Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Alsaciens célèbres

Mgr Doré (Joseph), Pourquoi j’aime tant l’Alsace. Souvenirs & réflexions

La Nuée Bleue, 2014, 351 p.
François Uberfill
p. 532-533
Référence(s) :

Mgr Doré (Joseph), Pourquoi j’aime tant l’Alsace. Souvenirs & réflexions, La Nuée Bleue, 2014, 351 p.

Texte intégral

1Le bel ouvrage que Mgr Doré consacre à l’Alsace n’est pas celui d’un mémorialiste qui, sept ans après avoir renoncé à ses fonctions d’archevêque, revient sur certains temps forts de son épiscopat. Il se présente plutôt comme celui d’un universitaire qui livre une monographie complète et documentée d’une province qu’il a arpentée en tous sens durant ses dix années de ministère épiscopal.

2D’emblée, il reconnaît qu’il ignorait tout de l’Alsace en 1997, lorsqu’il fut nommé. Son père lui avait souvent parlé de la séparation douloureuse de 1871 et du devenir des Alsaciens. Lui-même avait régulièrement fréquenté la Faculté de Théologie et le Centre d’études œcuménique. Et déjà, il était fasciné par la cathédrale, où, un dimanche de 1964, il eut la joie d’entendre le Père Congar.

3Tout au long de ces 350 pages, Mgr Doré se livre à une véritable radioscopie de la province : les paysages et les « pays » dans leur grande diversité (il dit avoir passé près de cinq semaines dans le Sundgau) ; l’histoire, à laquelle il consacre d’excellents passages ; les hommes et leurs activités, où il insiste particulièrement sur l’artisanat « qui colle à la peau » ; les communications et le système d’enseignement ; enfin « le patriotisme ardent » et la vie culturelle. Tous ces aspects sont analysés avec précision et minutie, avec le souci d’être exhaustif et souvent en risquant un point de vue personnel toujours très balancé.

4On appréciera particulièrement les pages denses consacrées aux rapports avec l’Allemagne et au « devoir de mémoire » (p. 84‑94). Et tout le monde a encore présent en mémoire l’homélie prononcée au cours d’une messe, le 10 juin 2004, dans l’église d’Oradour, qui a fortement impressionné tous les participants, ainsi que les Limougeauds et les Alsaciens installés devant leur récepteur de télévision. Il est vrai qu’il avait pris le soin de longuement interroger et écouter les témoins de cette époque, en particulier Mgr Kieffer, son fidèle secrétaire particulier et Mgr Hégelé, ancien évêque auxiliaire. Le livre s’achève par la présentation de « personnes d’hier et d’aujourd’hui », qu’il a fréquentées, Pierre Pflimlin, Marcel Rudloff, Adrien Zeller, bien sûr, mais aussi de beaucoup d’autres. On lira avec amusement le récit de son petit déjeuner de deux heures à l’archevêché avec Tomi Ungerer (p. 327).

5L’Alsace ne lui a laissé que de bons souvenirs. On le croit volontiers à suivre dans la presse locale ses nombreux séjours et interventions dans notre région. En fait, Mgr Doré n’a jamais quitté l’Alsace, en attendant « le moment venu, [où] j’aurai ma dernière demeure en la cathédrale, au cœur de cette région entre Vosges et Rhin que, oui, décidément, j’aurai tant aimée » (p. 347).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « Mgr Doré (Joseph), Pourquoi j’aime tant l’Alsace. Souvenirs & réflexions », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 532-533.

Référence électronique

François Uberfill, « Mgr Doré (Joseph), Pourquoi j’aime tant l’Alsace. Souvenirs & réflexions », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/2322

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page