Navigation – Plan du site
Dossier: les reconstructions d'après-guerre en Alsace

Les enjeux urbains et patrimoniaux de la reconstruction après la guerre franco-prussienne à Strasbourg

Reconstruction in Strasbourg after 1870 from urban and heritage perspectives
Herausforderungen beim Wiederaufbau nach dem preußisch-französischen Krieg (1871-1880) in Straßburg auf den Gebieten der Stadtplanung und der Erhaltung des Kulturerbes
Sophie Eberhardt
p. 27-49

Résumés

Lors du conflit franco-prussien de 1870, les quartiers nord-ouest et plusieurs édifices publics de Strasbourg sont sévèrement endommagés par les canonnades. La reconstruction de la nouvelle capitale du Reichsland d’Alsace-Lorraine dans l’Empire allemand est lancée dès les lendemains du siège, bien avant que l’ambitieux projet d’extension urbaine – la Neustadt (1880) – soit conçu.

Le nouveau plan d’alignement du secteur situé autour de l’ancienne gare entre le faubourg de Saverne et le faubourg de Pierre est entériné en 1871 et les principaux édifices publics sont restaurés dès 1872. Ces reconstructions constitueront-elles des ruptures dans l’urbanisme et l’architecture de la ville ? Le changement d’appartenance nationale se répercutera-t-il sur les projets et les réalisations conduits par la municipalité et, conséquemment, sur l’héritage bâti et le paysage strasbourgeois ?

L’article examine la restructuration des quartiers nord-ouest et la restauration des bâtiments tels que la cathédrale, l’ancien hôtel de Klinglin et l’ancien théâtre municipal, sous l’angle des enjeux urbains et patrimoniaux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

Des projets grevés par un manque de moyens financiers au milieu du XIXe siècle
Quelques édifices majeurs restaurés dans le respect de l’état antérieur
La restructuration des faubourgs au nord-ouest
Une modernisation dans la continuité des projets anciens

Aperçu du texte

Entre le 13 août et le 28 septembre 1870, environ 200 000 obus furent portés sur la ville de Strasbourg dans le cadre du conflit franco-prussien.

Parmi les édifices majeurs sinistrés figurait notamment l’ancienne église des Dominicains où était hébergée la bibliothèque municipale qui conservait une partie des livres les plus inestimables d’Europe, tels que le précieux Hortus Deliciarum, et la collection de l’université. Leur réduction à l’état de cendres, avec près de 300 000 autres volumes, fut dramatique, car elle symbolisa la perte de biens porteurs de valeurs de savoir et de mémoire. Cet événement, dont la nouvelle se répandit telle une onde de choc bien au-delà de Strasbourg, conduisit l’Empire allemand et la Ville à panser les plaies du siège dès les lendemains de l’annexion.

L’ambition du projet d’extension urbaine approuvé en 1880 pour affirmer le rayonnement de la nouvelle capitale du Reichsland d’Alsace-Lorraine dans l’Empire et glorifier la culture allemande s’opposa à la s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Eberhardt, « Les enjeux urbains et patrimoniaux de la reconstruction après la guerre franco-prussienne à Strasbourg », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 27-49.

Référence électronique

Sophie Eberhardt, « Les enjeux urbains et patrimoniaux de la reconstruction après la guerre franco-prussienne à Strasbourg », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 01 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/2406 ; DOI : 10.4000/alsace.2406

Haut de page

Auteur

Sophie Eberhardt

Docteure en géographie et aménagement, Université Jean Moulin Lyon 3 – Université de Strasbourg, chercheuse à l’Université technique de Prague

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page