Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les communautés

WELSCHINGER (Rémy), Vanniers (Yeniches) d’Alsace

L’Harmattan, 2013, 293 p.
Gilles Muller
p. 533-535
Référence(s) :

Welschinger (Rémy), Vanniers (Yeniches) d’Alsace, L’Harmattan, 2013, 293 p.

Texte intégral

1À l’image de Claude Levi-Strauss étudiant les Amérindiens brésiliens bororos, Rémy Welschinger nous immerge avec brio au cœur du microcosme des Yéniches, les Tsiganes blonds d’Alsace. Cette population semi-nomade, dont la première occurrence date du XIe siècle, nous est connue par le biais de représentations caricaturales et bien souvent péjoratives. L’auteur entend dans cet ouvrage prendre le contre-pied de ces préjugés afin de brosser un portrait plus réaliste de cette communauté encore méconnue. S’appuyant sur un travail d’enquête de près de vingt-cinq années, il présente avec finesse et clarté les particularités et les particularismes de ce groupe marginal.

2Dans un premier temps, Rémy Welschinger s’intéresse à la genèse et à l’élaboration du langage yéniche, qui reste un des aspects les plus marquants de sa culture. Ce langage repose sur un conglomérat de mots empruntés à l’allemand, à l’alsacien, au français, au tsigane et au yiddish. La majorité des termes, soit plus de 45 %, sont dérivés de l’allemand. C’est ce qui expliquerait l’étymologie du mot Yéniche à partir du couple « Ja/nicht », les seuls mots que les Tsiganes blonds prétendaient connaître quand ils étaient interrogés par les autorités. En travaillant à partir de la linguistique et de la lexicographie, l’auteur tente de retracer les origines incertaines des 600 000 Yéniches du bassin rhénan. À ce titre il formule quatre hypothèses. La première, classique, est celle de la parenté entre les Yéniches et les Tsiganes du Palatinat avant leur séparation au début du XVIIIe siècle. La deuxième, plus originale, laisse à penser qu’ils sont d’anciens bandits ou délinquants qui, pour fuir la justice européenne, se sont embarqués au XIXe siècle pour le « Nouveau Monde », avant de revenir en Europe au XXe siècle. La troisième les présente comme des autochtones marginaux issus des milieux populaires et défavorisés alsaciens ruraux. Enfin la dernière, la plus vraisemblable selon l’auteur, indique que les Yéniches seraient les descendants des vagabonds allemands du Moyen Âge ce qui expliquerait pourquoi la plupart des mots de leur langue est dérivée de l’alémanique.

3Dans un deuxième temps, l’auteur part à la rencontre du monde yéniche. Les multiples informations glanées lors de ses entretiens permettent de mieux comprendre le mode de vie marginal choisi par la population. Désireux de conserver leur indépendance et leurs libertés, ces semi-nomades exercent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale des métiers ambulants. C’est ce qui explique que le terme le plus connu pour désigner ces Tsiganes blonds est Kerbmacher, soit celui de « vannier », qui fut le métier le plus pratiqué autrefois. Cette activité était réservée aux hommes et la vente assurée par les femmes. La communauté s’appuie ainsi sur un modèle patriarcal fort où l’endogamie demeure encore largement pratiquée. Ce modèle sociétal permet d’assurer un « entre-soi » rassurant et sécurisant et d’instituer « une barrière de solidarité » qui tient à l’écart l’étranger (le Gadjo). La culture yéniche s’appuie sur des valeurs, des croyances et des pratiques communes. Chez les Yéniches, la communauté prime sur l’individu et la famille restreinte n’existe qu’intégrée au « clan ». Le catholicisme auquel se mêlent des superstitions y joue un rôle prépondérant. Cette ferveur est particulièrement visible par les nombreux tatouages du Christ présents chez les hommes. Des pratiques singulières les distinguent des autres communautés nomades. Ainsi la consommation prisée du hérisson voire celle, plus taboue, du chien suffit à se reconnaître entre membres. De même, contrairement aux Manouches, les hommes yéniches ne jouent pas du violon, mais de l’accordéon ou, à défaut, de l’harmonica. Ils possèdent souvent sur eux une petite serpette, outil emblématique de la pratique de la vannerie, afin de se protéger et de se défendre. Ces particularismes entraînent souvent des incompréhensions et des tensions avec les populations sédentaires locales.

4Enfin dans un dernier temps, l’auteur s’interroge sur les évolutions et l’avenir de la communauté alsacienne. En raison de la mondialisation et des mutations des systèmes productifs, les métiers itinérants de jadis sont aujourd’hui tombés en désuétude, entraînant une recomposition des pratiques des anciens vanniers. On assiste ainsi, depuis les Trente Glorieuses, à une sédentarisation croissante de la communauté. Mais la ségrégation sociale, souvent couplée à une ségrégation spatiale voulue par les pouvoirs publics, accentue la distance entre les Yéniches et leurs riverains. L’auteur nous invite à nous interroger sur ces problématiques et à mieux connaître une communauté au mode de vie si différent du nôtre. Il conclut : « Apprendre à se connaître, c’est aussi apprendre à se respecter ».

5L’ouvrage de Rémy Welschinger ainsi que celui de Christian Bader (Yéniches, les derniers nomades d’Europe, 2007), publiés tout deux chez L’Harmattan, contribuent à introduire la question des Yéniches d’Alsace et plus largement des communautés nomades au cœur des recherches en sciences humaines, mais aussi au cœur de nos propres réflexions citoyennes. À ce titre, il faut encourager la lecture de ce précieux ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Muller, « WELSCHINGER (Rémy), Vanniers (Yeniches) d’Alsace », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 533-535.

Référence électronique

Gilles Muller, « WELSCHINGER (Rémy), Vanniers (Yeniches) d’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2324

Haut de page

Auteur

Gilles Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page