Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Les Actes du CRESAT no12

2015, 225 p.
Frédéric Kurtz
p. 550-552
Référence(s) :

Les Actes du CRESAT no12, 2015, 225 p.

Texte intégral

1Les Actes du CRESAT no12 (librement accessibles en ligne via le site internet de l’Université de Haute-Alsace) contiennent les textes de cinq « séminaires », cinq interventions de membres du CRESAT faites entre novembre 2013 en juin 2014. Trois d’entre elles portent sur l’histoire ou la géohistoire. Ludovic Laloux, maître de conférences à l’Université de Bordeaux, présente l’histoire d’une entreprise douaisienne productrice de limes puis de ressorts (Usine des ressorts du Nord) de 1856 à nos jours, résumé d’une monographie qu’il a publiée en 2013. Marie-Claire Vitoux, maître de conférences honoraire en histoire contemporaine à l’UHA, retrace son « itinéraire de recherche ». Elle explique quelles lectures, rencontres et réflexions ont nourris ses travaux sur les thèmes du monde ouvrier, de l’Alsace pendant la Seconde Guerre mondiale et des latrines. Elle présente les cinq ouvrages qu’elle a publiés, toutes publications collectives, sous la forme d’un plaidoyer pour la reconnaissance du travail en équipe dans les sciences historiques. Enfin, elle explique en quoi elle conçoit sa profession d’historienne comme éminemment citoyenne. Marie-Claire Vitoux s’inscrit donc dans cette « culture de politique de responsabilité collective » de la bourgeoisie mulhousienne, dont elle a relevé la « philanthropie » au début de sa carrière de chercheuse. Rapprochement conscient ou inconscient ? Pas de « psychanalyse sauvage », enjoignait en 1987 Pierre Nora, dont l’auteur rappelle et suit fidèlement les prescriptions aux ego-historiens. Le récit n’en est pas moins sensible et Marie-Claire Vitoux livre les éléments privés nécessaires à la compréhension de sa carrière. Le lecteur alsacien aurait peut-être aimé en apprendre davantage sur le rapport à l’Alsace d’une historienne venue de Montpellier. Il lira son « portrait » dans L’Alsace du 12 janvier 2015 (où il en apprendra aussi beaucoup plus par ailleurs). La troisième contribution qui intéresse l’histoire est celle de Brice Martin, maître de conférences de géographie à l’UHA, qui développe « quelques aspects de Tranrisk2 », un programme présenté dans Les Actes du CRESAT no11. L’auteur dresse un « état d’avancement de la collecte des informations sur les inondations historiques » dans le bassin du Rhin supérieur, invite toute personne intéressée par le programme à y participer et/ou à prendre connaissance de ses premiers résultats via un site internet (www.orrion.fr) et donne un exemple (pont du Corbeau à Strasbourg) de la méthode appliquée à partir des sources iconographiques pour déterminer un repère de crue.

2L’unique « contribution » des Actes est celle d’Aziza Gril-Mariotte, maître de conférences en histoire de l’art à l’UHA, sur « La naissance des musées textiles en France, les exemples de Mulhouse et Lyon au XIXe siècle ». Cette histoire institutionnelle comparée (qui intègre également Saint-Etienne) analyse la place prise par les industriels, l’emprise du modèle anglais et les mutations de la fin du XIXe siècle en faisant ressortir la diversité des débats sur l’objectif du musée (formation technique ou formation esthétique ?). Les deux mémoires de master résumés ensuite ne portent pas sur l’histoire. Par contre, toutes les trois positions de thèses rendent compte de recherches sur l’histoire contemporaine sur la région. Florie Giacona et Lauriane With représentent l’école géohistorique mulhousienne. La première a écrit une « Géohistoire du risque d’avalanche dans le massif vosgien », librement consultable sur internet, qui montre « une absence globale de cultures du risque » alors que la « réalité matérielle » est là, attestée depuis le XVIIIe siècle, ce décalage interrogeant l’histoire des représentations. La seconde, en confrontant une « Approche géohistorique de la gestion et de la prévention du risque d’inondation » au « cas de la vallée de la Lauch (Haut-Rhin) de 1778 à nos jours », reconstitue l’histoire factuelle de cette rivière par un recensement des « événements » (qu’elle débute, en fait, en l’an 1012), identifie quatre catégories d’acteurs et écrit, finalement, une histoire de la gestion des cours d’eau dans l’Alsace contemporaine. Moyennes montagnes et cours d’eau secondaires : des sujets injustement négligés, ont démontré les historiennes de Mulhouse. Jean-Marie Kuppel, avec sa thèse sur « Un bassin d’activité à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale : les mines de potasse d’Alsace (1937-1949) », s’est, lui aussi, attaqué à un sujet plus ou moins en friche, « l’histoire des entreprises en Alsace annexée entre 1940 et 1945 », en « débordant » pour « comprendre l’évolution des structures » : la continuité l’emporte sur la rupture, observe-t-il. Enfin, les Actes rendent compte de cinq colloques et journées d’études. La réflexion méthodologique sur la cartographie historique se poursuit, le colloque organisé en avril 2015 sur « L’artiste & l’objet. La création dans les arts décoratifs et industriels de l’époque moderne à nos jours » a donné lieu à une communication conjointe de Bernard Jacqué et Nicolas Stoskopf sur la part respective de tradition et de modernité dans les arts décoratifs en Alsace autour de 1900. Quelques jours plus tôt, la parole avait été donnée à trois actrices du domaine du patrimoine pour la présentation de projets transfrontaliers. La relation des « activités » est principalement celle des différents projets archéologiques conduits par Pierre Fluck en Alsace et en Lorraine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Kurtz, « Les Actes du CRESAT no12 », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 550-552.

Référence électronique

Frédéric Kurtz, « Les Actes du CRESAT no12 », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2360

Haut de page

Auteur

Frédéric Kurtz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page