Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Première Guerre mondiale

CADIER-REUSS (Marguerite), Lettres à mon mari disparu (1915-1917) (introduites par Paul Reuss Jr.)

L’Harmattan, 2014, 286 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 499-500
Référence(s) :

Cadier-Reuss (Marguerite), Lettres à mon mari disparu (1915-1917) (introduites par Paul Reuss Jr.), L’Harmattan, 2014, 286 p.

Texte intégral

1C’est un document tout à fait original que nous présente ici le petit-fils de l’auteur. Si les lettres écrites par un soldat à sa femme et les réponses de celle-ci se comptent pendant la Grande Guerre par milliards (les estimations avancées par les historiens donnent le vertige), très rares sans doute sont les épouses qui ont, comme Marguerite Cadier-Reuss, adressé un « courrier » pendant des années à leur mari mort. Dans une civilisation de l’écrit, c’est aux pages d’un cahier que cette jeune femme confie sa douleur, ses soucis quotidiens, mais aussi ses espoirs de chrétienne. Elle y intercale des lettres que lui a envoyées le disparu avant la guerre, pour le retrouver, pour « l’entendre parler » en quelque sorte. Très tôt veuve – puisque son mari est tué dès le 26 septembre 1914, à l’âge de trente‑quatre ans, au moment des derniers combats de la stabilisation du front dans la Marne –, elle donne à « l’absent » des nouvelles de ses trois enfants – dont le dernier est né le jour-même de sa mort –, exprime ses états d’âme, réfléchit à la signification de cette tourmente universelle qu’est la guerre et à son cortège de désolation.

2À la lecture de ces pages, on mesure combien de vies ont été non seulement brisées par la Grande Guerre, mais, disons-le, gâchées : bien que parfaitement bilingue, Paul Reuss, ingénieur sorti major de l’Institut industriel du Nord à Lille, est en effet mobilisé comme simple soldat. Mort dans les premières semaines de la guerre, il prive non seulement sa famille d’amour et de soutien, mais le pays d’un homme de grande valeur.

3Ce livre nous plonge dans le milieu des optants alsaciens. Paul Reuss n’est autre que le fils de l’historien Rodolphe Reuss (1841-1924), qui a quitté Strasbourg en 1896 pour qu’aucun de ses trois fils ne serve dans l’armée allemande. Il nous renseigne aussi sur les milieux du protestantisme libéral, dont la famille est une éminente représentante (Édouard Reuss, le grand-père de Paul était un théologien connu ; et le père de Marguerite, Alfred Cadier, était pasteur dans la vallée d’Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques).

4Plus largement, cet émouvant ouvrage apporte une contribution très intéressante à l’histoire des veuves de guerre, qui commence tout juste à être abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « CADIER-REUSS (Marguerite), Lettres à mon mari disparu (1915-1917) (introduites par Paul Reuss Jr.) », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 499-500.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « CADIER-REUSS (Marguerite), Lettres à mon mari disparu (1915-1917) (introduites par Paul Reuss Jr.) », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2258

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page