Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Cathédrale de Strasbourg

WACKENHEIM (Michel) et ECKERT (Bernard), La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg : 1 000 ans de parole

Editions du Signe, 2014, 269 p.
Jean-Paul Lingelser
p. 524-525
Référence(s) :

Wackenheim (Michel) et Eckert (Bernard), La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg : 1 000 ans de parole, Editions du Signe, 2014, 269 p.

Texte intégral

1Le Millénaire de la cathédrale de Strasbourg est l’occasion de produire une floraison sans précédent d’ouvrages sur le monument. La monographie de Michel Wackenheim, archiprêtre de la cathédrale, et de Bernard Eckert, doyen du chapitre, se présente comme un livre d’images d’une belle qualité esthétique pour illustrer l’Ancien et le Nouveau Testament. C’est un véritable parcours visuel qui est proposé à partir des vitraux, des sculptures, des fresques, des Tapisseries de la Vie de la Vierge et des pièces d’orfèvrerie. Les auteurs suivent en quelque sorte les recommandations du pape Grégoire le Grand qui n’hésitait pas à affirmer que les images des saints doivent figurer sur les murs des églises pour enseigner à ceux qui ne savent pas lire.

2L’ouvrage commence par illustrer l’Ancien Testament en suivant l’ordre de classement de ses livres. Différents clichés, comme la tête des deux prophètes (p. 10, 11) sont d’une excellente facture artistique. Certains prophètes peuvent être identifiés grâce à leur phylactère. C’est le cas d’Ezéchiel (panneau supérieur de la 2e lancette de la 7e baie du côté nord pour les fenêtres hautes) qu’on retrouve aussi dans la verrière de la Vie de la Vierge et de l’enfance du Christ. De même, Aristote, un philosophe grec, est assimilé à un prophète ! En effet, suivant l’enseignement d’Albert le Grand, Thomas d’Aquin s’était inspiré d’Aristote pour développer ses conceptions théologiques et ce philosophe est ainsi représenté à deux reprises : sur le panneau du massacre des innocents (verrière de la Vie de la Vierge et de l’enfance du Christ, côté sud) et dans les fenêtres hautes (panneau supérieur de la 1ère lancette de la 7e baie, côté nord). Ces quelques exemples sur les prophètes montrent l’originalité de l’ouvrage. On regrette toutefois l’absence de critique historique, qui aurait pu relever l’anachronisme de certaines scènes (David représenté avec sa lyre sur le tympan de la sacristie avec les rois mages). Chaque cliché est accompagné d’un commentaire appuyé par un extrait de l’Ancien Testament et d’une localisation sur l’édifice, laissant au lecteur la possibilité de retrouver l’œuvre d’art. Le livre est aussi agrémenté par des photos en pleine page, ce qui rehausse le prestige de l’ouvrage.

3L’Ancien Testament n’est traité que par moins d’un tiers de l’ouvrage. Ce dernier met surtout l’accent sur le Nouveau Testament en illustrant tous les épisodes de la vie du Christ, y compris à partir de textes apocryphes, depuis son enfance jusqu’à sa montée au ciel, sans oublier le Jugement dernier. Les sources du christianisme ont été fortement développées et constituent le cœur de l’ouvrage. Ici encore, on peut souligner la mise en correspondance très judicieuse de la sculpture, des vitraux, etc. représentant le même thème, pour montrer en outre la virtuosité des artistes du Moyen Âge capables d’imaginer la même séquence de l’évangile sous un angle différent. Il existe toute une force dans l’expressivité des images, la dramaturgie des différentes scènes, jusqu’à l’extraordinaire série des photographies du chapitre consacré au Jugement dernier. La Passion du Christ est largement développée. La crucifixion du tympan central, avec la présence de l’Église et de la Synagogue entourant la croix, véritable programme théologique, est représentée en pleine page (p. 209) et accompagnée d’un bref commentaire, sans que ne soit explicitée la thématique représentée, avec le dragon entourant la tête de la Synagogue.

4L’ouvrage est accompagné d’un CD offrant un ensemble d’œuvres musicales sous la direction de Dominique Debès, maître de chapelle, avec des solistes, la Maîtrise et la Chorale de la cathédrale, sans oublier le concours de Pascal Reber, titulaire du Grand orgue.

5Au final, le lecteur trouvera un ouvrage richement illustré et truffé de très nombreuses citations bibliques permettant de découvrir le sens des illustrations. Ce livre trouve ainsi toute sa place dans l’immense bibliographie consacrée à la cathédrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Lingelser, « WACKENHEIM (Michel) et ECKERT (Bernard), La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg : 1 000 ans de parole », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 524-525.

Référence électronique

Jean-Paul Lingelser, « WACKENHEIM (Michel) et ECKERT (Bernard), La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg : 1 000 ans de parole », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/2304

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Lingelser

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page