Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

ANDRES (Gabriel), L’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg : une histoire longue et mouvementée

Do Bentzinger Éditeur, 2014, 301 p. (préface de François Cacheux)
Anne-Marie Châtelet
p. 546-547
Référence(s) :

Andrès (Gabriel), L’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg : une histoire longue et mouvementée, Do Bentzinger Éditeur, 2014, 301 p. (préface de François Cacheux)

Texte intégral

  • 1 Cassir (Maria-Carina), L’École des arts décoratifs de Strasbourg de 1890 à 1914 : l’institut sous l (...)
  • 2 Koenig (Nelly), L’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg de 1919 à 1939 : entre méthodes allemande (...)
  • 3 Andrès (Gabriel), Joseph Rossé : itinéraire d’un alsacien, ou le droit à la différence, Colmar, J. (...)

1Fondée à la fin du XIXe siècle, alors que Strasbourg était la capitale du Reichsland Elsaß-Lothringen, l’Ecole des Arts décoratifs a conservé de ses origines des traits qui lui ont longtemps donné un caractère particulier au regard de ses homologues. C’est l’histoire de cet établissement, celle de ses développements pédagogiques et institutionnels de sa fondation jusqu’à nos jours qu’expose Gabriel Andrès. Deux travaux universitaires complémentaires l’avaient précédé, restés sous forme de tapuscrits dans l’ombre de leurs institutions, le mémoire de maîtrise de Maria Carina Cassir, traitant de la naissance et des débuts de l’École de 1870 à 19141, et la thèse de Nelly Koenig, embrassant ses évolutions de 1919 à 19392. Mais ce n’est pas sur ce chemin que s’est engagé Gabriel Andrès, un auteur prolixe au parcours bien différent. Autonomiste et ancien musicien à l’orchestre philharmonique de Strasbourg, il a signé, entre autres, un livre consacré à cette formation, un autre au militant alsacien Joseph Rossé, et des articles au sculpteur Alfred Marzolff et au graphiste Georges Ritleng3. Son ouvrage sur l’École des arts décoratifs n’a rien d’une étude universitaire. Il n’a ni note de bas de page ni bibliographie et fait la part belle aux témoignages des acteurs ; on y trouvera de longues citations et de courtes biographies d’artistes et d’enseignants.

2Son récit est un long texte qui n’a d’autres respirations que les titres des paragraphes et dont la nature évolue au fil des pages. Il débute par un rappel des initiatives qui ont préludé à la création de l’établissement, évoque la direction d’Édouard Weissandt à la tête de l’École des Arts industriels et s’attarde sur les succès et les déboires d’Anton Seder, ce peintre munichois sollicité en 1890 par la Ville pour prendre la direction de la nouvelle École. L’histoire de cette période, documentée par les rapports administratifs annuels et autres papiers conservés dans les archives, et forte des apports de M.-C. Cassir, est la plus fouillée de l’ouvrage. Les mêmes sources sont utilisées pour évoquer les années de l’entre-deux-guerres, marquées par la direction de François Rupert Carabin, puis de Georges Ritleng, mais l’auteur ne semble pas avoir utilisé la thèse de N. Koenig, trop récente sans doute. Après la Deuxième Guerre mondiale, les témoignages prennent le pas sur la narration et c’est essentiellement par la voix de François Cacheux et celle de Jean Marie Krauth, qui assurèrent successivement la direction de l’École de 1959 à 1992, que l’on découvre les résistances et les réformes suscitées par les mouvements de 1968. À mi-chemin entre la chronique et les souvenirs, cet ouvrage a ainsi pour lui de faire entendre des propos de directeurs et d’enseignants, pour certains inédits.

Haut de page

Notes

1 Cassir (Maria-Carina), L’École des arts décoratifs de Strasbourg de 1890 à 1914 : l’institut sous l’égide artistique du professeur Anton Seder, mémoire de maîtrise de l’Université de Strasbourg, 1990.

2 Koenig (Nelly), L’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg de 1919 à 1939 : entre méthodes allemandes et méthodes françaises, Thèse de l’École nationale des chartes, 2012, 2 vol.

3 Andrès (Gabriel), Joseph Rossé : itinéraire d’un alsacien, ou le droit à la différence, Colmar, J. Do Bentzinger, 2003, 203 p. ; L’orchestre philharmonique de Strasbourg : une histoire faite de bribes d’archives et de souvenirs, Colmar, J. DoBentzinger, 2004, 140 p. ; « Der Grafiker Georges Ritleng, eingrosser Freund des Odilienbergs » in Almanach Saint-Joseph , 2004, p. 83‑89 ; « Alfred Marzolff : le Rodin alsacien » in Almanach Saint-Joseph, 2005, p. 97-99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Châtelet, « ANDRES (Gabriel), L’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg : une histoire longue et mouvementée », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 546-547.

Référence électronique

Anne-Marie Châtelet, « ANDRES (Gabriel), L’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg : une histoire longue et mouvementée », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/2349

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Châtelet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page