Navigation – Plan du site
Dossier: les reconstructions d'après-guerre en Alsace

Quelle reconstruction dans la campagne alsacienne au lendemain des guerres du XVIIe siècle ?

What rebuilding policy in rural Alsace after the 17th century wars?
Wie sah der Wiederaufbau im elsässischen ländlichen Raum nach den Kriegen des 17. Jahrhunderts aus?
Jean-Michel Boehler
p. 11-25

Résumés

Mise à la mode historiographique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la problématique de la « reconstruction » porte avant tout sur les réparations matérielles. Celle qui suit les guerres du XVIIe siècle, entre 1648 et les années 1720, tient compte à la fois des spécificités de la campagne alsacienne et du type de guerre pratiqué (rebondissement des conflits, dévastations et épuisement des ressources). Multiforme, elle est d’abord une reconstruction démographique, dans laquelle l’immigration tient une large part, le repeuplement bénéficiant, de la part du roi ou des seigneurs territoriaux, d’édits de défrichement particulièrement avantageux. Sur le plan économique, elle se solde souvent par un retour à l’âge d’or, mythique et idéalisé, des temps anciens : plus apparents que réels, les progrès qu’elle induit seront en effet tardifs (XVIIIe siècle) et relèveront souvent d’un simple rattrapage. De même, l’indispensable reconstruction religieuse et morale renoue également avec les valeurs traditionnelles et les usages séculaires. La reconstruction revêt ensuite, de la part des grands propriétaires fonciers, l’apparence d’une patiente reconstitution des droits face à l’usurpation des biens « caducs » et à l’instrumentalisation d’une emphytéose fréquemment usurpée par les exploitants. Sur le plan politique enfin, elle renforce l’autorité des princes territoriaux face au pouvoir souverain de l’empereur ou du roi.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

La notion de reconstruction à l’époque moderne
Le pourquoi : quel type de guerre ?
Le comment : quel type de reconstruction ?

Aperçu du texte

Le mot « reconstruction », qu’il convient de resituer dans son contexte historique, revêt une signification polysémique, dès lors qu’il investit des domaines aussi divers que ceux de l’archéologie, de l’architecture, de la politique, de la chirurgie, de la philosophie, de la psychologie et de la linguistique. Replacé dans son cadre temporel et au vu de ses résultats, il désigne, pour l’historien, l’action de reconstruire ce qui a été détruit, soit au lendemain d’une guerre, soit lors d’une catastrophe naturelle : la guerre et le cataclysme correspondent en effet aux risques majeurs auxquels l’humanité se trouve constamment confrontée, toutes périodes confondues.

La notion de reconstruction à l’époque moderne

Peut-on transposer la notion de « reconstruction », apparemment très contemporaine, dans un passé plus lointain sans risquer le néologisme ou l’extrapolation ? C’est en effet après 1945 que le mot revêt sa pleine signification avec la reconstruction de l’Europe accompagnée d’impor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Boehler, « Quelle reconstruction dans la campagne alsacienne au lendemain des guerres du XVIIe siècle ? », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 11-25.

Référence électronique

Jean-Michel Boehler, « Quelle reconstruction dans la campagne alsacienne au lendemain des guerres du XVIIe siècle ? », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 20 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2404 ; DOI : 10.4000/alsace.2404

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Boehler

Professeur émérite d’histoire moderne, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page