Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Première Guerre mondiale

HEROLD (Georges) et DELESTRE (Philippe), Un petit Alsacien dans la Grande Guerre 1914-1918 (préface et notes d’André Heckendorn)

Éditions Italiques, 2014, 160 p.
Gabrielle Claerr Stamm
p. 500-501
Référence(s) :

Herold (Georges) et Delestre (Philippe), Un petit Alsacien dans la Grande Guerre 1914-1918 (préface et notes d’André Heckendorn), Éditions Italiques, 2014, 160 p.

Texte intégral

1Georges Herold, l’auteur, n’a que 11 ans en 1914, lorsque la guerre éclate. C’est avec un regard d’enfant qu’il observe les événements auxquels il est mêlé, en compagnie de son père dans les premières années. « Un aéroplane survole la ville : quel événement ! Se pourrait-il qu’il s’agisse d’un avion ennemi ? Mais oui : on distingue nettement la cocarde bleu blanc rouge sous ses ailes… Tac ! Tac ! Tac ! Qu’est-ce que c’est ? Je viens d’entendre mes premiers coups de feu ». Mais le récit n’a été écrit (en allemand) qu’en 1932, en s’appuyant sur ses souvenirs et sa collection d’objets, ce qui confère à l’ouvrage un mélange de style, des remarques d’enfant, des raisonnements d’adulte (« il n’y a pas de pire malheur que la guerre : horrible, injuste, aveugle, elle n’épargne personne, jeune ou vieux, faible ou fort, grand ou petit »). Ces souvenirs ont été traduits en français par Gérard Welchlin, publiés par la petite-fille de l’auteur, qui a retrouvé le manuscrit dans une malle, illustrés par Philippe Delestre, dont les dessins s’inspirent de ceux de Hansi, et enfin annotés par André Heckendorn.

2Ce récit de guerre par un enfant, qui fort sérieusement prend des notes de ce qu’il voit, collectionne tracts, balles, éclats d’obus, qui parle au début de la guerre de l’ennemi français et termine « fier d’être libéré par la France », est des plus agréables à lire et renouvelle totalement le style des ouvrages consacrés à la Première Guerre mondiale, publiés très nombreux en 2014. L’enfant découvre petit à petit la guerre, les blessés, les morts, la difficulté du ravitaillement, la faim, les ruines à Mulhouse, victime de combats aériens et de bombardements, le passage des troupes… La mobilisation de son père le propulse « chef de famille » : « Depuis que Papa est au front, c’est moi qui m’occupe du potager ». « Pâques 1917 approche, et avec lui la fin de ma scolarité. Je suis ravi : je vais pouvoir travailler et gagner de l’argent pour maman ». Et de conclure le 11 novembre 1918 « Nous sommes ravis d’être débarrassés des Allemands que nous n’avons jamais vraiment aimés à cause de leur esprit dominateur ».

3On ne peut que conseiller la lecture de ce « récit naïf et coloré, émouvant et impertinent à la fois ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr Stamm, « HEROLD (Georges) et DELESTRE (Philippe), Un petit Alsacien dans la Grande Guerre 1914-1918 (préface et notes d’André Heckendorn) », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 500-501.

Référence électronique

Gabrielle Claerr Stamm, « HEROLD (Georges) et DELESTRE (Philippe), Un petit Alsacien dans la Grande Guerre 1914-1918 (préface et notes d’André Heckendorn) », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/2260

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page