Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Guerres mondiales
Malgré-Nous

PICAPER (Jean-Paul), Les ombres d’Oradour, 10 juin 1944. Vérités et mensonges sur un crime inexpié

L’Archipel, 2014, 425 p.
Marie-Claire Vitoux
p. 519-520
Référence(s) :

Picaper (Jean-Paul), Les ombres d’Oradour, 10 juin 1944. Vérités et mensonges sur un crime inexpié, L’Archipel, 2014, 425 p.

Texte intégral

1Après avoir été correspondant du Figaro en Allemagne, le journaliste Jean-Paul Picaper s’est fait historien de la Seconde Guerre mondiale. À l’occasion du 70e anniversaire du massacre, il consacre un ouvrage militant à Oradour… Militant ? L’auteur fait en effet de son ouvrage une machine de guerre contre les arguments-arguties des négationnistes.

2Avant de présenter les qualités de cet ouvrage, le chroniqueur se doit de faire état de ses réticences. L’anti-communisme de l’auteur s’exprime dans l’ouvrage à tout moment, à contretemps et à contresens. Ces dérapages sont d’autant plus déroutants qu’ils sont inutiles à l’analyse : l’introduction est, par exemple, totalement inappropriée au sujet du livre. Le lecteur pourrait, par ailleurs, être mal à l’aise avec le style trop souvent ampoulé de l’auteur (fallait-il écrire, par exemple : « Oradour resta comme un stigmate indélébile de sang et de feu planté au cœur de la France » [p. 14]).

3La mission de vérité que se donne Jean-Paul Picaper est de démolir méthodiquement les mensonges négationnistes. Son atout principal réside dans sa parfaite connaissance de la langue allemande, qui lui permet de mettre à la disposition du lecteur français les sources est-allemandes, comme par exemple les minutes du procès de Barth qui s’est tenu entre 1981 et 1983 à Berlin Est, et plus généralement de présenter le point de vue allemand.

4Après un récit des faits, les chapitres s’attaquant aux arguments négationnistes retiennent particulièrement l’attention. L’auteur rappelle le travail de réhabilitation de la Waffen-SS en général et de la division Das Reich en particulier, entrepris après la guerre par des nationaux-socialistes convaincus, regroupés au sein de la communauté d’entraide des anciens Waffen-SS, la HIAG. Il montre comment s’élabore le principal argument négationniste à propos d’Oradour, qui consiste à faire porter la responsabilité du massacre aux maquisards. En France, le relais est pris par le négationniste Vincent Reynouard. S’il a été condamné au milieu des années 1990 et si son livre a été interdit, ses idées continuent à être diffusées, en Alsace particulièrement.

5Ne craignant pas d’aborder les sujets qui fâchent, M. Picaper s’attache ensuite à analyser le procès de Bordeaux. Il faut mettre au crédit de l’auteur de s’appuyer sur les travaux de l’historien du droit Jean-Laurent Vonau, trop souvent dédaigné parce qu’Alsacien.

6Au final, malgré des dérapages de plume et d’argumentations, l’ouvrage fait bénéficier les lecteurs français d’archives peu ou pas connues et d’un argumentaire solide contre les élucubrations négationnistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claire Vitoux, « PICAPER (Jean-Paul), Les ombres d’Oradour, 10 juin 1944. Vérités et mensonges sur un crime inexpié », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 519-520.

Référence électronique

Marie-Claire Vitoux, « PICAPER (Jean-Paul), Les ombres d’Oradour, 10 juin 1944. Vérités et mensonges sur un crime inexpié », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2289

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Vitoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page