Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Seconde Guerre mondiale hors Alsace

STREICHER (Jean-Claude), Le général Huntziger. L’ « Alsacien » du maréchal Pétain

Jérôme Do Bentzinger, 2015, 241 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 515-516
Référence(s) :

Streicher (Jean-Claude), Le général Huntziger. L’ « Alsacien » du maréchal Pétain, Jérôme Do Bentzinger, 2015, 241 p.

Texte intégral

1Si le général Huntziger, haute figure du régime de Vichy, ne figure pas parmi les « onze généraux alsaciens » étudiés dans son précédent ouvrage par Jean-Claude Streicher, c’est parce qu’il méritait, dit-il, – et c’est vrai – une biographie plus développée. Cette fois les sources sont solides, le dossier personnel aux archives militaires a été consulté. L’auteur n’évite pas complètement le localisme avec, dans les première pages, ces stériles paragraphes consacrés à un débat de peu d’intérêt : Huntziger était-il Alsacien ou Breton ? Né à Lesneven (Finistère) d’un père optant venu de Guebwiller, il était évidemment les deux. Dans quelle proportion ?… Est-ce vraiment important ?

2Une fois cette question évacuée, le rôle d’Huntziger avant 1939 est trop vite expédié : les troupes coloniales, la Grande Guerre, le corps d’occupation français en Chine, la mission militaire française au Brésil, le Levant auraient sans doute mérité d’amples développements. La formation d’un homme conditionne forcément pour une grande part ses réactions face à l’événement. L’auteur de ce livre a choisi de se concentrer sur la Seconde Guerre mondiale. Commandant de la 2e armée en septembre 1939, Huntziger est considéré par certains comme le responsable de la défaite de Sedan en mai 1940, mais il se voit tout de même confier, quelques jours plus tard, un groupe d’armées par le général Weygand, qui vient de remplacer Gamelin à la tête de l’armée française. Devenu une fois le calice bu jusqu’à la lie le chef de la délégation française de la commission d’armistice à Wiesbaden, il essaie tant bien que mal, de protester contre l’annexion de fait de l’Alsace-Moselle par l’Allemagne nazie.

3Successeur de Weygand au poste de ministre secrétaire d’État à la Guerre du Maréchal, il est volontiers taxé d’anglophobie – en une période où ce sentiment est largement partagé, après Mers el-Kébir. Appliquant sans états d’âme la législation antijuive dans l’armée, il protège néanmoins quelques personnalités, comme le général Darius Bloch, frère de l’avionneur Marcel (tous deux plus tard connus sous le nom de Dassault). Tout en organisant l’armée d’armistice et en collaborant avec l’occupant selon les directives officielles, il s’emploie à créer des structures clandestines susceptibles de faciliter une éventuelle reprise des combats. C’est au retour d’une tournée d’inspection en Afrique du Nord, dans laquelle tous ceux qui n’ont pas renoncé à la lutte place leurs plus sûrs espoirs, qu’il se tue dans un accident d’avion, le 12 novembre 1941.

4Aujourd’hui bien oublié, Huntziger, à la carrière forcément peu faite pour susciter la sympathie dans le contexte du début du XXIe siècle (colonies, Vichy), est cependant un personnage complexe – comme son temps. Rien ou presque n’existait sur lui à ce jour et Jean-Claude Streicher fait plus que défricher le terrain par cette première biographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « STREICHER (Jean-Claude), Le général Huntziger. L’ « Alsacien » du maréchal Pétain », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 515-516.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « STREICHER (Jean-Claude), Le général Huntziger. L’ « Alsacien » du maréchal Pétain », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2284

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page