Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Moyen Age

Bihrer (Andreas), Kälble (Mathias) et Krieg (Heinz) ed., Adel und Königtum im mittelalterlichen Schwaben. Festschrift für Thomas Zotz zum 65. Geburtstag

Stuttgart, W. Kohlhammer, 2009, 438 p., ISBN 978-3-17-020863-6, [Veröffentlichungen der Kommission für Geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Reihe B, Forschungen, t. 175]
Georges Bischoff
p. 436-438
Référence(s) :

Bihrer (Andreas), Kälble (Mathias) et Krieg (Heinz) ed., Adel und Königtum im mittelalterlichen Schwaben. Festschrift für Thomas Zotz zum 65. Geburtstag, Stuttgart, W. Kohlhammer, 2009, 438 p., ISBN 978-3-17-020863-6, [Veröffentlichungen der Kommission für Geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Reihe B, Forschungen, t. 175]

Texte intégral

1Les mélanges offerts à Thomas Zotz à l’occasion de son 65e anniversaire ciblent merveilleusement bien les thématiques développées par le médiéviste fribourgeois. En effet, ils se focalisent sur les groupes dirigeants et l’exercice du pouvoir dans l’espace « souabe » au sens large, l’ancien duché d’Alémanie et ses marges, et balayent l’ensemble de la période, avec d’importantes contributions sur sa partie centrale, en amont et en aval de l’an mille. Les articulations sont bien pensées, en juxtaposant des approches ponctuelles et des synthèses bien venues, sur ce qu’on sait de l’arrivée des Alamans en termes d’ethnogenèse (Dieter Geuenich, p. 45-54), les comtes palatins en Souabe du IXe au XIIe siècle (Sönke Lorenz, p. 205-234), la ministérialité (Werner Rösener, p. 249-270), les dynasties de Bade et de Wittelsbach à la fin du règne des Staufen (Volker Rödel, p. 305-320), la fin du duché de Souabe au milieu du XIIIe siècle (Dieter Mertens, p. 321-338)…

  • 1 Signalons à ce propos le recueil de textes traduits Rois, reines et évêques. L’Allemagne aux Xe et (...)

2Les sources sont revisitées sous l’angle de la prosopographie, avec de jolies pépites – par exemple, sur la famille comtale placée à Vérone lors de la campagne de Charlemagne contre les Lombards (Alfons Zettler, p. 89-114), sur le roi Henri [VII] éclipsé par la personnalité de son père, l’empereur Frédéric II (Hansmartin Schwarzmaier, p. 287-304) ou sur la « tournée universitaire » de trois cadets du margrave de Bade et de leurs proches à Pavie, Erfurt et Cologne en 1452-1456 (Rainer-Chrisophe Schwinges, p. 393-405). L’historiographie des clercs proches du pouvoir n’a pas encore livré toutes ses richesses : on en a la preuve à plusieurs reprises dans cet ouvrage, notamment à travers l’exemple fameux de Wipo1 (Volkhard Huth, p. 155-168).

3Les deux douzaines de communications rassemblées à l’occasion de cet hommage intéressent toutes, peu ou prou, la grande région du Rhin. Certaines concernent plus spécialement l’Alsace, parce qu’elles fournissent des points de comparaison ou parce qu’elles en étudient un aspect. Ainsi, dans le domaine de l’archéologie dans son articulation avec la recherche historique « classique » : les réflexions d’Heiko Steuer sur la nécessité de trouver un langage commun pour décrire les structures sociales du haut Moyen Âge sont particulièrement stimulantes (p. 3-27), de même que les observations de Sebastian Brather sur les sépultures « privilégiées » et leur mobilier, comme indicateurs d’un statut éminent (p. 28-44). Toponymie et anthroponymie, qui ont pendant longtemps été un champ d’affrontement entre les savants sont à présent décrispées par Wolfgang Haubrichs qui propose un tableau stimulant de la situation de l’Alsace à l’époque mérovingienne, au passage de la romanité à la mouvance germanique (p. 55-70) : on souhaite que ce travail soit connu de tous et, si possible, traduit. Seule contribution en langue étrangère, l’article du chercheur américain Hans Hummer sur la réorganisation du diocèse de Strasbourg à la fin du Xe siècle et au début du XIe siècle est un status quaestionis utile en attendant d’autres travaux.

4On signalera enfin deux communications à l’interface de la mémoire et de la politique. L’une d’elles, celle de Peter Kurmann, porte sur les quatre statues de comtes placées sur la façade-tour occidentale de la cathédrale de Fribourg et les interprète comme des signes de la permanence du pouvoir comtal, dans un contexte lié aux troubles de la seconde moitié du XIIIe siècle (p. 359-374). L’autre, de Birgit Studt (p. 375-392), reprend le thème des héros de la bataille de Sempach morts aux côtés du duc Léopold III et interroge la tradition « fédératrice » qui s’y rapporte : l’identité de la noblesse « autrichienne » s’y révèle d’une manière saisissante.

5Le livre s’achève sur une liste des publications de Thomas Zotz entre 2003 et 2008 (en complément de celle parue en 2004 dans un volume de Festschrift précédent, et par un index.

Haut de page

Notes

1 Signalons à ce propos le recueil de textes traduits Rois, reines et évêques. L’Allemagne aux Xe et XIe siècles, par Benoît Tock, Cédric Giraud, Adrien Fernique, Alexandre Leducq, Turnhout, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Bihrer (Andreas), Kälble (Mathias) et Krieg (Heinz) ed., Adel und Königtum im mittelalterlichen Schwaben. Festschrift für Thomas Zotz zum 65. Geburtstag », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 436-438.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Bihrer (Andreas), Kälble (Mathias) et Krieg (Heinz) ed., Adel und Königtum im mittelalterlichen Schwaben. Festschrift für Thomas Zotz zum 65. Geburtstag », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/231

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page