 étant la plus meurtrière. Un regret : les sources étudiées ne permettent pas de connaître le chiffre précis des soldats originaires de Strasbourg morts au front.

8S’appuyant sur l’analyse de deux enquêtes statistiques industrielles de 1917 et 1919, Clément Wisniewski montre que toutes les grandes entreprises de Strasbourg et environs participent à l’effort de guerre allemand : celles de la branche alimentaire continuent le même type de productions qu’avant guerre, mais en livrent une bonne part à l’armée allemande, tandis que les entreprises de la branche métallurgique sont en partie reconverties pour produire obus et autres munitions. Les entreprises industrielles sont touchées par une baisse des effectifs liée au départ des hommes, remplacés en partie par les femmes. Comme dans le reste de l’Empire allemand, l’activité des entreprises industrielles alsaciennes-lorraines est très fortement perturbée par le début de la guerre. Pendant la suite du conflit, les industries qui contribuent le plus à l’effort de guerre allemand sont pleinement occupées, alors que les autres semblent tourner au ralenti.

9Enfin, Anne-Laure Fabre, par ailleurs auteur d’un très utile guide des sources écrites et iconographiques sur la Grande Guerre conservées aux Archives de Strasbourg (en ligne), cherche à comprendre l’état d’esprit des Strasbourgeois envoyés au front et de ceux restés à l’arrière, à partir de journaux de guerre et de lettres, dont certaines proviennent de compagnons de l’Œuvre Notre-Dame.

10L’ouvrage se termine par une chronologie mais ne donne pas de bibliographie indicative. Soulignons pour terminer la qualité et la variété des documents d’archives reproduits, mais aussi des cartes et tableaux, qui illustrent un propos clair et accessible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Strasbourg en guerre, 1914-1918, Une ville allemande à l’arrière du front », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 488-491.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Strasbourg en guerre, 1914-1918, Une ville allemande à l’arrière du front », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2244

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page