Navigation – Plan du site
Fêtes en Alsace de l'Antiquité à nos jours

La fête mise en scène dans Strasbourg au XVIIIe siècle

De l’architecture éphémère à l’architecture permanente
The celebration art in Strasbourg at 18th Century: of ephemeral architecture from permanent architecture
Das inszenierte Fest im Straßburg des 18. Jahrhunderts: von einer vergänglichen bis hin zu einer dauerhaften Architektur
Véronique Umbrecht
p. 105-129

Résumés

La fête est vécue comme un moment de liesse, un temps hors norme. L’ordre social se renverse ; les bourgeois côtoient les gens du peuple dans une promiscuité temporaire. Les relations humaines ne sont pas les seules à être bouleversées. La ville est aussi amenée à se métamorphoser. Les artistes et les techniciens sont réunis au service de la promotion du pouvoir royal ou local. Ils transforment les rues, les places. Ils redessinent les perspectives : les bâtiments sont tantôt masqués par des architectures éphémères, tantôt habillés de décors postiches. La lecture de l’espace urbain et des édifices est réécrite dans une mise en scène onirique. Le soir venu, la lumière et le feu d’artifice sont orchestrés pour enflammer les cœurs et les édifices. Devant la multiplication des fêtes publiques, un nouveau type d’architecture plus durable fait son apparition afin de répondre aux exigences des nouvelles élites.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

L’espace urbain transfiguré
La réorganisation spatiale de la ville
Des perspectives transformées
La lumière entre en scène
La liaison intérieur / extérieur des architectures
Les entrées
La métamorphose du bâti
Les appareils de fête
Les théâtres
Les fabriques éphémères
Vers une architecture permanente ?
Le Vauxhall et son environnement
Les différents espaces réunis

Aperçu du texte

La fête est vécue comme un événement exceptionnel qui marque une rupture dans le quotidien et revêt à ce titre un caractère temporaire. Le temps de quelques heures ou de quelques jours, la ville et sa population vivent à un autre rythme. Il s’agit pour le pouvoir – qu’il soit local ou royal – d’organiser des réjouissances éclatantes qui auront un retentissement dans tout le royaume, au-delà des frontières. Les architectes, les sculpteurs, les peintres, les pyrotechniciens sont convoqués pour transformer la ville. L’espace urbain est ainsi métamorphosé : sa structure est réorganisée, les bâtiments existants revêtent des « habits de fête ». Des architectures éphémères sont introduites et la coexistence de formes construites et de projections oniriques contribuent à créer une ambiance fantasmagorique dans la ville. L’art de la fête a atteint un tel paroxysme dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, que la question de sa temporalité est remise en cause. La forme même de la fête publique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Umbrecht, « La fête mise en scène dans Strasbourg au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace, 141 | 2015, 105-129.

Référence électronique

Véronique Umbrecht, « La fête mise en scène dans Strasbourg au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 141 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 30 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2369 ; DOI : 10.4000/alsace.2369

Haut de page

Auteur

Véronique Umbrecht

Docteur en histoire de l’art, membre associée de l’EA 3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page