Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Seconde Guerre mondiale hors Alsace

STREICHER (Jean-Claude), Onze généraux alsaciens et Vichy

Le Verger éditeur, 2014, 185 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 514-515
Référence(s) :

Streicher (Jean-Claude), Onze généraux alsaciens et Vichy, Le Verger éditeur, 2014, 185 p.

Texte intégral

1L’auteur nous propose ici une galerie de portraits qui ressemble un peu à un « inventaire à la Prévert » puisque sont qualifiés d’Alsaciens des personnages qui n’ont fait que séjourner quelque temps dans la région : comme les généraux Brécard, Frère, de Lattre de Tassigny et Touzet du Vigier ; ainsi qu’un autre qui n’a aucun lien avec l’Alsace que celui qu’il s’est inventé lui-même à partir d’un patronyme fictif : Weygand. Les autres sont des fils d’optants (Dentz, Koeltz, Mittelhauser – dont l’acte de naissance porte en fait deux s : Mittelhausser –, les frères Zeller) et tout de même trois natifs d’Alsace : Héring, Stehlin et Zeller père.

2Le point commun des généraux rassemblés au sein de ce corpus hétéroclite est d’avoir dû prendre position vis-à-vis de l’État français et de Pétain. Leur réaction face à la Débâcle a été assez semblable, et finalement conforme à celle de la grande majorité des Français : se regrouper derrière l’étendard du Maréchal afin, pensaient-ils, de continuer de manière souterraine la résistance contre les Allemands. Frère – mort en martyr au Struthof –, de Lattre ou encore Weygand sont des figures emblématique de ces « vichysso-résistants », dont le degré de compromission avec le régime a été cependant variable. Dentz a quant à lui attaché son nom à la reddition de Paris en juin 1940 et aux luttes fratricides entre Français au Levant en 1941. Brécard fut la caution protestante du régime de Pétain, en tant que grand chancelier de la Légion d’honneur. Mittelhausser, après avoir songé un moment à désobéir aux ordres du Maréchal et à continuer la résistance en Orient, se soumit du jour au lendemain aux ordres venus de Vichy. Ah ! sens du devoir, obéissance, carrière chérie…

3Les récits de Jean-Claude Streicher sont vivants et insistent sur les faits et anecdotes qui rattachent le personnage à l’Alsace. Même s’il n’a pas consulté les dossiers des généraux au Service historique de la Défense à Vincennes, il puise aux meilleures sources secondaires (mémoires des contemporains, presse), ce qui fait de cet ouvrage au concept un peu curieux un objet plaisant pour le public, où même un universitaire peut apprendre des choses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « STREICHER (Jean-Claude), Onze généraux alsaciens et Vichy », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 514-515.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « STREICHER (Jean-Claude), Onze généraux alsaciens et Vichy », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/2282

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page