Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Alsaciens célèbres

SCHWANTAG (Sibylle) et STRUCKEN-PALAND (Christiane) (dir.), Albert Schweitzer - Musik und Ethik

Actes des Albert-Schweitzer-Symposien de Königsberg im Schwarzwald: „A. Schweitzer und die Orgelmusik“ (2007) et „A. Schweitzer und die « Orgelromantik »“ (2009), Universitätsverlag Siegen, 2013, 170 p.
Paul-Philippe Meyer
p. 529-531
Référence(s) :

Schwantag (Sibylle) et Strucken-Paland (Christiane) (dir.), Albert Schweitzer - Musik und Ethik, Actes des Albert-Schweitzer-Symposien de Königsberg im Schwarzwald: „A. Schweitzer und die Orgelmusik“ (2007) et „A. Schweitzer und die « Orgelromantik »“ (2009), Universitätsverlag Siegen, 2013, 170 p.

Texte intégral

1Si Albert Schweitzer (1875-1965) est l’objet principal des contributions à ces deux symposiums, cet ouvrage, entièrement en allemand, porte la mention « In memoriam Prof. Dr. Hermann J. Busch ». Universitaire, chercheur, Professeur émérite de l’Université de Siegen, éminent musicologue, organologue de renommée internationale et spécialiste des factures instrumentales françaises et allemandes, Hermann Josef Busch (1943‑2010) a occupé notamment différentes fonctions au sein de la « Gesellschaft der Orgelfreunde » et de la « César-Franck-Gesellschaft ». Auteur de nombreuses publications relatives à l’orgue, il est intervenu en tant que conseiller pour la restauration d’instruments, est à l’initiative de colloques à Brême, Karlsruhe, Amsterdam… Sa carrière et son rayonnement sont retracés dans des articles signés par Sibylle Schwantag, Christiane Strucken-Paland et Ralph Paland.

2Ce sont ensuite les communications des deux symposiums qui ont eu lieu à Königsfeld. Les homélies prononcées par Benigna Cartens et Chrisoph Huss à ces occasions sont reprises dans leur intégralité dans l’ouvrage.

3Fritz Link, maire de Königsfeld, rappelle les liens de la famille Schweitzer avec la ville où séjournait particulièrement Mme Schweitzer lorsqu’elle ne pouvait rejoindre son mari à Lambaréné pour des raisons de santé.

4En fait, l’ensemble des contributions est placé sous le signe de liens franco-allemands par la personne d’A. Schweitzer et son intérêt pour l’orgue et son répertoire. Dans « Deutsche und französische Einflüsse und die elsässische Doppelkultur », Julia Schroda rappelle avec discernement la situation culturelle en Alsace qui entoure le jeune A. Schweitzer, met en évidence sa double culture, fait état de ses études à Strasbourg, Paris et Berlin. H. J. Busch se penche sur la culture organistique d’A. Schweitzer, sur l’instrument et sa place, son rôle, sa fonction dans les mondes religieux et profanes dans « Das «heilige Instrument», A. Schweitzer und die «Orgelromantik» », « A. Schweitzers «Bachorgel » et « Zur situation des europäischen Orgelbaus am Beginn des 20. Jahrhunderts ». Gottfried Schüz se pose la question « Wieviel «Musik» ist in Schweitzers Ethik ? », à laquelle il répond longuement en partant des considérations de Socrate pour se rapprocher progressivement d’A. Schweitzer. Dans « Albert Schweitzer – überholte Moral-Ikone oder Wegbereiter einer neuen Menschlichkeit ? », il cherche à montrer le rayonnement d’A. Schweitzer et ses limites durant son vivant et après son décès.

5Côté français, seule la Strasbourgeoise Julia Schroda contribue à ces réflexions ; la Zurichoise Emmanuele Jannibielli, avec « A. Schweitzer als Interpret », s’interroge sur l’intérêt de l’édition d’enregistrements de ses concerts ; tous les autres contributeurs sont Allemands. Alors que les caractéristiques des instruments du facteur d’orgues français Cavaillé-Coll y sont présentées comme des références, que les liens entre A. Schweitzer et l’organiste Ch. M. Widor sont présentés comme des contributions à des réflexions communes, que l’esthétique franckiste est judicieusement analysée dans « Drei Schlüsselwerke der Kammermusik César Francks » par Christiane Strucken-Paland, la présence d’autres musicologues français aurait peut-être permis d’ajouter des éclairages complémentaires.

6L’ensemble des questionnements et des communications montre l’intérêt et l’attachement des pays de cultures germaniques à la personnalité d’A. Schweitzer dans sa globalité, au-delà du musicien qui a écrit sur J. S. Bach et interprété quelques-unes de ses œuvres. Sur le plan de l’interprétation, de l’esthétique et des sonorités de l’orgue, on peut mesurer l’évolution des approches ou le changement de mode depuis plus d’un siècle. Quels sens prend aujourd’hui la pensée de celui que Jean-Paul Sorg définit comme un « homme complet, universel et harmonieux, avec une puissance de synthèse » ? C’est là le cœur des préoccupations des publications de ces deux symposiums.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Philippe Meyer, « SCHWANTAG (Sibylle) et STRUCKEN-PALAND (Christiane) (dir.), Albert Schweitzer - Musik und Ethik », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 529-531.

Référence électronique

Paul-Philippe Meyer, « SCHWANTAG (Sibylle) et STRUCKEN-PALAND (Christiane) (dir.), Albert Schweitzer - Musik und Ethik », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2317

Haut de page

Auteur

Paul-Philippe Meyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page