Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Bleu de cuivre

Musées de Sarreguemines, 2014, 149 p.
Christine Esch
p. 544-545
Référence(s) :

Bleu de cuivre, Musées de Sarreguemines, 2014, 149 p.

Texte intégral

1Éponyme de l’exposition qu’il accompagne, ce catalogue dévoile les productions des céramistes du XIXe siècle inspirés par les bleus d’Orient ou de l’Antiquité. De mai à octobre 2014, le Musée de la Faïence de Sarreguemines a mis en lumière la singularité de cette couleur dans le domaine de la céramique. Turquoise ou bleu de paon, translucides ou sombres, une centaine d’œuvres significatives en céramique, toutes bleu de cuivre, datées entre 1850 et 1950, créées par une vingtaine de céramistes ou manufactures, ont célébré la virtuosité qu’offre l’oxyde de cuivre. Des céramistes comme Deck, Collinot, Massier… et les productions des faïenceries du XIXe siècle – Bordeaux, Longwy, Sarreguemines ou encore Rubelles – étaient à l’honneur.

2La publication qui prolonge cette exposition se décline en deux parties. Le premier volet de cette étude livre les secrets alchimiques du cuivre – ses propriétés et sa technicité – mais aussi son histoire depuis l’Antiquité et ses évolutions jusqu’à son envol artistique et industriel. L’histoire a retenu les noms de Théodore Deck, Guebwillerois de naissance, et d’Eugène Collinot, originaire de Rohrbach-lès-Bitche, comme initiateurs de l’introduction du bleu de cuivre en France. Une large place leur est octroyée dans ce catalogue.

3Le second volet de la publication, moins technique, plus artistique, propose un catalogue des œuvres et des notices sur les céramistes et les manufactures. Au fil des pages, les créations défilent, lumineuses et raffinées, dévoilant la métamorphose des couleurs et des nuances élaborées par des générations de céramistes. Chaque céramiste fait l’objet d’une rapide présentation, d’une évocation de son orientation artistique et de son parcours. Chaque manufacture est étudiée sous l’angle de son histoire et de sa production.

4Des bibliographies sélectives sont proposées pour clore chaque intervention. On regrette cependant l’absence d’une table exhaustive des œuvres de l’exposition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Esch, « Bleu de cuivre », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 544-545.

Référence électronique

Christine Esch, « Bleu de cuivre », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2346

Haut de page

Auteur

Christine Esch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page