Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Première Guerre mondiale

Rohmer (André), Entre larmes et honneurs, Thann, ville de front, 1914-1918

Société d’histoire « Les Amis de Thann », 2014, 372 p.
Philippe Vogel
p. 493-495
Référence(s) :

Rohmer (André), Entre larmes et honneurs, Thann, ville de front, 1914-1918, Société d’histoire « Les Amis de Thann », 2014, 372 p.

Texte intégral

1Fidèle collaborateur, dès sa première parution en 1986, de la « Petite et grande Histoire », revue annuelle de la société d’histoire « Les Amis de Thann », André Rohmer, y a publié de nombreux articles sur les évènements ou les personnalités qui ont marqué l’histoire de Thann et de sa région. Egalement archiviste municipal de la ville de Thann, André Rohmer n’en est pas à son coup d’essai. En 1991 déjà, il signait en collaboration avec Marc Drouot et Nicolas Stoskopf La fabrique de produits chimiques Thann et Mulhouse. Histoire d’une entreprise de 1808 à nos jours. Puis, plus récemment, en 2011, paraissait son premier ouvrage individuel, Thann 850 ans d’histoire et de culture, faisant écho à l’Histoire de Thann des origines à nos jours de Joseph Baumann, publié trente ans plus tôt. La création même de la société d’histoire « Les Amis de Thann » est liée à la Grande Guerre, puisqu’elle fut fondée le 8 septembre 1918, quelques semaines à peine avant la fin du conflit. Quoi de plus naturel alors, en cette période de commémoration du centenaire, pour son président André Rohmer, que de se pencher sur l’histoire de sa ville durant la Première Guerre mondiale.

2Pour réaliser son étude, l’auteur s’est appuyé sur de nombreux témoignages, parfois inédits, reflétant bien souvent une vision patriotique et pro-française de la situation ; sur des ouvrages anciens, comme le fameux Rapport sur l’organisation des territoires 1914-1916, publié à Thann en 1917 par les autorités françaises, ou plus récents ; ainsi que sur de nombreux documents d’archives, publics et privés.

3L’auteur débute son étude par une présentation de la ville de Thann et de l’Alsace, entre 1870 et 1914, en replaçant la région dans le contexte international et national de l’époque, avant de s’intéresser plus particulièrement à la situation thannoise dans les premiers jours du conflit. Si les éclairages apportés par l’auteur peuvent parfois paraître très généraux, comme des aspects uniformologiques de l’armée française ou la présentation des différentes phases de la guerre, ils permettent de structurer le récit et d’apporter au lecteur une vision plus étendue de la situation en Europe avant et pendant le conflit. On relèvera néanmoins certaines affirmations contestables comme le caractère pro-français du clergé au début du conflit, ou l’image d’une société alsacienne globalement hostile à l’Allemagne entre 1870 et 1914.

4La ville, en première ligne face au front, occupée par les troupes françaises, se retrouve propulsée au rang de capitale de ce que l’on va appeler « l’Alsace française ». L’ouvrage nous détail à la fois l’administration spécifique qui est mise en place par les autorités françaises pour gérer ce territoire et celle qui s’organise localement, à Thann, en mettant l’accent sur le rôle important des industriels de la vallée. André Rohmer a fait le choix de développer particulièrement deux aspects occupant une place primordiale dans la stratégie d’occupation française dont l’objectif est de faire accepter la présence française aux Alsaciens. Le premier est le maintien d’un certain dynamisme économique, nécessaire à l’équilibre social du territoire, malgré le manque de main d’œuvre, les difficultés de ravitaillement et de circulation, etc. Le rôle des industriels est une nouvelle fois mis en exergue. Le second est la mise en place d’un enseignement outil de la francisation des Alsaciens, dispensé en français par des maîtres-soldats. Les difficultés quotidiennes des Thannois sont passées en revue : évacuations, restrictions de circulation, réquisitions, difficultés de ravitaillement, bombardements, destructions ; ainsi que tous les aspects de la vie de la cité avec entre autre la mise en sûreté des œuvres d’art de la collégiale Saint Thiébaut, le fonctionnement du service postal, la mise en circulation de monnaies de nécessité, la presse thannoise durant la guerre, etc. On relèvera également d’intéressants développements sur les artistes, militaires ou civils, qui ont laissé une trace de Thann durant la guerre, ainsi que la présentation d’une belle collection de livres d’or de familles thannoises, réunie par l’auteur, qui participent à l’originalité de l’ouvrage. Enfin, le récit, remarquablement illustré, présente une très belle collection de photographies et de reproductions de documents d’époque. Malgré les très nombreux aspects évoqués, l’auteur prévient que son ouvrage n’a pas valeur d’exhaustivité. En effet, la question des nombreux Thannois incorporés dans l’armée allemande durant le conflit, des relations avec leurs familles, de leur retour après l’armistice, a été éludée.

5Parce qu’il s’intéresse à un épisode peu connu de la Grande Guerre en Alsace, l’ouvrage occupe une place importante dans le déferlement de publications liées au centenaire du conflit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vogel, « Rohmer (André), Entre larmes et honneurs, Thann, ville de front, 1914-1918 », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 493-495.

Référence électronique

Philippe Vogel, « Rohmer (André), Entre larmes et honneurs, Thann, ville de front, 1914-1918 », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2248

Haut de page

Auteur

Philippe Vogel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page