Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Alsaciens célèbres

MUNZ (Jo et Walter), Albert Schweitzers Lambarene, Zeitzeugen berichten

elfundzehn Verlag, 2013, 316 p.
Jean-Paul Sorg
p. 527-528
Référence(s) :

Munz (Jo et Walter), Albert Schweitzers Lambarene, Zeitzeugen berichten, elfundzehn Verlag, 2013, 316 p.

Texte intégral

1L’histoire de « Lambaréné », plus exactement de l’Hôpital Albert Schweitzer à Lambaréné, n’a pas encore été racontée dans son intégralité, de sa préhistoire (1913-1917) à son état aujourd’hui, en 2015, cinquante ans après la mort de son fondateur. Mais nous disposons d’une masse de documents, de témoignages divers, de « souvenirs », de lettres et de rapports, à commencer par les rapports (Berichte) que Schweitzer rédigeait lui-même tous les six mois environ, quand il se trouvait sur place, à l’intention de ceux qui en Europe s’intéressaient à son œuvre et la soutenaient.

2Le Dr Walter Munz, venu de Suisse, s’était engagé comme médecin – chirurgien en 1961, sitôt ses études terminées. Nommé médecin-chef en 1964 par Schweitzer et désigné comme son successeur médical, il restera passionnément attaché à l’hôpital et interviendra plusieurs fois pour le sauver ou le maintenir à flot. Ce qui le distinguait et qui avait d’emblée impressionné Schweitzer, dans ses vieux jours où il cherchait un successeur, c’étaient ses qualités humaines naturelles, son attention aux Africains (tout de suite il se mit à apprendre le fang, principal dialecte de la région du Moyen-Ogooué), son souci du partage et son sens de la fraternité qui tranchait avec toute forme d’arrière-pensée coloniale ou postcoloniale.

3En 1991 il publia un premier livre qui montrait « Albert Schweitzer dans la mémoire des Africains » (version française ainsi titrée en 1994, Études Schweitzeriennes n5) ; dans celui-ci, qui reprend pour l’essentiel, en l’actualisant, l’ouvrage paru en 2005, Cœur de gazelle et peau d’hippopotame (édition française en 2006, chez J. Do Bentzinger, Colmar), il a rassemblé une vingtaine de témoignages ou de souvenirs de personnes qui avaient comme lui travaillé à Lambaréné entre 1961 et 1965. Des personnes de diverses nationalités (constance du caractère international de l’œuvre humanitaire), les unes qualifiées, les autres non, affectées à toutes les sortes de tâches nécessaires à la vie de ce village qu’était devenu l’hôpital. Non seulement les tâches médicales, mais les services de la cuisine et de la blanchisserie, de la construction et des réparations, du jardinage et de l’élevage, des transports de bananes et de sable, ainsi que les indispensables travaux de bureau ou de secrétariat. Un exemple singulier de communauté qui par certains traits rappelle l’expérience des kibboutz.

4Schweitzer omniprésent, du matin au soir, recevant aussi d’innombrables visiteurs (ou touristes), et la nuit attelé à son œuvre spirituelle, soucieux de la diffusion de son éthique du respect de la vie, angoissé par la situation de guerre froide, écrivant – à la main – au président Kennedy pour le conjurer d’arrêter la course aux armements nucléaires – et celui-ci répondant longuement et respectueusement. Ces lettres figurent dans l’ouvrage, tout comme celles échangées avec Khrouchtchev.

5Au total, ce livre collectif et polyphonique, rehaussé de belles photos en noir et blanc, retrace encore, dans sa seconde partie, l’évolution de l’hôpital jusqu’à nos jours, avec à l’appui les contributions des différents directeurs qui se sont succédé. Comme en écho, on entend quelques « voix du futur », elles sont africaines, comme celle d’Axelle Kabou, née en 1935 au Cameroun, conseillère à l’ONU. Elles remettent en question la politique de l’aide humanitaire et le modèle occidental de développement. L’épilogue de l’histoire de « Lambaréné » s’écrit en ce moment peut-être, dans le processus de « gabonisation » de l’hôpital, sa mise sous contrat et la prise en charge de son fonctionnement quotidien par l’État, son insertion dans le système sanitaire de la République du Gabon.

6Schweitzer avait déjà prévu une telle évolution, et donc la fin de son hôpital comme œuvre indépendante, « organisme non gouvernemental », dans sa préface, écrite en 1951, à l’édition française d’À l’orée de la forêt vierge. « Les indigènes prendront de plus en plus les destinées de leur pays en main… Ainsi en décide l’esprit de l’époque. » Pour le destin de son hôpital, nous y voilà bientôt, près de soixante-dix ans après. Lentes sont les évolutions et irrégulières, mais irrésistibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Sorg, « MUNZ (Jo et Walter), Albert Schweitzers Lambarene, Zeitzeugen berichten », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 527-528.

Référence électronique

Jean-Paul Sorg, « MUNZ (Jo et Walter), Albert Schweitzers Lambarene, Zeitzeugen berichten », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/2309

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Sorg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page