Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

De la cible à la fête : les concours de tir au XVe et au XVIe siècle

Targeting festivals: sports shooting competitions in the 15th and 16th centuries
Das Ziel des Festes im XV. und XVI. Jahrhundert: Wer ist der beste Schütze
Georges Bischoff
p. 85-103

Résumés

La mode des concours de tir à l’arbalète et à l’arquebuse connaît son apogée au XVe et au XVIe siècle, principalement dans les pays germaniques.

Elle est stimulée par la multiplication des sociétés de tir, à la rencontre de la préparation militaire et des exercices sportifs, et s’inscrit dans un contexte de militarisation de la société civile dans le cadre des villes ou des principautés.

Ces compétitions ont lieu à la belle saison, à l’échelle locale, entre voisins, à l’échelle régionale ou interrégionale. Elles rassemblent des dizaines d’équipes et des centaines de participants, en attirant des milliers de spectateurs qui viennent encourager leurs champions ou prendre part aux réjouissances qui les accompagnent.

La fête la plus connue est celle qui se tient à Strasbourg en 1576, pour célébrer le centenaire des Guerres de Bourgogne, mais ce n’est pas la seule : les concurrents alsaciens, rhénans, souabes et suisses se retrouvent au moins une fois par an dans les villes partenaires. L’organisation de ces championnats donne lieu à une grande concurrence entre les autorités, villes et seigneurs, qui en retirent un grand prestige, sans compter leurs retombées économiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Le peuple en armes
La poudre sportive ?
Des jeux et des fêtes

Aperçu du texte

« L’arquebuse ne porte pas toujours ». En d’autres termes, il ne suffit pas de viser pour toucher la cible qu’on s’est assignée, il faut de l’expérience et de l’entraînement, ainsi que l’équipement idoine. Empruntée aux Adages et proverbes de Solon de Voge, un ami de Ronsard qui s’est arrêté quelque temps à Remiremont, vers 1570, cette métaphore s’applique tout particulièrement à l’Alsace de la Renaissance et se comprend aussi bien au sens propre qu’au sens figuré. En effet, depuis les Guerres de Bourgogne, ses habitants sont conscients des nouvelles menaces venues de l’ouest, comme si la ligne de crête était à présent la frontière politique et militaire de l’Allemagne, un rempart face aux convoitises françaises.

Comme on le sait, le patriotisme impérial qui se développe à partir de l’imprimerie et reste vif malgré les clivages confessionnels n’est pas étranger à la militarisation qui affecte le pays et aux nombreux plans de défense qui le fédèrent. En cas d’alerte, les « états » d’A...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « De la cible à la fête : les concours de tir au XVe et au XVIe siècle », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 85-103.

Référence électronique

Georges Bischoff, « De la cible à la fête : les concours de tir au XVe et au XVIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2368 ; DOI : 10.4000/alsace.2368

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Professeur d’histoire médiévale, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page